/lifestyle/family
Navigation
le courrier des parents

Le rôle du beau-père...

Le rôle du beau-père…
photo courtoisie L’arrivée d’un beau-parent dans une famille nécessite toujours une période d’adaptation et une certaine ouverture d’esprit.

Coup d'oeil sur cet article

Bonjour Suzanne, je suis séparé depuis un an et j’ai emménagé avec ma nouvelle conjointe et ses enfants. Est-ce que je devrais intervenir quand les enfants argumentent avec leur mère? Si oui, de quelle façon?

Bonjour Suzanne, je suis séparé depuis un an et j’ai emménagé avec ma nouvelle conjointe et ses enfants. Est-ce que je devrais intervenir quand les enfants argumentent avec leur mère? Si oui, de quelle façon? Ce qui me désole c’est de constater à quel point ma conjointe n’est pas suffisamment ferme avec ses enfants. Cela amène des conflits parfois entre nous. Merci de nous aider.

Bonjour, la vie en famille recomposée est un défi de taille, et l’intégration d’un nouveau conjoint est une phase délicate qui demande beaucoup de doigté. Ce qu’il faut retenir avant tout, c’est qu’on devient un beau-parent respecté et apprécié seulement quand on a réussi à établir un bon lien avec les enfants. Vous pourrez développer progressivement ce lien en faisant des activités avec eux et en partageant de bons moments dans le quotidien. Sans ce lien, vous serez toujours perçu comme un étranger qui débarque dans leur territoire et qui veut tenter de s’ingérer dans leur vie et faire de la discipline!

Attention, à chacun son rôle...

Si vous avez réussi à établir ce lien affectif avec eux, alors vous êtes sur la bonne voie! Il faut par contre demeurer prudent et éviter de vouloir prendre la place du père ou dépasser les limites d’intervention en tant que beau-père. La première règle à respecter: ce sont les parents biologiques qui sont responsables des soins et de l’éducation de leurs enfants et qui devraient, dans la mesure du possible, intervenir.

L’autorité parentale doit toujours revenir au parent biologique (surtout lors des premières années de cohabitation). Il faut donc voir votre rôle comme celui d’un oncle ou d’un ami de la famille. Bien sûr, en l’absence de votre conjointe, vous aurez à intervenir, comme le ferait tout autre adulte responsable qui aurait la garde des enfants.

Il est également important de ne pas s’interposer dans les interventions de votre conjointe. Les paroles telles qu’«Écoute ta mère quand elle te parle», «Ne parle pas comme ça à ta mère», sont à éviter si vous voulez préserver le respect des enfants. C’est à votre conjointe à se faire respecter et imposer ses limites, pas à vous.

Ne portez pas non plus de jugements sur la façon dont votre conjointe éduque ses enfants. Si vous ressentez le désir de lui faire part de votre opinion, prenez soin de le faire respectueusement, en l’absence des enfants, tout en étant conscient que c’est elle qui a le dernier mot et que vous devrez respecter son choix.

Commentaires