/news/currentevents
Navigation
Saint-Valentin | internet

Sur l’inforoute de l’amour

Sur l’inforoute de l’amour
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Que vous soyez végétarien, obèse, tatoué, cycliste ou amateur de musique métal, les sites de rencontre redoublent d’ardeur pour que vous ne passiez pas la Saint-Valentin seul.

Que vous soyez végétarien, obèse, tatoué, cycliste ou amateur de musique métal, les sites de rencontre redoublent d’ardeur pour que vous ne passiez pas la Saint-Valentin seul.

Représentant un marché de 2,1 milliards $ uniquement aux États-Unis, selon Market Research, les sites de rencontre ne cessent de gagner en popularité. En 2011, un quart des Canadiens les fréquentaient, selon un sondage Léger Marketing commandé par l’Agence QMI.

Et la tendance, ces dernières années, est aux sites de plus en plus spécialisés.

«Il s’est perdu beaucoup de candeur, au cours des années, avec l’apparition de la fameuse check list. Au moindre truc qui ne correspond pas, une dent croche, les cheveux de la mauvaise couleur, on passe à un autre appel», se désole François*, qui fréquente les sites de rencontre depuis plus de 10 ans.

Comme la porno

«Sur internet, tout finit par se segmenter. C’est comme la porno : il y en a pour tous les fantasmes, des fétichistes des pieds aux sadomasos», explique le journaliste Jean-Sébastien Marsan, coanimateur du blogue Dans le blanc des yeux, du géant québécois de l’amour en ligne, Réseau Contact.

Outre leur localisation géographique ou leur orientation sexuelle, les célibataires peuvent par exemple se mettre en chasse en fonction de leurs goûts littéraires, musicaux ou gastronomiques, de leurs tendances politiques ou de leurs activités sportives préférées.

Les résultats d’une étude parue en 2012 dans The American Sociological Review vont jusqu’à démontrer une «cyberbalkanisation» du marché de la rencontre en ligne. Les chercheurs remarquent en fait l’émergence d’une ségrégation amoureuse de plus en plus pointue.

Mais cette spécialisation à outrance du marché de la rencontre 2.0 ne garantit pas de trouver l’amour.

Rester ouvert

«Plus les critères sont pointus, moins il y a de résultats, parce qu’on a trop d’attentes», prévient Jean-Sébastien Marsan, aussi coauteur du livre Les Québécois ne veulent plus draguer.

«Tu te concentres sur l’arbre, tu ne vois pas la forêt», renchérit François.

«Cette attitude ne fonctionne pas plus sur internet que dans la vraie vie. Il faut être ouvert d’esprit pour rencontrer quelqu’un. Et pour qu’une relation marche à long terme, ça tient à plus que quelques critères déterminés d’avance», conclut Amélie*, qui a rencontré son amoureux sur Réseau Contact il y a bientôt trois ans, après seulement une soirée de réseautage.

* Amélie et François n’ont pas souhaité que leur nom de famille soit révélé, par souci d’intimité.

 

De tout pour
tous les goûts
eHarmony un des plus fréquentés au monde
RéseauContact.com chef de file francophone
BigCupid.com pour les célibataires ayant un surplus de poids
Cowboydate.com pour cow-boys et cow-girls – ni bottes ni chapeau s’abstenir
EquestrianCupid.com pour les amateurs d’équitation
AdultFriendFinder.com pour les rencontres sexuelles
SugarDaddy.com pour trouver un riche célibataire
TallFriends.com pour les grands et les grandes
TattoedSingles.com pour les tatoués et ceux que ça excite
ChristianCupid.com pour les catholiques souhaitant se dire oui
Cougarlife pour les femmes de 40 ans et plus à la chasse aux hommes jeunes
Veganpassion.com pour les végétariens
AshleyMadison.com pour les personnes mariées à la recherche d’une aventure
CyclingSingles.com pour l’amour à bicyclette
AmitieRetraite.com réservé aux plus de 50 ans
MusicDating.com pour rencontrer des célibataires en fonction de leurs goûts musicaux
Datemypet.com un pour draguer avec son animal de compagnie
MontrealWebCam.com pour des rencontres sexuelles par webcam interposée
BoiteaMales.com.com un des plus fréquentés au monde
LesbianAmateurMatch pour les lesbiennes
SingleParentLove.com pour les parents célibataires
Commentaires