/lifestyle/casa
Navigation
Les vins

Un peu de ménage

Un peu de ménage

Coup d'oeil sur cet article

Un peu de ménage
Vin plaisir
pour offrir ou se faire plaisir
Clos Saint-Michel 2009
Châteauneuf-du-pape,
14,5%, France
Type : vin rouge
Code : 11192247
Prix : 38,75$
 
Épicé, bon goût de grenache (40%, contre 30% de syrah et 30% de mourvèdre),  ample, texturé, de la mâche, généreux, mais surtout cet équilibre qui fait en sorte que, contrairement à beaucoup de vins de cette appellation, on ne sent pas ses 14,5 degrés.
[ ★★★1/2 | $ $ $ $ ]
Les vins
Collaboration spéciale
On parle, on jase, on se sert un verre de vino, on chiale contre l’hiver, on a hâte à l’été, on perd ses clefs et on les retrouve, et puis le temps file, et on n’a pas fait ce que l’on voulait faire.

C’est la petite vie du quotidien, quoi. Ces derniers temps, dans une espèce de course contre la montre, dans l’espoir de venir à bout des dossiers, pardon, des échantillons qui s’accumulent, j’ai décidé de donner un grand coup et de faire le ménage dans mes notes de dégustation. Donc, cette semaine et la semaine prochaine, moins de bla-bla et plus de vins.

Mais avant, je me permets un mot sur le dossier des prix à la SAQ que plusieurs évoquent, ces temps-ci, en même temps que revient pour la énième fois celui de la privatisation de la SAQ.

J’ai moi-même déjà écrit plusieurs fois que j’étais en faveur du monopole de la SAQ, bien que je favoriserais une ouverture plus grande du côté des vins d’importation privée, avec possibilité pour les agences d’avoir pignon sur rue.

Ou alors de permettre le regroupement de tous ces vins dans une grande surface qui leur serait dédiée.

Mais ce qui m’agace, ces temps-ci, c’est d’entendre toujours cet argument, à propos du prix élevé des vins à la SAQ, que M. Gaétan Frigon, par exemple, ancien président de la SAQ, ne se prive pas d’évoquer et que d’autres, comme M. Gilles Duceppe, ont aussi repris.

Vous trouvez que les vins sont moins chers aux États-Unis? Alors, allez vous faire soigner aux États-Unis et on s’en reparlera, dit-on en substance.

Mais on se garde bien de dire la même chose à propos de l’Ontario, où le prix des vins est entre 10 et 15 % moins cher qu’au Québec, et où on peut évidemment se faire soigner au même prix qu’au Québec.

Ce qui, du coup, rend nul l’argument de M. Frigon et compagnie.

Autrement dit, on peut très bien être d’accord avec l’existence d’un monopole comme celui de la SAQ, ce qui ne nous empêche pas de trouver que la modération des prix aurait bien meilleur goût.

Mais buvons un peu :

Blancs

Libaio 2011, Chardonnay, Toscana IGT, Ruffino (15,40 $) :  net et droit, bien sec (le vin n’a pas fait de bois), des saveurs qui nous amènent un peu sur les pommettes, petite amertume en finale. Sa tension me dit qu’il ferait bon ménage avec les huîtres.
Bourgogne Chardonnay «Les Ursulines» 2010, Jean-Claude Boisset (24,75 $) : subtiles notes de noisette avec un rien de beurre frais ; bouche nette et expressive, encore une belle réussite dans un millésime pourtant réputé plus difficile. En passant, sur le site saq.com, il n’y a que le bourgogne rouge de J.-C. Boisset qui est identifié comme étant «Les Ursulines». Ce qui n’aide pas à la recherche, évidemment.
Rouges
Chemin des Olivettes 2011, Coteaux du Languedoc (17,80 $) : un joli petit rouge, souple et fondu, aux saveurs épicées de garrigue. Assemblage de carignan, grenache, syrah et mourvèdre.
Saperavi 2009, Teliani Valley (15,10 $) : les vins de la Géorgie ne sont pas légion, à la SAQ; sauf erreur, il n’y en a que deux. Dans le cas qui nous occupe, saperavi, c’est le nom du cépage; au nez, on a des parfums de fleurs sauvages; la bouche a une belle acidité, le corps est moyen, il a le fruit qu’il faut et le vin descend bien ; c’est simple, honnête et original. Il fut une époque, pas si lointaine, où ce vin aurait sans doute coûté deux dollars de moins, mais que voulez-vous? On n’arrête pas le progrès...
Zinfandel Old Vine Vintners Blend 2011 Ravenswood (19,20 $) : nez ouvert sur les petits fruits rouges, moyennement corsé, facile à boire, plaisant. Un vin de plaisir immédiat.
Brouilly «Sous les Balloquets» 2011, Louis Jadot (20,20 $) : un beau brouilly souple et coulant, rond et plaisant, avec quand même la densité et le corps qui sied à ce cru.
Libaio 2011
Chardonnay Toscana IGT
Ruffino, 12,5%, Italie
Prix : 15,40$
Code : 211441
[ ★★1/2 | $ $ 1/2 ]
Saperavi 2009
Teliani Valley
13%, Géorgie
Prix : 15,10$
Code : 11607545
[ ★★ | $ 1/2 ]
Chemin des Olivettes 2011
Coteaux du Languedoc
Cave de Roquebrun
13%, France
Prix : 17,80$
Code : 11193194
[ ★★1/2 | $ $ ]
Zinfandel Old Vine Vintners Blend 2011
Ravenswood, 13,5%, Californie
Prix : 19,20$
Code : 427021
[ ★★1/2 | $ $ ]
Brouilly «Sous les Balloquets» 2011
Louis Jadot,
13%, France
Prix : 20,20$
Code : 515841
[ ★★1/2 | $ $ ]
Bourgogne Chardonnay «Les Ursulines» 2010
Jean-Claude Boisset
12,5%, France
Prix : 24,75$
Code : 111008112
[ ★★★ | $ $ $ ]
correct
★★
bon
★★★
très bon
★★★★
excellent
★★★★★
exceptionnel
Plus d’étoiles que de dollars : vaut largement son prix.
Autant d’étoiles que de dollars : vaut son prix.
Moins d’étoiles que de dollars : le vin est cher.
www.saq.com
514 254-2020
1 866 873-2020
On parle, on jase, on se sert un verre de vino, on chiale contre l’hiver, on a hâte à l’été, on perd ses clefs et on les retrouve, et puis le temps file, et on n’a pas fait ce que l’on voulait faire.

C’est la petite vie du quotidien, quoi. Ces derniers temps, dans une espèce de course contre la montre, dans l’espoir de venir à bout des dossiers, pardon, des échantillons qui s’accumulent, j’ai décidé de donner un grand coup et de faire le ménage dans mes notes de dégustation. Donc, cette semaine et la semaine prochaine, moins de bla-bla et plus de vins.

Mais avant, je me permets un mot sur le dossier des prix à la SAQ que plusieurs évoquent, ces temps-ci, en même temps que revient pour la énième fois celui de la privatisation de la SAQ.

J’ai moi-même déjà écrit plusieurs fois que j’étais en faveur du monopole de la SAQ, bien que je favoriserais une ouverture plus grande du côté des vins d’importation privée, avec possibilité pour les agences d’avoir pignon sur rue.

Ou alors de permettre le regroupement de tous ces vins dans une grande surface qui leur serait dédiée.

Mais ce qui m’agace, ces temps-ci, c’est d’entendre toujours cet argument, à propos du prix élevé des vins à la SAQ, que M. Gaétan Frigon, par exemple, ancien président de la SAQ, ne se prive pas d’évoquer et que d’autres, comme M. Gilles Duceppe, ont aussi repris.

Vous trouvez que les vins sont moins chers aux États-Unis? Alors, allez vous faire soigner aux États-Unis et on s’en reparlera, dit-on en substance.

Mais on se garde bien de dire la même chose à propos de l’Ontario, où le prix des vins est entre 10 et 15 % moins cher qu’au Québec, et où on peut évidemment se faire soigner au même prix qu’au Québec.

Ce qui, du coup, rend nul l’argument de M. Frigon et compagnie.

Autrement dit, on peut très bien être d’accord avec l’existence d’un monopole comme celui de la SAQ, ce qui ne nous empêche pas de trouver que la modération des prix aurait bien meilleur goût.

Mais buvons un peu :

Blancs

Libaio 2011, Chardonnay, Toscana IGT, Ruffino (15,40 $) :  net et droit, bien sec (le vin n’a pas fait de bois), des saveurs qui nous amènent un peu sur les pommettes, petite amertume en finale. Sa tension me dit qu’il ferait bon ménage avec les huîtres.

Bourgogne Chardonnay «Les Ursulines» 2010, Jean-Claude Boisset (24,75 $) : subtiles notes de noisette avec un rien de beurre frais ; bouche nette et expressive, encore une belle réussite dans un millésime pourtant réputé plus difficile. En passant, sur le site saq.com, il n’y a que le bourgogne rouge de J.-C. Boisset qui est identifié comme étant «Les Ursulines». Ce qui n’aide pas à la recherche, évidemment.

Rouges

Chemin des Olivettes 2011, Coteaux du Languedoc (17,80 $) : un joli petit rouge, souple et fondu, aux saveurs épicées de garrigue. Assemblage de carignan, grenache, syrah et mourvèdre.

Saperavi 2009, Teliani Valley (15,10 $) : les vins de la Géorgie ne sont pas légion, à la SAQ; sauf erreur, il n’y en a que deux. Dans le cas qui nous occupe, saperavi, c’est le nom du cépage; au nez, on a des parfums de fleurs sauvages; la bouche a une belle acidité, le corps est moyen, il a le fruit qu’il faut et le vin descend bien ; c’est simple, honnête et original. Il fut une époque, pas si lointaine, où ce vin aurait sans doute coûté deux dollars de moins, mais que voulez-vous? On n’arrête pas le progrès...

Zinfandel Old Vine Vintners Blend 2011 Ravenswood (19,20 $) : nez ouvert sur les petits fruits rouges, moyennement corsé, facile à boire, plaisant. Un vin de plaisir immédiat.

Commentaires