/opinion
Navigation
Le courrier

Assez de l’ASSE!

Coup d'oeil sur cet article

L’ASSE se permet de lancer un ultimatum au ministre Pierre Duchesne. Elle demande que la gratuité scolaire fasse partie des discussions lors du Sommet sur l’enseignement supérieur, mais maintenant, c’est clair et net, on sait qu’elle ne veut pas discuter de la gratuité scolaire, elle exige la gratuité scolaire. Mme Marois, quoi que vous fassiez, vous allez finir par vous rendre compte qu’il n’y a pas place à discussion avec cette association, tout comme les libéraux l’ont constaté avant vous. Mme Marois, vous ne pourrez pas toujours tout mettre sur le dos de l’ancien gouvernement quand quelque chose ne fonctionne pas, c’est vous maintenant qui gouvernez. Vous ne pourrez pas non plus aller taper sur vos casseroles dans la rue avec les manifestants puisque, cette fois-ci, vous êtes dans l’autre camp. À part vous être mise à genoux devant les étudiants depuis votre élection au poste de première ministre du Québec, vous n’avez absolument rien obtenu d’eux. Vous avez beau prôner haut et fort que la discussion est la solution et avoir dénigré le précédent gouvernement de ne pas avoir su s’y prendre avec les associations étudiantes, vous n’aurez pas le choix de constater, dans un avenir très rapproché, que la discussion n’est pas toujours une alternative possible et que, parfois, il faut se servir de son autorité, comme tout parent responsable se doit de le faire.

Tant qu’à moi, l’ASSE ne sait que revendiquer des droits sans jamais faire de compromis. Je ne peux pas croire que tous ses membres et ceux des autres associations soient en accord avec des idées aussi démesurées.

Céline Blais

Commentaires