/opinion
Navigation
Le Courrier

L’ASSÉ, c’est assez...

Coup d'oeil sur cet article

Il est grand temps que le gouvernement du Québec fasse entendre clairement aux étudiants du Québec que leur rôle premier est d’étudier alors que celui d’un gouvernement est de gouverner. C’est une prémisse fort simple que les étudiants appartenant à l’ASSÉ ne semblent pas avoir compris. Une fois encore, les étudiants de l’ASSÉ se mobilisent, montent aux barricades, et revendiquent la gratuité scolaire qu’aucun gouvernement n’a reconnue comme pouvant être une option financièrement ­réaliste.

Dans une société, il appartient à tous, même à des étudiants, de bien saisir la conjoncture économique du moment, et force est de constater que bien peu d’entre eux saisissent que la situation économique actuelle de la province ne se prête guère à la gratuité scolaire. Voilà une réalité qui semble échapper complètement à nos étudiants, et il est temps qu’on leur rappelle que «devoir payer pour étudier», comme le dénonce l’ASSÉ, ce n’est pas placer les étudiants «en situation de client» face à l’université fréquentée, mais les placer face à un acte de justice distributrice auquel tous les citoyens d’un pays doivent se soumettre de bon cœur.

Alors, il faut rappeler à nos étudiants québécois que la révolte a assez duré et qu’il est grand temps de retourner en classe pour y réfléchir sur la logique des choses.

Augustin Réhel

 

Commentaires