/news
Navigation
Vélo-solaire

France – Kazakhstan: une Montréalaise part à l’aventure

Coup d'oeil sur cet article

L’aventurière Anick-Marie Bouchard repoussera les limites de l’inconnu en juin en étant la première Nord-Américaine à rouler de la France au Kazakhstan en vélo-solaire. Un périple de 7200 km sur une bicyclette très spéciale.

Sa monture aura deux roues et une selle, mais c’est à peu près tout ce qu’elle aura d’un vélo. Deux panneaux solaires d’un demi-mètre carré situé à l’avant, deux roues de diamètre différent, un moteur électrique hi-tech situé à l’intérieur du moyeu, une batterie de 17 kilos...

Mais même avec ces attributs techniques, l’effort sera de mise. 

«Ça reste un défi physique. On roule 120 km par jour. Ce n’est pas un scooter! On pédale toute la journée même si on est assistés par l’énergie solaire», lance l’aventurière qui s’entraîne en salle depuis trois semaines.

L’événement Suntrip auquel elle prendra part en sera à sa première édition. Les «coureurs» joindront les villes de Bourget-du-Lac (France) à Astana (Kazakhstan). Sur les 35 participants, on comptera seulement trois femmes.

110 000 km sur le pouce

La Montréalaise ne craint pas les voyages difficiles. Auteure dans le Lonely Planet, globestoppeuse avec 110 000 km sur le pouce à son actif, incluant train-stop et motoneige-stop... Anick-Marie ne fait rien comme les autres.

«J’ai une vie qui change souvent, mais c’est sûr que je ne m’ennuie pas!» confie la femme de 31 ans.

La voyageuse maîtrise quatre langues et en baragouine trois autres. Elle suit maintenant des cours de russe. Ceci lui sera d’une grande utilité pour trouver un terrain de camping dans la steppe désertique du Kazakhstan, ou dénicher un «hébergement spontané».

D’ailleurs, un des défis sera de trouver de l’eau sur les terres arides du pays. «C’est le point critique du voyage, commente Mme Bouchard. Cette partie représente 1000 km et je dois avoir 15 litres d’eau en permanence.»

Durant le trajet, elle prévoit un arrêt à Sotchi, la ville des Jeux olympiques.

Innovation montréalaise

La jeune entreprise Cycle union, qui a vu le jour il y a un an dans la métropole, construira la bicyclette du soleil. Si tout va bien, elle sera complétée en avril.

«Nous voulons être les premiers au Québec, explique Grand McForley, concepteur chez Cycle union. C’est tout un défi, car ce n’est pas un vélo urbain. Il doit être plus résistant et avoir un cadre qui ne se déforme pas.»

En effet, le moteur de 250 watts exercera de fortes pressions sur les tubes d’acier. La conception se fera avec les étudiants du cégep Maisonneuve, responsables du volet électrique de la bécane.

 

 

Commentaires