/entertainment/movies
Navigation
Oscars

En cuisine avec le chef

Coup d'oeil sur cet article

Depuis 19 ans, le chef chouchou des stars, Wolfgang Puck, cuisine le festin du bal des gouverneurs qui suit la cérémonie des Oscars. La tâche est colossale puisqu’il sert 1600 invités en quelques minutes. Je l’ai rencontré dans sa cuisine en plein préparatifs.

Los Angeles | Depuis 19 ans, le chef chouchou des stars, Wolfgang Puck, cuisine le festin du bal des gouverneurs qui suit la cérémonie des Oscars. La tâche est colossale puisqu’il sert 1600 invités en quelques minutes. Je l’ai rencontré dans sa cuisine en plein préparatifs.

Dimanche soir, au moment où le rideau va tomber sur la 85e cérémonie des Oscars, ce sera au tour de Wolfgang Puck de donner le spectacle. J’ai eu la chance hier matin d’être reçue dans les cuisines du Dolby Theatre, où des dizaines d’employés enveloppaient 27 500 dates dans du bacon, préparaient 7500 crevettes et ouvraient 1300 huîtres.

Ce repas, c’est l’équivalent du Super Bowl culinaire. «C’est plus gros que le Super Bowl pour moi», dit le chef de 63 ans d’origine autrichienne. Il a ouvert Spago, son restaurant de Beverly Hills en 1982 et c’est rapidement devenu la cantine de l’industrie du cinéma. Il a maintenant 20 restaurants à travers le monde et son entreprise de traiteur a des revenus annuels de 150 M$, rapporte le LA Times.

Il semblait plutôt calme à l’idée de cuisiner pour tout le gratin du cinéma hollywoodien. «Je suis stressé 30 minutes avant», dit-il. Il faut dire qu’il le fait depuis 19 ans maintenant et la machine est bien huilée. Il sera aidé de 350 personnes dans deux cuisines et 600 serveurs dans la salle.

35 plats au menu

Au menu, comme certains membres de l’Académie veulent manger les mêmes choses chaque année, il y aura les habituels Blinis au saumon fumé en forme d’oscar avec caviar, minis burgers, vols au vent avec truffes et les Oscars en chocolat recouverts d’or 24 carats comestible.

Chef Puck a aussi prévu des plats végétaliens pour des stars comme Ellen Degeneres. «Cette année, on va avoir un super party. Au lieu d’avoir un dîner assis, on va avoir un party et 35 plats différents», dit-il, entouré d’une montagne de fruits de mer et de macarons.

Quand les convives arrivent au bal des gouverneurs, la plupart n’ont rien mangé depuis le matin, ils sont affamés. Ce sont les plats de Wolfgang Puck qui vont décider du succès et de la durée du bal, puisque les stars doivent normalement assister à plusieurs événements, comme le party d’Elton John, celui de Vanity Fair et celui organisé par Madonna et son gérant Guy Oseary.

Un restaurant à Montréal

A-t-il prévu un scénario catastrophe? «C’est très rare que quelque chose se passe mal, mais la première fois qu’on a fait notre événement ici, on a perdu l’électricité et le gaz juste au moment où on allait commencer à servir. L’angoisse totale! Ça s’est finalement réglé 15 minutes plus tard et personne dans la salle ne s’en est aperçu».

Wolfgang Puck prévoit par ailleurs ouvrir un restaurant à Montréal, avant même la ville de New York qui le courtise depuis très longtemps. Il est en discussion avec le promoteur d’une nouvelle tour à condos et hôtel. «J’adore Montréal, j’y suis allé plusieurs fois pour la Formule 1 et chez Guy Laliberté».

Je l’ai quitté en lui demandant quel était le plus beau compliment qu’on pouvait lui faire. «Quand je vois des clients à Spago la semaine après le bal demander les mêmes plats. Quand on redemande un plat qui a été conçu pour 1600 personnes, je sais que j’ai fait un bon boulot.» Il a insisté pour me remettre un de ses Oscars en chocolat. Je n’ai pas résisté.

Commentaires