/lifestyle/books
Navigation
Extrait de livre

L’Étoile enfant de Ciccone

L’Étoile enfant de Ciccone
Photo le Journal de Montréal, Tzara Maud Le chanteur Nicola Ciccone surprend et lance son tout premier récit de fiction en librairie.

Coup d'oeil sur cet article

Tel que promis hier, voici en exclusivité un deuxième extrait de L’Étoile enfant (chez Libre Expression), le tout premier livre du chanteur Nicola Ciccone qui sortira mercredi en librairie.

Tel que promis hier, voici en exclusivité un deuxième extrait de L’Étoile enfant (chez Libre Expression), le tout premier livre du chanteur Nicola Ciccone qui sortira mercredi en librairie.

Deuxième année terrestre

Deuxième journée stellaire

LE COURAGE

Bellatrix commença sa deuxième année sur terre en explorant ce monde où elle avait atterri. Le temps passait toujours aussi vite, et il n’y avait pas une seconde à perdre. En tant qu’étoile, Bellatrix possédait une si grande force de propulsion qu’elle pouvait traverser le ciel en quelques secondes. Mais sur terre, elle était prisonnière d’une coquille que les Terriens nommaient «corps».

Ce dernier était infiniment moins mobile et moins rapide. Cela la frustrait au plus haut point. Néanmoins, il lui fallait apprendre à respecter les limites de cette coquille et de cette planète. D’abord, elle passa plusieurs mois à ramper au sol pour explorer le monde. C’était ardu et très lent. Il lui fallut trouver de nouveaux moyens pour gagner du temps. Un matin, prenant son courage à deux mains, Bella s’élança vers l’avant et vit son dos habituellement rond se dresser bien droit. Elle était debout. La voyant ainsi, son père accourut et lui tendit les bras en lui faisant signe d’avancer. Bella fit quelques pas vers l’avant, puis tomba brusquement. Saisi par une grande crainte, son père se précipita pour l’aider à se relever. On appelait cette crainte «la peur». Les Terriens entretenaient une étrange relation avec la peur. Ils affichaient souvent des doutes avant de prendre une décision. Ils portaient en eux des angoisses face à l’inconnu. Ils ressentaient de l’insécurité devant un rêve qui semblait difficilement accessible. Les étoiles, elles, ne connaissent pas la peur. Elles préfèrent le courage, qui est le contraire de la peur. Elles foncent de tout leur feu vers l’avant sans jamais se poser de questions sur ce qu’elles risquent de perdre. Au cours de leurs trajectoires galactiques, il arrive souvent qu’elles se heurtent à des astéroïdes ou qu’elles disparaissent momentanément dans le néant. Malgré tout, elles continuent d’avancer et de garder le cap sur leur destination. À tout instant, elles défient l’impossible sans jamais douter, sans jamais connaître l’angoisse, sans jamais vivre l’insécurité. Elles peuvent voyager pendant des siècles avant d’atteindre leur but, mais elles maintiennent toujours leur trajectoire. Elles ne se découragent jamais. Ce sont des étoiles, après tout!

En décidant de venir sur terre, même si peu de temps, Bellatrix avait choisi de défier la fatalité du monde et de foncer de tout son coeur vers son rêve. Elle avait fait preuve d’un immense courage. Elle n’allait pas laisser la peur l’arrêter.

Pendant des semaines, Bella recommença l’exercice, et après de nombreux essais elle réussit à traverser sa chambre sans tomber, puis le corridor qui menait au salon, et finalement la maison tout entière. Elle se mit à courir et à sauter. Philippe était fou de joie. À chaque nouvelle étape, il la prenait dans ses bras et la faisait tournoyer dans une danse infinie. Bellatrix était habituée à tourner sur elle-même à des vitesses mille fois plus grandes, mais toujours dans un axe bien défini. Jamais dans une ronde de joie aussi belle et aussi folle en symbiose avec quelqu’un.

Debout sur ses jambes, Bella trouvait la terre beaucoup plus accessible. Elle courrait partout, touchait à tout. Ses parents, apeurés, la surveillaient constamment. Ils sursautaient lorsqu’elle cherchait à escalader les comptoirs de la cuisine. Pourtant, c’est justifiable lorsqu’on cherche à avoir une meilleure vue sur le monde! Ils paniquaient lorsqu’elle tentait de goûter au contenu des flacons et des bouteilles qu’elle trouvait dans l’armoire à pharmacie de la salle de bain. Pourtant, c’est raisonnable lorsqu’on cherche à mieux connaître les goûts des Terriens.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.