/lifestyle/family
Navigation
le courrier des parents

Il ment, que faire ?

Il ment, que faire ?
photo courtoisie Certains enfants mentent plus que d’autres, car ils font souvent l’objet de grondements et ont donc peur de la réaction des adultes.

Coup d'oeil sur cet article

Bonjour Suzanne. Je vous écris parce que mon fils Louis âgé de 5 ans nous ment et ce, sur une base régulière. Nous le reprenons à chaque fois, on le chicane, on lui donne des conséquences, mais on dirait que cela n’a aucun impact, il continue quand même à nous mentir. Pourquoi nous ment-il ainsi? Que doit-on faire pour faire cesser ce comportement?

Bonjour Suzanne. Je vous écris parce que mon fils Louis âgé de 5 ans nous ment et ce, sur une base régulière. Nous le reprenons à chaque fois, on le chicane, on lui donne des conséquences, mais on dirait que cela n’a aucun impact, il continue quand même à nous mentir. Pourquoi nous ment-il ainsi? Que doit-on faire pour faire cesser ce comportement? Les conséquences ne semblent pas fonctionner.

Bonjour. Votre question touche beaucoup de parents qui sont, comme vous, confrontés aux mensonges de leurs enfants. Précisons d’abord que les mensonges sont tout à fait normaux dans le développement des enfants de 3 à 5 ans, une période marquée par une imagination débordante. Les enfants ont donc naturellement tendance à déformer les faits, à en rajouter, à inventer des histoires et à croire, dans une certaine mesure, ce qu’ils racontent.

 

Attention aux conséquences trop sévères...

Par contre, certains enfants mentent plus que d’autres, particulièrement ceux qui font souvent l’objet de grondements ou de punitions. La colère des adultes et les conséquences sévères ne font généralement qu’encourager ce besoin de cacher la vérité, par peur ou par besoin de protection.

Si c’est le cas, il est peut-être naturel qu’il veuille les éviter à tout prix, quitte à devoir mentir! D’ailleurs, pourquoi avouer si le résultat automatique est la punition ou la colère?

Il faut donc réfléchir sur les raisons qui poussent votre enfant à vous mentir et tenter de renverser la vapeur en évitant, dans un premier temps, les punitions ou réactions excessives.

Il vaut mieux faire comprendre à Louis qu’en disant la vérité, il ne sera pas grondé et qu’il sera possible d’arranger les choses ensemble.

Ne jamais l’humilier en le traitant de menteur...

Il est important aussi de ne pas l’humilier ou le traiter de menteur. De tels propos renforcent dans son esprit la caractéristique de menteur, ce qui aggrave bien souvent la situation.

Aussi, lorsque votre enfant ment, évitez de le confronter avec acharnement afin d’obtenir à tout prix des aveux de sa part (même lorsque vous savez pertinemment qu’il ment): «Est-ce toi qui as fait ça? Je veux que tu me dises la vérité, est-ce toi?»...

De tels interrogatoires soutenus exercent une pression inutile qui lui donne l’impression que le geste reproché est grave. Il aura alors instinctivement tendance à mentir ou maintenir son mensonge par peur des représailles.

Donnez-lui simplement et calmement la chance d’avouer son mensonge, mais sans trop insister. S’il avoue, félicitez-le. Faute avouée est à moitié pardonnée, n’est-ce pas?

Commentaires