/news/transports
Navigation
Cycliste | contravention

Un policier lui colle 279 $ en amendes

cycliste
Photo Étienne Laberge / Agence QMI Le cycliste Jonathan Vertefeuille a hérité de 279 $ de contraventions d'un seul coup en juillet 2012.

Coup d'oeil sur cet article

Le cycliste Jonathan Vertefeuille a eu toute une surprise le mois dernier en fouillant dans sa boîte aux lettres. «Une pile» de contraventions totalisant 279 $ l’y attendait.

On lui reproche d’avoir grillé un feu rouge, d’avoir porté des écouteurs en roulant, d’avoir compromis «la sécurité des piétons et des conducteurs de véhicule», d’avoir désobéi à un agent de la paix. Il a également reçu trois contraventions pour l’absence de réflecteurs.

«J’ai jamais vu ça de ma vie! s’est indigné l’étudiant de 22 ans qui qualifie de «zèle excessif» l’attitude du policier. Même mes amis automobilistes qui conduisent en malades n’ont jamais vu ça.»

Collision avec le policier

Le jeune homme était à l’arrêt au coin des rues Hochelaga et du boulevard Pie-IX au moment des faits. Le feu de circulation étant défectueux ce matin-là, un policier agissait comme signaleur.

«Il a fait signe qu’on pouvait y aller, alors les autos et moi on s’est mis à avance, a dit le cycliste. Puis, il m’a crié de m’arrêter. J’ai dit «oui, une seconde», mais il m’a brusquement barré la route avec son bras. Je suis passé par-dessus le guidon et je suis tombé sur le policier!»

La situation a rapidement tourné au vinaigre. «Il s’est fâché, se souvient M.Vertefeuille. L’agent a lancé mon vélo avant d’appeler des renforts. En trois minutes il y avait deux autopatrouilles, deux policiers à moto et un superviseur routier autour de moi.»

L’étudiant prétend être resté poli, une attitude qui n’était pas réciproque, a-t-il dit.

«Ils étaient hautains, probablement à cause de mon allure marginale», a dit celui qui accuse les agents d’avoir fait preuve de profilage social. Le cycliste avait des «stretchs» aux oreilles, sortes d’anneaux qui élargissent la peau au niveau des lobes.

La police calme le jeu

Le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) a refusé de commenter l’incident, mais soutient qu’en général, les constables font preuve de tolérance envers les usagers de la route, qu’ils soient cyclistes ou automobilistes.

« Je ne suis pas sûr que le commun des mortels serait d’accord à ce qu’on applique tous les règlements du code de la sécurité routière. Ça finirait plus», a tempéré Laurent Gingras, agent aux relations publiques du SPVM, à l’effet que les agents font preuve de discernement.

Un cadre de 200 $

Jonathan Vertefeuille n’a pas souffert de blessures dans sa chute, mais son cadre de vélo s’est brisé, lui occasionnant une dépense supplémentaire de 200 $.

Il conteste les contraventions dans le but de négocier sa peine.

 

 

Commentaires