/news/currentevents
Navigation
Hydro-Québec | compteurs intelligents

Grogne contre les compteurs intelligents

Grogne contre les compteurs intelligents
Photo le Journal de montréal, anne caroline desplanques Mère de trois enfants, Sonia Vachon refuse qu’Hydro-Québec installe des compteurs intelligents à moins d’un mètre de la chambre de son fils.

Coup d'oeil sur cet article

La grogne monte à Verdun, à LaSalle et à Lachine, les premiers arrondissements qui recevront les nouveaux compteurs intelligents d’Hydro-Québec.

«Ce n’est pas vrai que je vais avoir ces compteurs-là, je vais tout faire pour ne pas en avoir!» lance Sonya Vachon, propriétaire d’un triplex à Lachine. Mère de trois jeunes enfants, elle s’oppose à l’installation de trois compteurs intelligents à moins d’un mètre de la chambre de son fils.

Comme Mme Vachon, une cinquantaine de résidents de Lachine et de LaSalle ont assisté le mois dernier à une séance d’information sur les enjeux sanitaires et environnementaux liés à ces compteurs dits «intelligents». À Verdun, une trentaine d’autres citoyens ont manifesté dans les rues pour sensibiliser leurs concitoyens.

Depuis qu’elle sait qu’Hydro-Québec s’apprête à déployer ses nouveaux compteurs qui émettent des radiofréquences, Mme Vachon lit avidement toute la documentation disponible à ce sujet. Rien n’a jusqu’à présent réussi à la convaincre qu’ils ne sont pas nocifs pour la santé.

« Inquiète pour la santé »

«Je suis très, très inquiète pour la santé de mes enfants et la mienne. On ne veut pas être des cobayes», s’indigne l’enseignante qui a reçu un préavis de 30 jours d’Hydro-Québec le 8 février.

Les experts ne s’entendent toujours pas sur ce qui pourrait constituer une exposition sécuritaire à ces appareils. Si bien que, par principe de précaution, la Californie et le Maine limitent leur installation.

Dans ce contexte, les mécontents de Verdun, de LaSalle et de Lachine sont inquiets des effets, sur la santé, de l’exposition prolongée aux micro-ondes qu’émettent les nouveaux compteurs. Ils souhaitent pouvoir conserver gratuitement et sans condition leurs compteurs électromécaniques actuels, comme c’est le cas au Vermont.

En mai 2012, devant la grogne populaire, cet État américain, qui compte plusieurs compagnies d’électricité, a promulgué une loi qui permet aux citoyens de refuser sans frais les compteurs qui émettent des radiofréquences.

Frais prohibitifs

À Lachine, la famille Vachon devra débourser 900 $ cette année pour garder ses trois vieux compteurs, puis un peu plus de 600 $ par an les années suivantes, soit 17 $ par mois et par compteur.

«Ils [Hydro-Québec] nous font croire qu’on a le choix, mais je ne vois pas ça comme un choix», s’indigne Mme Vachon en pointant ces frais qu’elle juge prohibitifs. «On va couper ailleurs pour payer parce que c’est important pour nous, mais les gens défavorisés ne peuvent pas se permettre ça.»

Hydro-Québec souhaite implanter 3,8 millions de compteurs «intelligents» d’ici 2017, une opération qui coûtera près d’un milliard de dollars.

Commentaires