/lifestyle/health
Navigation
Santé

L’allergie alimentaire

L’allergie alimentaire
Photo Fotolia C’est l’allergologue qui administre les différents tests afin de déterminer quel type d’allergène affecte votre enfant.

Coup d'oeil sur cet article

Les allergies alimentaires gagnent du terrain. En fait, la prévalence de ces allergies aurait augmenté de près de 20 % chez les 18 ans et moins au cours des deux dernières décennies. Plus de 8 % des enfants québécois sont désormais allergiques à au moins un aliment. Votre enfant est-il à risque?

Les allergies alimentaires gagnent du terrain. En fait, la prévalence de ces allergies aurait augmenté de près de 20 % chez les 18 ans et moins au cours des deux dernières décennies. Plus de 8 % des enfants québécois sont désormais allergiques à au moins un aliment. Votre enfant est-il à risque?

Les allergies peuvent survenir à n’importe quel âge, mais généralement elles apparaissent avant l’âge de 4 ans, et certaines pourront s’atténuer ou même disparaître avec le temps.

L’allergie est une réaction excessive de notre système immunitaire à l’égard de substances qui lui sont étrangères et qu’on nomme «allergènes». Le mot allergie est utilisé pour qualifier une foule de réactions qui peuvent apparaître dans différentes parties de notre corps, dont la peau, les yeux, les voies respiratoires ou le système digestif. Plusieurs maux peuvent en découler comme l’asthme allergique, l’eczéma, certaines formes d’urticaire et la rhinite. Pour plus de 200 000 Québécois, certains aliments sont la source de ces réactions.

Moins de 15 % des personnes qui souffrent d’une allergie alimentaire n’ont aucune prédisposition familiale à en développer. Toutefois, pour un enfant dont l’un des parents souffre d’une allergie alimentaire le risque qu’il souffre également d’une allergie est de 20 à 40 %. Ce risque peut grimper jusqu’à 80 % lorsque ses deux parents sont allergiques. Les enfants qui souffrent d’eczéma, d’urticaire, d’asthme ou de rhume des foins sont également plus à risque de présenter une allergie alimentaire.

L’ALLERGIE

Lorsqu’on ingère un aliment, plusieurs substances étrangères visitent notre corps. Certaines de ces substances, comme les germes, sont dangereuses. D’autres, comme les éléments nutritifs, sont bien reçues. La mission de notre système immunitaire est de prévenir et de combattre la maladie. C’est lui qui décide quelles substances sont dangereuses et, lorsque c’est le cas, nous défend contre elles. S’il décide qu’une protéine d’un aliment est dangereuse, il réagira sur le coup en l’attaquant. C’est une allergie. Le système ne réagit qu’aux protéines conséquemment, on ne peut pas être allergique à un sucre ou à un gras. Les signes d’allergie peuvent apparaître entre quelques minutes et jusqu’à quelques jours après l’absorption de l’aliment allergène.

Les aliments allergènes varient d’une population à l’autre. Au Canada, dix aliments sont responsables de près de 90 % des allergies alimentaires sévères. Il s’agit des arachides, de certaines céréales (blé, avoine, orge, seigle), des fruits de mer — crustacés et mollusques — et des poissons, des graines de sésame, du lait (principalement de vache), de la moutarde, des noix, des œufs, du soya et des sulfites. Précisons qu’une allergie peut se manifester à l’égard de tout aliment contenant des protéines même s’il n’apparaît pas dans l’énumération qui précède.

Commentaires