/lifestyle/family
Navigation
le courrier des parents

La discipline, tout un défi

Dire «non» à Rosalie la sécurisera, elle n’en souffrira certainement pas

La discipline, tout un défi
photo courtoisie Même s’il est parfois difficile de dire non, il est nécessaire de montrer des limites afin que l’enfant comprenne de façon claire ce qu’il peut et ne peut pas faire.

Coup d'oeil sur cet article

Bonjour Suzanne, je suis une maman d’une petite fille de 5 ans. Rosalie est vraiment une enfant attachante et j’ai beaucoup de difficulté à lui dire non. Lorsque je lui refuse quelque chose, elle se manifeste intensément. J’avoue que je finis souvent par céder parce que je souffre de la voir réagir ainsi.

Bonjour Suzanne, je suis une maman d’une petite fille de 5 ans. Rosalie est vraiment une enfant attachante et j’ai beaucoup de difficulté à lui dire non. Lorsque je lui refuse quelque chose, elle se manifeste intensément. J’avoue que je finis souvent par céder parce que je souffre de la voir réagir ainsi. À d’autres moments, je suis vraiment exaspérée par ces comportements et je m’emporte. Mon conjoint me reproche de ne pas être suffisamment assez ferme avec ma fille et il me répète sans cesse que je dois apprendre à mettre mes limites.

Bonjour. Pour un parent, c’est effectivement déchirant de voir son enfant pleurer ou ressentir une déception parce qu’on lui interdit quelque chose. Mais en même temps, cela fait partie de votre boulot comme mère. Votre résistance à lui dire ou à maintenir votre «non» peut être due à la peur que Rosalie vous aime moins, peur de la «brimer» dans son épanouissement, peur d’être trop sévère ou simplement pour éviter l’argumentation (les pleurs, les crises...). Mais ce n’est que partie remise! Lorsqu’on tolère longuement un comportement, qu’on répète à maintes reprises sans intervenir ou qu’on négocie interminablement avec un enfant, on ne fait que repousser un peu plus loin notre propre limite et on risque évidemment d’exploser lorsque celle-ci est atteinte.

Cet excès de colère risque d’être mal interprété de la part de Rosalie qui croira qu’elle est responsable de votre exaspération et se culpabilisera du mal qu’elle a produit autour d’elle. C’est souvent dans un tel contexte qu’un enfant se sent déboussolé, réagit fortement et peut même avoir peur d’être abandonné. Pour éviter de se retrouver dans cette zone de confusion entre la discipline et l’affection, il faut que Rosalie comprenne quelles sont vos limites, les règles de vie et que celles-ci soient claires et constantes.

Important de dire non...

Dire «non» à Rosalie la sécurisera. Elle ne souffrira certainement pas et, au contraire, avec le temps, elle va se sentir de plus en plus en sécurité. Un «non» vient certifier à votre fille que vous savez ce qui est bien ou pas pour elle. Cela signifie que tout n’est pas permis et lui fournit des limites et un encadrement sécurisant. Même si Rosalie manifeste son désaccord (surtout au début!), il ne faut surtout pas succomber. N’oubliez pas : il faut faire preuve de constance et de fermeté. Si votre fille comprend la consigne, réalise qu’elle est claire et qu’elle sera toujours appliquée (sans exception et sans négociations), elle n’aura pas le choix de l’accepter et elle passera naturellement à autre chose. Les règles seront donc graduellement acquises et feront désormais partie intégrante de sa vie.

Commentaires