/news/currentevents
Navigation
Empire shiller

Une vie de star

Une vie de star
Photo Courtoisie The Gazette Stephen Shiller et sa femme, Lori Shore.

Coup d'oeil sur cet article

Cinq maisons cossues, un jet privé, des bateaux, des autos luxueuses à ne plus savoir qu’en faire, des vacances dans les meilleurs hôtels : la situation économique du vendeur de stores de la rue Masson ressemble davantage à celle d’une star d’Hollywood.

Cinq maisons cossues, un jet privé, des bateaux, des autos luxueuses à ne plus savoir qu’en faire, des vacances dans les meilleurs hôtels : la situation économique du vendeur de stores de la rue Masson ressemble davantage à celle d’une star d’Hollywood.

Aujourd’hui, le grand patron du Marché du store, c’est ­Stephen Shiller, l’un des deux fils de «Oui papa!» David, ­aujourd’hui à la retraite.

Stephen Shiller est désormais à la tête d’un petit empire immobilier à Montréal. Il détient près d’une centaine d’immeubles évaluée de façon conservatrice à environ 130 millions $.

Cet argent, il l’a gagné en vendant des stores. Des dizaines de millions de stores.

Le grand luxe

Stephen Shiller est riche et de toute évidence, il en profite. L’une des plus grandes extravagances de l’homme d’affaires de 53 ans: les vacances annuelles qu’il prend avec sa femme à Saint-Tropez, sur la Côte d’Azur, en France, où il se rend depuis une vingtaine d’années.

Selon les informations recueillies par le Journal (Stephen Shiller a décliné nos demandes d’entrevue), il a plusieurs fois ­séjourné au très chic Hôtel Byblos entre 1991 à 2008. Quand il était accompagné de son père et de ses quatre enfants, qui ont ­aujourd’hui entre 21 et 29 ans, il louait trois suites à environ 3 300$ chacune la nuit. Total de la facture pour trois semaines: 207 900 $. Et quand ce n’était pas à Saint-Tropez, c’était sur l’île de Saint-Martin, dans les Antilles françaises, dans une villa à 9 000$ la nuit.

Cinq résidences

Stephen Shiller a aussi l’embarras du choix en matière de ­résidence. Il en possède trois à Westmount, dont les valeurs ­foncières sont de 3,85 millions $, 2,15 millions $ et 1,6 million $, pour un total de 7,6 millions $. La valeur réelle de ces trois ­maisons s’élève à plus de 10 millions $.

Et on ne parle pas de son «chalet» de Sainte-Agathe-des-Monts, composé de huit chambres et planté sur un terrain de cinq acres avec court de tennis et patinoire de hockey, évalué par la ville à 3,1 M$. Stephen Shiller possède aussi un condo dans une tour de luxe située au bord de l’océan à Bal ­Harbour, en ­Floride, évalué à environ 3 millions $.

Plein de chevaux-vapeur

Stephen Shiller est également bien pourvu en véhicules ­automobiles, autant pour le confort avec une Bentley évaluée à environ 250 000$, une Mercedes et les luxueux véhicules utilitaires sports (VUS) Cadillac Escalade (prix de base de 82 000$) et Land Rover (prix de base de 47 000$. Mais quand il est question de performance, il peut aussi compter sur deux Porsche et, ­surtout, sur une mythique Ferrari 599 (prix de base de 325 000$). Sinon, il laisserait deux VUS à la maison à la disposition de ses enfants quand ils passent le voir.

Mais pas question de voyager en voiture pour les longues ­distances. Quand il n’est pas en classe affaires, il utilise son jet privé, acquis en 2009 comme cadeau pour ses 50 ans. Prix du ­modèle Falcon Jet: 29 millions $, acheté avec Danny Lavy, son partenaire immobilier, et Nkere Udofa, son partenaire ­américain qui gère la quarantaine de magasins de stores qu’il a ouverts sur la côte Est. Il faut dire que lorsqu’on engage un grand designer comme David Easton pour embellir l’intérieur de l’avion, la facture peut monter vite.

Il profite aussi du lac bordant son chalet de Sainte-Agathe, comme en font foi ses deux bolides aquatiques.

Dire que 60 ans plus tôt, son père alors âgé de 19 ans, simple commis voyageur, partait avec la Chevrolet de sa mère faire le tour des villages, le coffre rempli de literie, et ne rentrait à la maison que lorsque tout était vendu.

Commentaires