/opinion/columnists
Navigation

Un calcul pas si simple

Coup d'oeil sur cet article

Le calcul peut sembler simple : plus de policiers sur le terrain signifie moins d’heures supplémentaires payées à temps et demi, mais aussi bizarre que cela puisse sembler, il est tout à fait faux de penser de la sorte.

Le calcul peut sembler simple : plus de policiers sur le terrain signifie moins d’heures supplémentaires payées à temps et demi, mais aussi bizarre que cela puisse sembler, il est tout à fait faux de penser de la sorte.

Depuis quelques années, il ne faut pas oublier que nous vivons dans une nouvelle réalité.

Il y a de plus en plus d’opérations de dernière minute et d’événements d’envergure.

Prenons par exemple les manifestations qui nécessitent la mise en place d’un protocole et d’un plus grand nombre de policiers sur le terrain, et ce, en même temps.

Là où ce n’est pas facile, c’est qu’on exige maintenant des policiers qu’ils soient de plus en plus disponibles.

Ça vient couper les congés et créer une pression sociale et familiale chez ces derniers.

Il y a ceux qui veulent faire beaucoup d’argent et qui sont contents et il y a ceux qui sont obligés de sacrifier leur niveau de vie familiale.

Il ne faut jamais oublier que la police, c’est comme un feu, c’est lorsqu’il est pris qu’il faut être capable d’y répondre.

Roue qui tourne

Il faut comprendre que nous ne pouvons pas toujours bien gérer l’ensemble des ressources, parce qu’il y a de nombreux imprévus qui surviennent constamment.

Pouvoir ajouter de nouveaux policiers, c’est bien, mais dites-vous qu’immanquablement, un jour ou l’autre, un événement imprévu surviendra et il faudra envoyer ces mêmes policiers faire des heures supplémentaires.

C’est un peu comme une roue qui tourne sans fin, mais qui adopte aussi notre style de vie et nos besoins qui grandissent de jour en jour. 

- Propos recueillis par Kathleen Frenette

Commentaires