/opinion
Navigation

La dictature de la langue

Bloc-Parent

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi donc, la ministre de l’Éducation, Marie Malavoy, veut revoir l’enseignement de l’anglais au primaire en mettant un frein à l’implantation du programme intensif en sixième année d’ici 2015 et en abolissant les cours obligatoires dès la première année. Et cela s’ajoute aux intentions des péquistes de bloquer le cégep en anglais pour tous les francophones, idée mise sur la glace... pour le moment.

Ainsi donc, la ministre de l’Éducation, Marie Malavoy, veut revoir l’enseignement de l’anglais au primaire en mettant un frein à l’implantation du programme intensif en sixième année d’ici 2015 et en abolissant les cours obligatoires dès la première année. Et cela s’ajoute aux intentions des péquistes de bloquer le cégep en anglais pour tous les francophones, idée mise sur la glace... pour le moment.

Est-ce que l’identité québécoise doit être unilingue francophone ? Interdire, se refermer sur soi-même, n’est-ce pas plutôt s’assurer de garder les Québécois captifs de leur territoire et les préparer à moins de flexibilité et de mobilité sociales?

Pauline Marois a déjà dit : «Les fonds publics ne serviront pas à angliciser les Québécois.» À mes yeux, il s’agit clairement d’une guerre à l’ambition, au talent et à la liberté de choisir sa destinée.

Est-ce que le raffermissement de la 101 doit nécessairement se faire au détriment de l’apprentissage de l’anglais ou même d’une autre langue? À moins que l’on veuille créer une usine à saucisses de Québécois tous pareils.

Maîtriser deux langues

Si l’on veut faire la promotion du français, on va le faire comme du monde, on va l’enseigner tôt, en très bas âge et décemment. Il faudra tout mettre en place avec tous les moyens à portée de main pour donner le goût aux Québécois de lire le français, de l’écrire et de le parler avec amour et passion.

L’enfoncer comme un couteau dans la gorge des gens ne marchera pas. Tout comme on ne stimulerait pas la fierté d’être Québécois par un projet de loi.

Et, savez-vous quoi? Je pense que la meilleure façon d’enseigner l’anglais serait de suivre le même modèle. Le plus tôt possible. Idéalement, dès la maternelle.

Ne riez pas.

L’apprentissage précoce d’une seconde langue n’aurait que des bénéfices. Toutes les études menées dans les écoles bilingues prouvent que, même si le français n’est pas encore parfaitement maîtrisé, l’enseignement d’une autre langue ne perturbe pas l’acquisition de la langue maternelle. Au contraire, un enfant peut apprendre deux langues sans difficulté et finir par maîtriser avec perfection leurs intonations et leurs spécificités et, le plus souvent, sans accent. Mieux encore, les enfants bilingues obtiennent constamment de meilleurs résultats cognitifs que les jeunes enfants unilingues. C’est scientifiquement reconnu, en autant qu’on s’y mette en très bas âge.

Le Québec vit entouré d’un océan de langue anglaise, et nos voisins ne commerceront avec nous que s’ils peuvent échanger. Le réalisme du poids des marchés s’impose. Pourquoi encore diaboliser l’anglais? Pourquoi en vouloir à Harper alors que l’éducation et la culture continuent d’être de compétence provinciale? En avons-nous fait un usage parfaitement judicieux depuis 15 à 20 ans?

Pourquoi ne pas encourager l’effort, car, soyons honnêtes, il en faut pour faire 100 % de ses cours en anglais à 16 ou 17 ans, au cégep, par exemple?

Identité nationale

J’aime voyager et me faire comprendre un peu partout dans le monde. J’aime voir des films dans leur version originale pour apprécier la justesse du jeu des acteurs. Suis-je un mauvais Québécois pour autant? Alors, pourquoi faudrait-il que des politiciens viennent mettre des bâtons dans les roues à des étudiants qui veulent ajouter une corde à leur arc?

Tout ça dans une tentative douteuse de protéger l’identité nationale, alors que l’heure est à l’ouverture sur le monde multilingue et multiculturel dont les richesses sont inouïes.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.