/lifestyle/casa
Navigation
à table avec thierry

Puissant !

Grinder (3,5 étoiles)

Coup d'oeil sur cet article

Déjà propriétaires d’un restaurant que j’aime beaucoup, le Hachoir. Les trois jeunes complices récidivent de très belle façon, avec un -petit nouveau qui fait déjà figure d’incontournable à Montréal, après seulement quelques mois d’ouverture. Il faut dire que tous les ingrédients ont été réunis pour faire de ce nouveau restaurant de Griffintown un succès. J’ai aimé? Oui, mais.

Déjà propriétaires d’un restaurant que j’aime beaucoup, le Hachoir. Les trois jeunes complices récidivent de très belle façon, avec un -petit nouveau qui fait déjà figure d’incontournable à Montréal, après seulement quelques mois d’ouverture. Il faut dire que tous les ingrédients ont été réunis pour faire de ce nouveau restaurant de Griffintown un succès. J’ai aimé? Oui, mais.  

Style de restaurant > Bistro branché, dans le prolongement thématique du Hachoir, avec une carte ayant une prédominance marquée pour la viande. Je dois vous avouer que je trouve les prix (surtout des entrées) un peu trop élevés. Des entrées autour de 15 à 18$, ça fait vite monter la facture. Le menu se décline ainsi : Dans le cru, trois carpaccios (14$ à 16$), trois Tatakis (14$ à 16$) et sept Tartares (11$ à 13$), proposés aussi en plats principaux. Quatre entrées (9$ à 15$), onze plats principaux (19$ à 38$), accompagnements (5$ à 9$), desserts (8$ à 12$).

Décor > J’adore le décor créé par ­Zébulon Perron. Celui qui est entre autres derrière le décor des ­Buvette chez Simone, Furco (superbe aussi) et Philémon est définitivement en train de faire sa marque dans la restauration montréalaise. Le designer a vraiment compris ce dont les clients, jeunes surtout, ont envie: un lieu chaleureux, moderne, mais fait de matériaux bruts. Du bois du sol au plafond, et ceux qui aiment manger au comptoir vont être gâtés, c’est conçu pour ça. Mais les petits groupes ne sont pas en reste, de belles alcôves avec banquettes demi-lune accueillant ceux qui veulent tout voir sans trop être vus. Bien vu!

Ambiance > Évidemment formidable. Comme dirait l’autre, ils l’ont l’affaire. Musique forte, du monde partout, une belle énergie des serveuses et serveurs, les jeunes patrons qui veillent au grain. Une belle décontraction d’ensemble, j’adore ce lieu.

Clientèle > Bon, on ne se fera pas de cachette, c’est la place du moment. La jeune et belle clientèle de ­Montréal se donne rendez-vous au Grinder depuis deux mois, et ça ne se désemplit pas. Gens d’affaires, jeunes artistes, animateur télé avec sa gang, organisateurs d’événements de la nuit endiablée, un mélange comme je les aime!

Le repas > Tataki de pétoncles, bacon frit, poudre de cèpes, humus de haricots coco, coulis de poivron rôti, chips d’ail. Quel merveilleux plat, ça commence vraiment très fort. Pour l’œil d’abord, très joli et multicolore. Puis en bouche, sublime de délicatesse et de fraîcheur. Malheureusement, je suis obligé de le dire, un coup de gueule aussi. Sur chaque point de sauce parsemé dans l’assiette, il y avait des chips d’ail. Pourquoi ajouter ce qui aurait été un gâchis gustatif si nous avions croqué dedans? Mais nous avons écarté ces intrus pour apprécier tout le reste et c’était très bien comme ça.

Carpaccio de dorade, olives vertes, piquillos, granité à la mandarine, huile de thym. Là encore, une magnifique réalisation, pleine de fraîcheur. Le poisson est un peu perdu dans cette avalanche de saveurs, mais c’est tout de même délicieux, un coup de soleil en plein hiver, bravo!

Tartare de bison, purée de ­figues au porto, enokis grillés, échalotes caramélisées. Simple et bon, j’ai beaucoup aimé, surtout grâce aux champignons.

Burger Wagyu: bœuf wagyu, foie gras, ketchup wasabi, bacon artisanal, concombre à l’aneth, cheddar 6 mois. Un bon burger savoureux.

Short rib de bœuf, braisé, beurre d’espresso, salade de cresson & oignons marinés. Un des meilleurs de Montréal, point final.

Alors que nous nous dirigions allègrement et en beauté vers les quatre étoiles et plus (sans l’ail), les desserts nous ont laissé un goût amer en bouche, et pas pour les bonnes raisons. À revoir totalement.

Je vois cela comme une mise au point nécessaire. Ce n’est pas au point, justement. Mais ces jeunes gens, en salle, à la direction et aux cuisines, ont beaucoup de talent, je ne suis pas inquiet deux secondes pour eux.

Le service > Service copain-copain, décontracté, les jeunes serveurs connaissent bien leur menu et leurs explications sont pertinentes.

Carte des vins > Belle carte des vins, les prix des vins eux sont très raisonnables, ça permet de prendre une bouteille sans casser sa tirelire.


Coup de toque : Un coup de cœur sincère pour ce nouveau restaurant.

Coup de torchon : Les produits sont superbes, pas nécessaire donc de les masquer avec une profusion de saveurs et d’épices.

 

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.