/news/currentevents
Navigation
Évasion | Saint-Jérôme

Hélicoptère détourné

L’évasion de deux détenus aurait bien pu finir en tragédie

Hélicoptère détourné
Photo Archives / Agence QMI Les deux détenus étaient parvenus à s'échapper en hélicoptère avec l'aide de deux présumés complices qui auraient détourné l'appareil.

Coup d'oeil sur cet article

Un pilote d’hélicoptère s’est vu forcé de participer à une évasion de prison qui aurait pu très mal tourner.

Un hélicoptère appartenant à la compagnie Passeport Hélico de Mascouche a été utilisé à des fins totalement inattendues, dimanche après-midi.

Le pilote français, Stéphane Forey, devait faire un tour d’hélicoptère comme il en fait souvent avec à son bord des touristes.

L’appareil, loué par l’entreprise Héli-Tremblant, a été détourné par deux individus armés. À peine quelques minutes après le décollage, les deux personnes prenant place à bord de l’engin ont menacé le pilote en lui posant un fusil sur sa tempe.

Le pilote aurait mis un code spécial sur son transpondeur, un appareil radio qui indique la position et l’altitude d’un aéronef aux contrôleurs aériens.

Il aurait alors émis un code 7500 qui signale aux contrôleurs aériens qu’il est victime de détournement.

Rare scénario

Cette situation ne survient que très rarement, selon Normand Dubé, un pilote expérimenté qui cumule plus de 30 ans d’expérience de vol.

«Ça n’arrive jamais ça, d’habitude... C’est vraiment que dans des situations d’urgence», a-t-il fait savoir au Journal.

L’engin utilisé pour effectuer la très rapide manœuvre dans la cour du pénitencier est un hélicoptère de type Robinson R44.

«Un hélicoptère comme ça, ça peut voler jusqu’à 14 000 pieds dans les airs, avec à son bord 4 personnes au total», indique M. Dubé, lui-même concessionnaire de ce modèle d’hélicoptère.

Manœuvre périlleuse

L’hélicoptère s’est posé sur le toit de la prison, puis les complices ont lancé une corde dans la cour au moment où les autres détenus se trouvaient aussi à l’extérieur.

Les deux prisonniers, Benjamin Hudon Barbeau et Dany Provençal, se sont accrochés à cette corde et ont pris la fuite dans les airs.

Le Journal a questionné des pilotes d’expérience pour savoir si cette manœuvre aurait bien pu être dangereuse.

Pour sa part, Normand Dubé estime que les hommes en cavale ont été bien chanceux que leur plan fonctionne tel que prévu.

«Il y avait un danger certain», dit-il.

«Les pales auraient bien pu décrocher parce qu’ils étaient trop chargés... Le pilote a probablement eu bien du mal à s’élever dans les airs», ajoute-t-il.

Évité le pire

Selon cet homme qui pilote des hélicoptères depuis 1999, le Robinson R44 impliqué dans cette évasion aurait carrément pu tomber au sol.

«À la température qu’il faisait hier, suspendus au bout d’une corde durant près de trois minutes, ça relève d’un exploit», confie-t-il.

La froide température et la densité de l’air ont probablement permis aux prisonniers de mettre leur plan à exécution.

«En été, ça n’aurait jamais levé. C’était froid et sec hier, et la température joue un rôle important en hélicoptère.»

Très rapide

L’engin à bord duquel se sont évadés les deux prisonniers peut atteindre entre 200 et 220 kilomètres à l’heure, selon le pilote Michel Careau.

«C’est aussi rapide qu’une voiture sport», souligne-t-il.

Les fuyards ont utilisé un câble qui a probablement été attaché sous l’hélicoptère, soit après le patin ou après un crochet situé sous l’engin.

«C’est une opération super délicate qu’ils ont faite, ç’aurait pu être dramatique», relate M. Careau.

Selon les estimations des pilotes consultés par le Journal, le pilote de l’hélicoptère a dû mettre une quinzaine de minutes pour faire le trajet entre la prison et Chertsey.

Contrairement aux prisons fédérales, les prisons provinciales n’ont aucune zone restrictive qui empêche les pilotes d’hélicoptères de survoler leurs bâtiments.

«Si je veux voler au-dessus de la prison de Rivière-des-Prairies, je dois demander une autorisation, sinon ça ne passe pas.»

melanie.bergeron@quebecormedia.com

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.