/news/currentevents
Navigation
Abitibi | Déversement

Une fuite dans le parc à résidus de Québec Lithium

neige
© Ariane Aubert Bonn / Agence QMI Par voie de communiqué, on affirme qu’Urgence-environnement s’est rendu sur les lieux afin de constater l’ampleur des dégâts.

Coup d'oeil sur cet article

LA CORNE – Un déversement en provenance d’un parc à résidus miniers du projet Québec-Lithium s’est produit à La Corne, en Abitibi-Témiscamingue.

Par voie de communiqué, on affirme qu’Urgence-environnement s’est rendu sur les lieux afin de constater l’ampleur des dégâts et que les premières constatations indiquent que le volume impliqué serait d’environ 50 000 m3.

On assure que le ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) suit la situation de près. On affirme que toutes les mesures requises sont prises afin d’assurer la protection de l’environnement.

Selon le site du gouvernement, il s’agirait d’une fuite d’eau sous la membrane du parc à résidus miniers. On parle d’un déversement de résidus miniers principalement de l’eau et du quartz. Le principal lieu affecté serait la rivière Fiedmont.

Selon la directrice régionale, Élène Iraca, la quantité importante a incité le ministère à classer le déversement dans la catégorie 2. «On parle d’un parc à résidus miniers qui s’est déversé au complet, a-t-elle affirmé en entrevue. C’est certain qu’il y aura des impacts puisqu’il y avait des matières en suspension, mais les expertises nous en diront davantage».

Elle a aussi ajouté que la minière avait mis en place des barrières à résidus le long du ruisseau qui passe près de là. «Nous y retournerons afin de voir si tout est fait pour minimiser les impacts et voir si d’autres solutions ne pourraient pas être appliquées», a-t-elle ajouté.

Rejoint par téléphone, le nouveau président du comité du Lac Legendre, André Labrecque, a dit espérer que les informations à l’effet que les impacts seraient minimes, soient vraies. «Pour notre lac, il ne devrait pas y avoir de problèmes puisque nous sommes entourés de montages, a-t-il affirmé en entrevue. C’est tout de même triste pour la Fiedmont qui compte beaucoup de poissons».

M. Labrecque s’est dit satisfait de la façon dont la minière et les instances ont informé la population et espère de la transparence pour la transmission des résultats des analyses. Une rencontre était déjà prévue le 16 avril prochain avec la minière.

Risques existants

Selon le site web du ministère, l’incident a été classé dans la catégorie 2 c'est-à-dire qu’il pourrait avoir un impact important sur l’environnement. Les conséquences sur les êtres humains, l’environnement ou les habitats seraient aussi importantes, mais difficiles à identifier.

On parle aussi d’un cas complexe et difficile à contrôler. L'événement désorganise momentanément la population touchée, les pertes matérielles peuvent être importantes et la santé de la population est menacée ou peut être affectée.

On veut des réponses

De son côté, le porte-parole de la Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine, Ugo Lapointe, a demandé de la transparence dans la divulgation des impacts environnementaux. «Nous demandons au ministère et à la minière d’informer rapidement le public sur les conséquences potentielles de cet incident et les mesures prises pour minimiser les impacts», a-t-il indiqué.

Pour Henri Jacob de l’Action Boréale de l’Abitibi-Témiscamingue (ABAT), le dossier est d’autant plus important qu’il s’agit d’une mine qui a échappé au processus du Bureau d’audience publique sur l’environnement. (BAPE) «Nous avions demandé au ministre de l’époque de tenir un BAPE sur ce projet, ce qui n’a pas été fait, a-t-il déploré. Peut-être que ça nous aurait évité ce genre d’incident».

Christian Simard, de Nature Québec a indiqué vouloir connaître le niveau de matière en suspension, la distance en aval du site, la toxicité des substances, les impacts sur les habitats et la faune aquatique, les responsables des analyses, les garanties financières versées par la minière pour ce genre d’événement,

 

Commentaires