/news/currentevents
Navigation
Évasion à Saint-Jérôme

Un des présumés complices est un imposteur

Évasion
Photo Agence QMI, Michel Desbiens L'hélicoptère qui a servi à l'évasion des deux détenus

Coup d'oeil sur cet article

L'un des présumés complices des deux détenus qui se sont évadés de la prison de Saint-Jérôme à l'aide d'un hélicoptère, dimanche, a été formellement inculpé sous l'identité usurpée d'une personne qui n'a rien à voir avec cette affaire.

C'est ce que la Sûreté du Québec a fait savoir jeudi après-midi en précisant que des accusations additionnelles de supposition de personne et d'entrave à la justice seront éventuellement déposées contre l'imposteur.

Après avoir été appréhendé par la SQ dans les heures suivant la spectaculaire évasion, l'un des deux hommes qui auraient détourné un hélicoptère vers la prison en menaçant le pilote avec un pistolet s'était identifié en déclarant aux policiers qu'il était Yagé Beaudoin, 23 ans.

S'il existe bel et bien un Québécois de ce nom et de cet âge, et n'ayant aucun casier judiciaire, il ne s'agit pas de l'accusé, selon le sergent Benoît Richard.

Prise d'empreintes

Lundi après-midi, les détenus Benjamin Hudon-Barbeau et Dany Provençal, ainsi que leurs présumés complices Mathieu Steven Marchisio et l'imposteur en question, ont comparu au palais de justice de Saint-Jérôme pour répondre à un total de 25 chefs d'accusation.

Ce n'est que lorsque les policiers ont pris ses empreintes digitales, soit au lendemain de la comparution du quatuor, mardi, que cet homme a admis qu'il n'avait pas révélé sa véritable identité. Le suspect aurait ensuite donné son vrai nom aux policiers.

Selon ce que le Journal a appris, l'accusé aurait également Beaudoin pour nom de famille, serait âgé de quelques années de plus que le vrai Yagé Beaudoin et aurait des antécédents judiciaires. Toutefois, «des vérifications sont actuellement en cours afin de procéder à l'identification formelle de ce suspect, à l'aide de ses empreintes digitales», d'après la SQ qui préfère pour le moment ne pas divulguer ce nom publiquement.

  • Les quatre accusés, tous détenus, doivent revenir en cour le 16 avril prochain.
Commentaires