/lifestyle/casa
Navigation
astuce

Le peroxyde d’hydrogène, efficace et inoffensif

Le peroxyde d’hydrogène, efficace et inoffensif
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

C’est le moment de penser au grand ménage du printemps, et beaucoup de gens sont à la recherche de produits désinfectants dont on peut se servir sans devoir porter masque et gants.

C’est le moment de penser au grand ménage du printemps, et beaucoup de gens sont à la recherche de produits désinfectants dont on peut se servir sans devoir porter masque et gants.

Le peroxyde d’hydrogène offre justement aux familles soucieuses une solution de rechange inoffensive. Contrairement aux javellisants liquides, les produits à base de peroxyde d’hydrogène (ceux de la gamme Lysol Power & Free, par exemple) n’ont rien de corrosif. On n’a donc pas besoin de gants de caoutchouc ni de masque. Ces produits sont adaptés aux besoins quotidiens des familles qui ont des enfants et des animaux. On peut s’en servir pour nettoyer différentes surfaces dans la maison sans avoir à rincer après avoir frotté.

Selon une étude de marché sur les javellisants réalisée en 2011 par la firme MMR, plus de la moitié des gens qui utilisent des produits javellisants s’inquiètent des émanations qu’ils dégagent et plus des deux tiers disent prendre des précautions particulières.

Deux en un

Le peroxyde d’hydrogène, lui, se retrouve naturellement dans le matériel vivant, et notamment dans le corps humain. Comme l’explique Joe Rubino, directeur, Recherche et développement à l’échelle mondiale dans le domaine de l’hygiène des surfaces chez Reckitt Benckiser : «Ça fait des années que les gens ont du peroxyde d’hydrogène dans leur armoire à pharmacie, parce qu’ils savent que c’est un bon désinfectant pour les coupures et les éraflures, aussi bien chez les adultes que chez les enfants. Or, ce sont les mêmes propriétés nettoyantes et désinfectantes qui rendent le peroxyde aussi efficace sur une foule de surfaces dans la maison.»

La nocivité des javellisants est une source d’inquiétude non seulement dans nos foyers, mais aussi du point de vue écologique. En effet, la production de javellisants peut dégager des dioxines cancérigènes qui, en se transformant, libèrent à leur tour dans l’environnement de petites quantités de toxines dangereuses pour les crustacés, les mollusques et d’autres organismes marins et aquatiques.

 

Commentaires