/lifestyle/health
Navigation
Santé

Les règles qui dérèglent

Les règles qui dérèglent
Photo Fotolia Articulations douloureuses, douleurs abdominales et musculaires ne sont que quelques-unes des manifestations physiques du SPM.

Coup d'oeil sur cet article

Ma chronique de la semaine dernière sur les céphalées, et principalement les migraines, a soulevé plusieurs questions sur les autres malaises qui précèdent ou accompagnent les menstruations. Voilà l’occasion de faire le point sur le syndrome prémenstruel (SPM) qui affecte, à différents niveaux, quatre femmes sur dix.

Ma chronique de la semaine dernière sur les céphalées, et principalement les migraines, a soulevé plusieurs questions sur les autres malaises qui précèdent ou accompagnent les menstruations. Voilà l’occasion de faire le point sur le syndrome prémenstruel (SPM) qui affecte, à différents niveaux, quatre femmes sur dix.

Régulièrement, entre sept et quatorze jours avant vos règles et jusqu’à deux ou trois jours après leur début, vous n’êtes plus vous-même? Vous devenez irritable, dépressive ou anxieuse? Vous prenez du poids, avez des migraines ou souffrez d’insomnie? Vous n’êtes pas seule, la plupart des femmes ressentent certains malaises physiques avant les menstruations. Toutefois, le SPM peut être la source de symptômes suffisamment importants pour bouleverser votre vie quotidienne.

LE SPM

Décrit comme une manifestation cyclique de symptômes physiques et psychologiques reliés aux menstruations, le SPM serait le résultat des variations des taux d’hormones et de la biochimie du cerveau pendant le cycle menstruel. Le stress, le niveau d’activité physique et l’alimentation peuvent également en influencer et en aggraver les symptômes. Et ils sont nombreux... Plus de 150 (!) (voir les principaux dans l’encadré), et ces symptômes peuvent sérieusement altérer la qualité de vie des femmes qui les éprouvent. Toutes les femmes menstruées sont à risque d’éprouver les symptômes du SPM. Toutefois, celles dans la trentaine et la quarantaine sont généralement les plus touchées. La meilleure façon de le détecter est de prendre en note sur un calendrier, pendant quelques mois (3 à 6), les symptômes que vous éprouvez et de quantifier leur importance (de 1 à 5 par exemple). Si ceux-ci apparaissent à la même période chaque mois, il est fort probable que le SPM n’est pas étranger à vos inconforts.

Si les changements à votre mode de vie suggérés ci-contre pour combattre les symptômes du SPM ne suffisent pas pour réduire sensiblement votre inconfort, visitez votre médecin et apportez vos notes reliées aux symptômes que vous éprouvez. Différentes approches pourront être considérées pour les enrayer. La prescription de certains médicaments, hormones, antidépresseurs ou diurétiques peut être une solution adéquate pour certaines femmes dont la qualité de vie est sérieusement handicapée par le SPM.

Il n’y a pas de règle spécifique pour contrer les désagréments des règles! Toutes les femmes sont différentes... N’hésitez pas à discuter de vos symptômes avec votre médecin, des médicaments qui peuvent être envisagés et des effets à plus ou moins long terme de ceux-ci. Vous serez en mesure de prendre une décision éclairée et votre qualité de vie pourrait s’en trouver nettement améliorée.

Commentaires