/entertainment/music
Navigation
Deux journalistes se confient au Journal

«Elle a changé le monde du divertissement à Vegas»

Coup d'oeil sur cet article

LAS VEGAS | S’il y a deux personnes qui peuvent bien parler du phénomène Céline Dion à Las Vegas, ce sont les journalistes Norm Clarke et Robin Leach. Et tous deux s’entendent pour dire que la Québécoise a vraiment aidé la ville à se remettre sur pied, il y a 10 ans. «Elle a redressé le bateau qui avait dévié de sa trajectoire.»

LAS VEGAS | S’il y a deux personnes qui peuvent bien parler du phénomène Céline Dion à Las Vegas, ce sont les journalistes Norm Clarke et Robin Leach. Et tous deux s’entendent pour dire que la Québécoise a vraiment aidé la ville à se remettre sur pied, il y a 10 ans. «Elle a redressé le bateau qui avait dévié de sa trajectoire.»

À Las Vegas, Norm Clarke et Robin Leach sont deux figures incontournables dans le milieu des arts et spectacles. Le premier tient une chronique culturelle dans le Las Vegas Review-Journal. Le deuxième, journaliste et animateur télé depuis plus de 50 ans, s’occupe maintenant du site VegasDeluxe.com, en plus d’avoir une chronique dans le Las Vegas Sun News.

Lorsqu’on leur parle de Céline Dion, les deux journalistes s’entendent pour dire qu’elle a complètement transformé le visage de Las Vegas.

«Son héritage sera toujours qu’elle a aidé la ville au moment où elle en avait le plus besoin», dit Norm Clarke. «C’est remarquable de voir qu’une femme qui chante peut à elle seule déterminer les fortunes financières de la plus importante ville de divertissement au monde», mentionne Robin Leach.

Un pari de 250 millions $

«Céline Dion a changé le monde du divertissement, elle a changé le paysage de Las Vegas et la façon dont les spectacles étaient planifiés ici», poursuit M. Leach.

Ce dernier se souvient de l’énorme risque financier que nécessitait ce projet, au début des années 2000. «C’était un pari de 250 millions $. Il n’y avait personne qui avait parié ce montant d’argent sur une chanteuse et un théâtre», indique-t-il.

«Une chanteuse de Montréal, au Canada? Dans un théâtre de 4000 sièges? C’était inimaginable. Mais il y a eu assez de personnes qui croyaient au projet», poursuit le journaliste.

«Je me souviens que lorsqu’ils ont commencé à construire le théâtre, c’était autour des événements du 11 septembre. Et n’importe quel nouveau projet de construction était accueilli avec pessimisme, à Vegas», dit Norm Clarke.

« Elle est accessible »

Et finalement, comme on le sait, l’aventure au Colosseum s’est avérée une réussite sur toute la ligne. «Quand j’ai vu A New Day pour la première fois, c’était une expérience à couper le souffle, dit Robin Leach. Ce n’était pas juste elle sur une scène à chanter. C’était une production scénique complète.»

«Ce succès ne se résume pas simplement au nombre de sièges dans le théâtre, poursuit-il. C’est aussi à propos des gens qui viennent de partout sur la planète. Ces personnes font la fête, ils mangent au restaurant, ils jouent au casino. Ça aide beaucoup la ville.»

Lui qui rencontre toutes les stars internationales de passage à Las Vegas, Norm Clarke affirme que Céline Dion n’est pas une vedette mondiale simplement par son talent. «Elle est le «forfait complet» (complete package). Il y a des stars qui viennent en ville, qui récupèrent leur gros chèque et qui s’en vont, sans jamais parler aux médias. Céline n’a jamais été comme ça. Elle est accessible. Elle et René connaissent l’importance d’aider les médias.»

Avec un nouveau visage, Las Vegas se permet désormais de vouloir attirer en résidence tous les plus grands chanteurs de la planète. «Je sais qu’ils ont essayé d’avoir Michael Jackson pour faire son retour, dit Norm Clarke. Ils voulaient aussi avoir Madonna, mais je crois que la fenêtre d’opportunité est passée. Enfin, la ville voulait avoir Lady Gaga, pour rajeunir ses visiteurs. Finalement, ils auront Britney Spears.»

 

Commentaires