/entertainment/music
Navigation
musique

En studio avec Céline Dion

Le Journal a assisté à l’enregistrement d’une chanson pour le prochain album en anglais

Coup d'oeil sur cet article

LAS VEGAS | Breakaway, retenez bien ce titre, car il pourrait fortement s’agir du prochain grand succès de Céline Dion. La pièce se retrouvera sur le prochain album en anglais de la Québécoise à paraître en octobre. Le Journal était en studio cette semaine, à Vegas, pour l’enregistrement de cette power ballade au refrain contagieux.

LAS VEGAS | Breakaway, retenez bien ce titre, car il pourrait fortement s’agir du prochain grand succès de Céline Dion. La pièce se retrouvera sur le prochain album en anglais de la Québécoise à paraître en octobre. Le Journal était en studio cette semaine, à Vegas, pour l’enregistrement de cette power ballade au refrain contagieux.

Céline Dion a beau avoir plus d’une vingtaine d’albums en carrière, répartis sur trente ans, elle est encore nerveuse à l’occasion lorsque vient le temps d’aller en studio. Il fallait la voir toute fébrile, au Studio at the Palms, lorsqu’elle a rencontré les auteurs de la pièce Breakaway.

« Pouvez-vous me pincer ? »

Visiblement, on sent que cette chanson est l’une des favorites de l’interprète sur son prochain album. Le morceau a été écrit par le trio de réalisateurs/auteurs suédois, Tobias Lundgren, Johan Fransson et Tim Larsson, de la boîte Play Production, en compagnie de l’auteure-compositrice-interprète Audra Mae, native de l’Oklahoma.

Dans le passé, le quatuor a travaillé sur des chansons de Susan Boyle, Rascal Flatts et la Québécoise Eva Avila.

C’est Audra Mae qui chante sur le démo qu’a écouté Céline pendant les deux dernières semaines, chez elle. La Québécoise, adorant la version d’Audra, ne voulait surtout pas décevoir cette dernière avec sa nouvelle interprétation.

«Quand je t’ai entendue, je me suis dit: Où est cette fille? Pourquoi ne la connaît-on pas? dit Céline à Audra. J’espère que tu pourras me montrer comment la chanter.» «Pouvez-vous me pincer?», rétorque la jeune femme.

Frissons

Plus tard, l’Américaine confiera à René qu’elle a commencé à chanter en écoutant du Céline Dion.

«Les premières fois où j’ai été payée pour chanter, c’était avec ses chansons», dit-elle. Voilà la boucle qui est complète avec Breakaway.

Cette pièce, très chère à Audra Mae, parle des personnes qui nous sont néfastes et dont on doit se départir, même si on les aime.

Le refrain nous entre immédiatement dans la tête avec les paroles: «If I could break away, cut the chord, for worse or better, if I could turn the page, at last and say, goodbye forever.»

Pendant deux heures, Céline travaillera sur les parties de la chanson en essayant différentes versions d’interprétation. Seule dans sa pièce pour enregistrer, elle s’est mise à genoux pour chanter.

«D’habitude, elle le fait debout ou assise, mais c’est la première fois que je la vois à genoux pour un enregistrement», indique François Lalonde, ingénieur de son de Céline depuis 12 ans.

Très perfectionniste, et sachant immédiatement ce qu’elle aime ou pas, Céline demandera elle-même à plusieurs occasions de reprendre des prises, n’étant pas satisfaite de son interprétation.

Au final, le résultat est à donner des frissons. On entend l’interprète comme on l’a rarement entendue, avec une intensité et des émotions en montagnes russes.

En spectacle, on peut évidemment constater l’immense talent de la chanteuse, mais c’est véritablement en studio que l’on constate à quel point sa voix est tout simplement spectaculaire.

Ne-Yo et Stevie

Intitulé Water and a Flame, l’album en anglais de Céline Dion comprendra quelques duos, dont un avec Stevie Wonder, produit par Tricky Stewart. «C’est Stevie Wonder qui a fait les arrangements», dit René Angélil.

Francis Anthony «Eg» White, bien connu pour son travail avec Adele, a aussi produit deux chansons, Water and a Flame et Didn’t Know Love, qui a un «feeling écœurant», au dire de René.

Le chanteur Ne-Yo a de son côté enregistré le duo It’s Incredible avec la Québécoise. Enfin, la pièce Unfinished Songs, qui se retrouvera au générique de fermeture du film du même nom, cet été, se retrouvera également sur le disque.

«Je pense qu’on a un bon album, dit René. Mais ce n’est que lorsque 10 ou 12 chansons seront complétées que l’on aura le vrai feeling.»

Commentaires