/news/currentevents
Navigation
votre journal | Lectorat

Numéro un depuis 27 ans

nadbank

Coup d'oeil sur cet article

C’est une première dans notre histoire à une époque où certains ne croyaient plus cela possible: Le Journal de Montréal augmente ses lecteurs non seulement dans la grande région de Montréal, mais partout au Québec.

C’est ce que révèlent coup sur coup cette semaine les résultats des deux études de lectorat les plus sérieuses qui existent pour mesurer la popularité des journaux quotidiens.

Le Journal de Montréal compte désormais 2,4 millions de lecteurs à travers le Québec, du jamais-vu en bientôt 50 ans d’histoire.

C’est plus d’un Québécois sur trois qui nous lit maintenant !

Alors que certains éditeurs prévoient déjà la disparition de leur propre journal en version papier, Le Journal de Montréal, lui, compte pas moins de 384 000 lecteurs de plus au Québec qu’à pareille date en 2010.

Ces résultats, issus de la nouvelle Étude PMB 2013, prouvent que nos lecteurs sont encore très attachés à leur journal de papier, bien qu’ils s’informent aussi de plus en plus sur notre site internet et par le biais de nos plateformes numériques.

Cela nous confirme aussi que nous avions raison de continuer à miser sur l’amélioration de nos contenus écrits, tout en développant parallèlement nos produits d’information numériques.

Dans la région de Montréal aussi

Ces résultats exceptionnels en province se confirment par ceux que nous venons d’obtenir dans la grande région de Montréal.

En effet, le sondage NADbank, qui mesure le lectorat des journaux quotidiens des grandes régions métropolitaines, nous révèle la même tendance à la hausse.

Nous comptons maintenant 1 164 300 lecteurs dans la région métropolitaine, qui inclut Montréal et ses ­banlieues. Mais nos lecteurs se trouvent bien au-delà de cette région, c’est pourquoi nous en joignons en réalité 2,4 millions chaque semaine.

Dans la grande région de Montréal, nous sommes numéro un depuis 27 années consécutives !

C’est tout dire. Nous avons plus de lecteurs que La Presse sept jours sur sept, dont 22 % de plus sur semaine (94 300 lecteurs).

Nous sommes un journal de masse qui rejoint toutes les couches de notre société sans exception.

Le papier et le numérique

Ces résultats déjouent ceux qui prévoyaient un déclin très rapide des journaux de papier. Nous savons bien sûr qu’il y a un avenir dans l’information diffusée sur des supports numériques, comme les tablettes, les ordinateurs ou les téléphones intelligents, et nous sommes bel et bien embarqués dans le train.

Notre site Web connaît une croissance fulgurante depuis son lancement en janvier 2012 et attire un très large auditoire après une année à peine d’existence. Le journaldemontreal.com est imagé, complet, vivant, toujours intéressant. Il fait vivre une expérience de lecture différente grâce à la plus grande offre de vidéos d'actualité au Québec, à des animations graphiques interactives, des débats animés par vos commentaires, une imposante équipe de blogueurs et même, depuis peu, une émission de radio quotidienne.

Près de 25 000 personnes sont abonnées à nos versions numériques qui sont en constante évolution.

Cela dit, il y a aussi beaucoup d’avenir pour un bon journal de papier à Montréal, ce que nous sommes, à force d’investir sans ménagement dans notre contenu.

Nous offrons de plus en plus d’informations exclusives, d’enquêtes journalistiques, de reportages inédits, de grandes entrevues. Nos cahiers Weekend et Casa du samedi sont de plus en plus populaires.

Nous comptons sur une jeune salle de journalistes talentueux, curieux et fonceurs. Ils sont appuyés par une équipe variée de chroniqueurs d’expérience qui ne laissent personne indifférent.

Une expérience unique

Le Journal de Montréal a décidé il y a longtemps d’être à la défense de ses lecteurs dans un monde où la recherche de justice semble de plus en plus difficile.

Nous savons que nos lecteurs se lèvent tôt pour aller travailler, ou ont travaillé fort toute leur vie, et qu’ils ont besoin de nous pour défendre leurs intérêts civiques face à des bureaucraties, des gouvernements, des multinationales.

Nous sommes là pour eux et, en échange, nous avons maintenant la preuve qu’ils sont derrière nous. C’est la même chose pour nos annonceurs qui peuvent mesurer cet impact et qui nous font toujours confiance.

La qualité, la rigueur, l’impact «de faire la différence» et la recherche de la vérité seront encore nos priorités pour les années qui viennent. Nous continuerons à investir argent et efforts pour vous offrir un journal quotidien, papier ou numérique, de grande qualité.

Merci de nous lire,

Lyne Robitaille

Présidente et éditrice

Le Journal de Montréal

Commentaires