/opinion/blogs/columnists
Navigation

La mystérieuse finale d'Unité 9

Coup d'oeil sur cet article

5123f0d35a09c_source

Marie Lamontagne a «pété» les plombs lors du dernier épisode de la saison du téléroman Unité 9.

Elle a étranglé, dans un moment de folie, une détenue de l'aile psychiatrique de Lietteville.

Meurtre? Tentative de meurtre? Il va falloir, chose certaine, s'armer de patience avant de connaître la réponse.

Georges l'aumônier sait que Marie Lamontagne n'a pas poignardé son père et qu'elle a peut-être voulu protéger sa fille Léa.

Quelques questions font surface après ce dernier épisode.

La première.

Est-ce que Marie Lamontagne a subi un véritable choc qui l'a plongé dans cet état?

Est-ce que Marie Lamontagne a décidé de se faire passer pour folle afin de s'assurer de ne jamais quitter le centre de détention de Lietteville?

L'auteure Danielle Trottier a travaillé sur cette série durant cinq ans. Elle a fait des recherches et elle est très bien documentée. Il est peut-être possible de se retrouver, du jour au lendemain, dans cet état de démence.

Marie Lamontagne était très loin de la folie dans sa façon de vivre à l'intérieur des murs. Il y a anguille sous roche comme dirait l'autre.

La deuxième piste, par contre, pourrait amener quelque chose de très intéressant.

Est-il possible que Marie Lamontagne et sa fille Léa se retrouvent, un jour, toutes les deux en détention? Est-ce possible que la mère, qui sent que l'étau va nécessairement se resserrer autour de sa fille, a volontairement choisi de poser ce geste, afin de pouvoir la protéger si jamais elle devrait faire face à une accusation de tentative de meurtre et qu'elle devrait faire du temps?

Le personnage de Marie Lamontagne, joué par Guylaine Tremblay, est le moteur d'Unité 9. Il serait très étonnant que Marie Lamontagne quitte Lietteville à court ou à moyen terme. Le geste qu'elle vient de poser lui assure d'être là pour un «petit» bout.

On devrait, à l'automne 2013, avoir quelques réponses à ces interrogations.