/news/currentevents
Navigation
Religion | fidèles

Des églises « populaires »

Au moment où l’Église catholique perd des fidèles au Québec, d’autres en gagnent

Des églises « populaires »
photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les églises catholiques sont de plus en plus désertées, d’autres attirent pourtant des foules si imposantes qu’elles doivent agrandir leurs installations.

Alors que les églises catholiques sont de plus en plus désertées, d’autres attirent pourtant des foules si imposantes qu’elles doivent agrandir leurs installations.

La cote des Églises évangéliques grimpe au Québec, selon plusieurs théologiens.

Il s’agit de chrétiens protestants qui misent sur une relation individuelle avec Dieu et la lecture personnelle des Évangiles, sans besoin d’un prêtre pour les interpréter. Ils se divisent en divers groupes, dont les baptistes, les pentecôtistes et les charismatiques.

Ils attirent des immigrants latino-américains, africains et asiatiques, mais aussi des catholiques déçus qui osent regarder ailleurs.

«L’apparition d’Églises évangéliques est en hausse, soutient Dominic Larochelle, du Centre de ressources et d’observation de l’innovation religieuse de l’Université Laval. Mais ces mouvements restent minoritaires.»

Malgré leur croissance, ils ne représentent pas 1% des Québécois, rappelle Alain Bouchard, sociologue des religions de l’Université Laval.

Après une forte hausse dans les années 1990, ils ont atteint un plateau dans les années 2000, juge-t-il. D’autres groupes, comme les mormons et les Témoins de Jéhovah, suivent la même mouvance.

«Dès qu’un établissement atteint un certain nombre de personnes, il forme une autre branche, d’où l’impression qu’il en pousse de partout», ajoute-t-il.

Moins rigides

Comment expliquer la popularité de ces Églises?

«Elles ont éliminé l’aspect trop ritualisant, comme les sacrements, explique M. Larochelle. L’Église catholique est plus rigide, elle a une plus grosse structure.»

On ne vit pas, dans les grandes institutions, des moments spectaculaires comme chez les pentecôtistes, qui entrent parfois en transe, selon Alain Bouchard.

«Les gens recherchent des produits spécialisés», précise-t-il.

Chaque église est autonome, ce qui facilite la cohésion. Les fidèles se sentent plus responsables de leur communauté.

«Comme les liens y sont serrés, des immigrants se joignent même à ces religions pour s’intégrer à leur pays d’accueil», explique M. Bouchard.


• L’islam est également en hausse, surtout grâce à l’immigration venue des pays maghrébins.

Commentaires