/opinion
Navigation

D’un Trudeau à l’autre

Coup d'oeil sur cet article

Il a 41 ans, est père de famille et député fédéral depuis 2008. Personne ne parlerait de lui s’il n’était pas le fils d’un des grands premiers ministres du Canada. Cet homme n’a qu’un nom, Trudeau, mais n’a pas encore de prénom.

Il a 41 ans, est père de famille et député fédéral depuis 2008. Personne ne parlerait de lui s’il n’était pas le fils d’un des grands premiers ministres du Canada. Cet homme n’a qu’un nom, Trudeau, mais n’a pas encore de prénom.

Être le fils d’un politicien célèbre n’est pas toujours facile. Il y a de nombreux avantages, mais aussi quelques désavantages. J’en sais quelque chose, car mon père a été un ministre très connu et apprécié au Québec.

Le côté lumineux

Il y a le côté lumineux. Les gens nous arrêtent dans la rue et discutent avec nous comme si nous faisions partie de la famille. Ils nous prennent en photo, veulent des autographes et nous donnent l’impression d’être une rock star. Mon père est décédé il y a 20 ans et tous les jours, on m’interpelle en disant : «J’ai bien connu ton père» ou encore «J’étais organisateur de ton père à l’époque». On vit constamment dans l’ombre de son père. Imaginez maintenant quand vous portez le nom de Trudeau. Cela doit être cent fois pire.

Le côté sombre

Il y aussi le côté sombre et l’envers de la médaille. Les adversaires de mon père me traitent encore de péquiste, alors que plusieurs péquistes me considèrent comme un adversaire. On se fait beaucoup de faux amis, mais aussi de vrais ennemis.

Mais le pire demeure l’inévitable comparaison. Le nom Trudeau est très lourd à porter sur les épaules du fils. Pierre Elliott Trudeau était un intellectuel flamboyant qui a changé le Canada. Il a légalisé le divorce, l’avortement, l’homosexualité et éliminé la peine de mort. Il a normalisé les relations avec la Chine et Cuba. Mais il a aussi créé le programme énergétique national en s’aliénant l’Ouest canadien, la Loi sur les langues officielles en s’aliénant l’Ontario, il a réactivé la Loi sur les mesures de guerre et rapatrié la Constitution canadienne de 1982 en s’aliénant le Québec.

Le nom Trudeau a une charge émotive très forte d’un océan à l’autre (A Mari usque ad Mare). La boutade de l’époque «D’un Trudeau à l’autre» prend maintenant tout son sens.

La Trudeaumanie

De Montréal, on ne mesure pas encore l’effet Trudeau. Cela peut nous sembler bizarre, mais il existe une vraie Trudeaumanie en Ontario (+10 %) et dans les Maritimes (+15 %), alors que l’impact est moindre au Québec (+4 %). Il attire les foules, séduit les femmes et les communautés culturelles, regarnit les coffres du Parti libéral et ne laisse personne indifférent sur son passage. Notre dernier sondage le confirme, Trudeau pourrait balayer le pays et battre les conservateurs.

Mais les gens se demandent encore si l’homme sera à la hauteur de l’image qu’il s’est créée.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.