/news/education
Navigation
CSDM

Les centres d’éducation populaire crient à l’aide

Les centres d'éducation populaire de Montréal dénoncent, lors d'une conférence de presse qui a eu lieu à Montréal, le vendredi 5 avril 2013, les coupes de subventions et le non-renouvellement des baux par la Commission scolaire de Montréal (CSDM) qui sero
Photo LYDIA LABBÉ-ROY / AGENCE QMI L'ancien ministre de l'Éducation, Paul Gérin-Lajoie, manifeste son appui aux six centres d'éducation populaire.

Coup d'oeil sur cet article

L’alliance des centres d’éducation populaire (InterCEP) a tenu une conférence de presse, vendredi, afin de demander à la première ministre Pauline Marois d’intervenir pour sauver les six centres menacés de fermeture.

Des compressions budgétaires imposées par le ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport (MELS) forcent la Commission scolaire de Montréal (CSDM) à couper complètement les subventions et à ne pas renouveler les baux des centres d’éducation populaire dès mai 2015.

«Il y a une portion qui est du financement qu’on donne pour les activités et une autre portion où on défraie les coûts d’énergie et l’entretien, a expliqué Catherine Harel-Bourdon, commissaire scolaire à la CSDM. On n’a pas de financement particulier pour cet entretien-là et c’est quand même des frais énormes parce qu’il y a de gros travaux à faire dans les bâtiments, que ce soit les fenêtres ou encore la maçonnerie.»

Entre temps, la CSDM a déjà entrepris des coupes en réduisant d’un tiers la subvention accordée aux centres. «Cette année, c’est la première tranche du tiers qui est partie. L’année prochaine un autre tiers et la dernière année c’est fini. Sur trois ans, la coupure sera complète», a indiqué Sylvie Laliberté, porte-parole d’InterCEP.

Les centres d’éducation populaire dispensent des services d’alphabétisation, de formation informatique, de formation continue, de réinsertion, d’alimentation, de soutien aux personnes immigrées et offrent plusieurs ateliers et activités d’ordre social, artistique et culturel.

À la recherche de solutions

La commissaire scolaire Catherine Harel-Bourdon soutient que la CSDM cherche toutefois des solutions.

«La CSDM faisait le choix, parce qu’on croit en cette mission-là, de mettre des sous à même son budget, a-t-elle dit. Mais étant donné notre situation financière difficile, on n’a plus les mêmes montants qu’on avait auparavant. Donc on essaie de trouver des solutions avec les centres pour aller chercher du financement.»

L’InterCEP a déjà rencontré le ministère de l’Éducation pour lui faire part de la situation. «On était censé avoir des réponses, mais les réponses qu’on a c’est : on n’a pas de solutions», a rapporté la porte-parole d’InterCEP.

En avril 1998, Pauline Marois, alors ministre de l’Éducation, Louise Harel, alors ministre de l’Emploi et de la Solidarité et Robert Perreault, alors ministre d’État à la Métropole, avaient accordé, à titre exceptionnel, un soutient financier totalisant 324 000 $ à ces six mêmes centres d’éducation populaire.


Paul Gérin-Lajoie soutient l’éducation populaire

L’ancien ministre de l’Éducation sous le gouvernement de Jean Lesage, Paul Gérin-Lajoie, a tenu à manifester son appui aux démarches qu’ont entreprises les six centres d’éducation populaire de Montréal.

«Ce que nous faisons en terme de société pour appuyer l’éducation non formelle de gens d’un certain âge, cela sert aux jeunes, estime-t-il. Les mères, les grand-mères, les arrière-grands-mères, jouent un rôle dans l’éducation de leurs enfants, de leurs petits-enfants, de leurs arrière-petits-enfants. Et quand on donne un appui au développement de l’éducation au sens le plus large, le plus informel du terme, on se trouve de la sorte à aider à l’éducation des jeunes.»

Du haut de ses 93 ans, l’ancien député de Vaudreuil-Soulanges a insisté sur l’importance que l’éducation populaire joue lorsqu’elle est dispensée aux adultes.

«Malheureusement, tout le monde ne voit pas le large éventail des services dont profitent les enfants d’âge scolaire quand on donne un appui à leurs parents, grands-parents et arrière-grands-parents», a-t-il répété à quelques reprises.

 

Commentaires