/news/politics
Navigation
Sondage Abacus

Justin Trudeau a le vent dans les voiles

justin trudeau
Photo Agence QMI / Archives Justin Trudeau, candidat à la chefferie du Parti libéral du Canada

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Justin Trudeau a le vent dans les voiles. Selon un sondage Abacus Data réalisé pour l’Agence QMI, il impressionne 75 % des électeurs qui le trouvent agréable, sympathique et doté d’un bon jugement.

Même si une majorité de Canadiens et de Québécois jugent qu’il a plus de style que de contenu, il passe la rampe au Québec et dans la plupart des régions du Canada.

Selon le président-directeur général d’Abacus, David Coletto, M. Trudeau fait revivre la marque de commerce libérale même s’il n’est pas encore chef libéral. À l’échelle nationale, les conservateurs ont l’appui de 33 % des électeurs convaincus. Les libéraux et les néo-démocrates sont nez à nez avec 27 % des voix. Les Verts récoltent 7 % des appuis.

Au Québec, les libéraux ont remonté la pente. Surprenant, explique M. Coletto, car à en croire les commentateurs et l’élite politique du Québec, le nom de M. Trudeau était synonyme de «poison».

«Mais les chiffres disent une autre histoire, a-t-il déclaré. Donc, Justin Trudeau n’est pas toxique au Québec.»

Chez les électeurs québécois convaincus, 29 % voteraient pour les néo-démocrates de Thomas Mulcair, 28 % pour les libéraux, 16 % pour les conservateurs de Stephen Harper et 21 % pour le Bloc québécois.

Il s’agit de tout un virage, considérant que les libéraux étaient à 13 % dans les intentions de vote au Québec le 22 mai 2011. Le NPD recueillait alors 41 % des appuis, ce qui laisse entendre, a souligné M. Coletto, qu’un bon nombre des partisans du NPD pourraient de changer de camp.

Au Québec, 47 % des électeurs ont une bonne impression de M. Trudeau alors que 19 % ont plutôt une impression négative du député de Papineau. M. Trudeau est très bien perçu en Atlantique (55 %), en Ontario (42 %), dans la grande région de Toronto (46 %) et en Colombie-Britannique (37 %) mais moins en Alberta (30 %), le fief du premier ministre Stephen Harper.

Les Québécois sont aussi majoritaires à croire que le député montréalais a le bagage nécessaire pour être premier ministre, perspective qu’on ne trouve pas en Alberta par exemple.

M. Trudeau représente une menace pour les conservateurs dans la région du Grand Toronto où les conservateurs ont ravi tous les sièges aux élections de 2011, sauf un, et en Colombie-Britannique. Si M. Trudeau gagnait 10 à 15 sièges dans ces régions, cela pourrait faire la différence entre un gouvernement majoritaire conservateur ou minoritaire, a noté M. Coletto.

Le «statut de célébrité» de Justin Trudeau et «l’affection» qu’on lui manifeste, font en sorte qu’on lui pardonne des erreurs de parcours. Bref, pour l’heure, les électeurs sont prêts à lui donner «le bénéfice du doute», a conclu M. Coletto.

Mené auprès de 1511 répondants, ce sondage en ligne a été réalisé les 5 et 6 avril à partir d'un bassin de 150 000 Canadiens.

 

Commentaires