/news/currentevents
Navigation
Californie

Trois adolescents arrêtés pour agression sexuelle

Coup d'oeil sur cet article

SAN JOSE, Californie — Trois garçons ont été arrêtés dans le nord de la Californie à la suite d’accusations d’agression sexuelle sur une adolescente, qui s’est enlevé la vie après que des photos de la présumée attaque aient circulé.

Audrie Pott, 15 ans, a écrit sur sa page Facebook que sa vie était «ruinée» et qu’elle avait eu «la pire journée au monde», juste avant de commettre l’irréparable le 10 septembre dernier, huit jours après l’agression, a rapporté le San Jose Mercury News.

L’avocat de sa famille, Robert Allard, a expliqué que des photos en format papier de la jeune fille en train de se faire agresser, alors qu’elle était intoxiquée et inconsciente, ont circulé «comme un feu de forêt» à l’école Saratoga High School, parmi les élèves qui ont alors commencé à l’intimider.

«La pauvre Audrie était terrorisée par la cyberintimidation qu’elle subissait», a raconté M. Allard.

Jeudi, l’avocat a mentionné que la famille d’Audrie ressentait des émotions diverses quant à l’arrestation des trois élèves de Saratoga High School, incluant un qui a été transféré dans une autre école.

«La plaie n’est pas encore guérie, a-t-il dit. Ils veulent sentir que la justice sera rendue maintenant que ces adolescents ont été arrêtés, sept mois après avoir agi comme si rien ne s’était produit. Mais en même temps, ça leur rappelle qu’Audrie est partie.»

Les parents souhaitent également que le cas de leur fille chérie devienne un modèle pour la justice, avec l’adoption d’une loi qui portera son nom, et que les trois garçons soient jugés au criminel, comme des adultes.

L’arrestation jeudi des trois suspects, tous âgés de 16 ans, survient au même moment où l’histoire de Rehtaeh Parsons, une jeune fille de 17 ans de la Nouvelle-Écosse, cause l’émoi au Canada. L’adolescente a été débranchée dimanche du respirateur artificiel qui la maintenait en vie depuis sa tentative de suicide par pendaison, le 4 avril.

Les parents de Rehtaeh ont affirmé qu’elle avait été victime d’un viol collectif alors qu’elle était âgée de 15 ans et qu’elle subissait de l’intimidation depuis que des photos de l’agression avaient été partagées.

Aucune accusation n’avait été déposée initialement auprès des quatre adolescents qui avaient subi une enquête. Mais après une large protestation, le ministère de la Justice de la Nouvelle-Écosse a demandé à quatre départements gouvernementaux de se pencher sur le cas de Rehtaeh Parsons.

 

Commentaires