/news/currentevents
Navigation
montréal-nord

Un homme suspecté du meurtre de son père

Un homme suspecté du meurtre de son père
Photo le journal de montréal, katia tobar Luc Foisy, un homme de 61 ans, a été retrouvé mort samedi après-midi à son domicile du 11001, avenue Cobourg, à Montréal-Nord.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de 27 ans doit comparaître aujourd’hui au Palais de justice de Montréal à la suite du meurtre de son père survenu samedi après-midi.

Luc Foisy, 61 ans, a été retrouvé mort à son domicile de l’avenue Cobourg, à Montréal-Nord.

À l’arrivée des services d’Urgences Santé, il était en arrêt cardiorespiratoire. Malgré les manœuvres de réanimation, son décès a été constaté sur place.

Il souffrait d’un traumatisme massif à la tête et au visage, a expliqué Robert Lamle, chef de division à Urgences Santé.

On ne connaît pas encore les circonstances de la mort de M. Foisy, mais ses blessures n’ont pas été causées par une arme à feu, a indiqué Raphaël Bergeron, agent de relations aux médias de la police de Montréal.

Drame

Luc Foisy, retraité, habitait seul dans un immeuble de six logements.

Au moment du drame, aucun bruit n’a alerté le voisinage.

«Je n’ai rien entendu pourtant c’est des murs en carton ici», a confié une voisine de M. Foisy depuis une vingtaine d’années. Celle-ci a préféré garder l’anonymat.

La police de Montréal a reçu un appel same­di vers 16 h lui signalant un homme inconscient au domicile de la victime.

À leur arrivée sur les lieux, deux personnes se trouvaient dans l’appartement, la victime qui gisait au sol et le suspect.

Celui-ci a été arrêté sur place et interrogé par les enquêteurs des crimes majeu­rs afin de déterminer son implication dans cette affaire.

Selon des informations recueillies sur place, il s’agit du fils de la victime.

Père monoparental

La voisine de Luc Foisy a confié que la victime était un père monoparental qui a élevé seul son fils unique.

«C’était un homme sans histoire, tranquille, un bon monsieur, qui s’est occupé toute sa vie seul de son fils», a-t-elle expliqué, encore affectée par les événements et par l’arrestation du fils de M. Foisy.

«Il n’avait pourtant pas l’air perturbé», a-t-elle dit à propos du suspect qu’elle connaît depuis qu’il était enfant.

Le fils de M. Foisy aurait quitté le domicile parental depuis quelques années, même s’il revenait régulièrement dans le quartier, a expliqué Alain Trépanier, habitant en face du domicile de la victime.

Huitième meurtre

M. Trépanier avait l’habitude de discuter chaque matin avec Luc Foisy lorsque celui-ci sortait prendre son déjeuner.

Souffrant de rhumatismes et ayant de la difficulté à marcher, M. Foisy s’arrêtait devant le domicile de M. Trépanier pour échanger quelques banalités.

Alain Trépanier se souvient avoir vu le suspect à plusieurs reprises dans la rue quelques jours avant le drame.

Alors que l’enquête suit son cours, on ne sait pas encore quelles relations unissaient le père et son fils.

Depuis le début de l’année, il s’agit du huitième homicide à survenir sur le territoire de Montréal.

– Avec la collaboration de l’Agence QMI

Commentaires