/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien

« Price doit travailler plus fort » – François Allaire

Coup d'oeil sur cet article

Carey Price connaît sa pire séquence de la saison à un mauvais moment, ce qui soulève encore une fois des interrogations à son sujet à deux semaines du début des séries.

Carey Price connaît sa pire séquence de la saison à un mauvais moment, ce qui soulève encore une fois des interrogations à son sujet à deux semaines du début des séries.

Lorsque le gardien du Canadien connaît du succès, il a droit à l’encensoir. Mais lorsqu’il trébuche, nombreux sont ceux qui en profitent pour le dénigrer.

C’est le traitement qui est réservé depuis toujours aux gardiens qui portent l’uniforme du Canadien.

On n’a pas été vraiment surpris d’apprendre de la bouche de Michel Therrien que c’est Peter Budaj qui affrontera les Penguins ce soir à Pittsburgh.

La période difficile que connaît Price (une seule victoire à ses cinq dernières sorties, 17 buts accordés sur 120 tirs pour un pourcentage d’efficacité de ,858 et une moyenne de buts alloués de 4,47) fait jaser.

Lors de la télédiffusion du match Canadien-Flyers lundi, l’analyste Marc Denis a souligné que Price devra travailler plus fort pour repérer plus rapidement les rondelles, même dans la circulation dense.

«Il devra effectuer les arrêts sans que le disque ne passe au travers de son équipement», a-t-il lancé alors que le gardien était assis tout près de lui. Price semblait d’ailleurs tendre l’oreille.

Travailler plus fort à l’entraînement

Au lendemain de cette défaite cuisante de 7 à 3 encaissée face aux Flyers, on a discuté de la situation avec deux anciens entraîneurs de gardiens dans la LNH, soit le réputé François Allaire, et un autre bonhomme expérimenté qui n’est jamais à court d’opinions, Gilles Lefebvre.

Allaire vient tout juste de revenir au Québec après avoir passé l’hiver en Floride et il ne se sentait pas à l’aise de commenter les difficultés rencontrées par Price depuis deux semaines. Du moins, pas sur le plan technique.

L’ancien mentor de Patrick Roy et de Jean-Sébastien Giguère saurait cependant comment agir avec Price s’il était son entraîneur.

«Il serait primordial que Price travaille davantage lors des entraînements, afin de pouvoir être aussi fort physiquement que mentalement, explique Allaire. Il est important de s’exercer avec la même intensité que si on participait à un match. C’est souvent l’élément déclencheur.

«Puis, j’amènerais Price dans la salle vidéo et je lui ferais voir ses meilleures performances de la saison, ce qu’il faisait de bien lors de ces matchs. Il est préférable de lui montrer ses plus beaux arrêts que de lui faire voir les buts qu’il accorde...»

Il manque de chien

Allaire est d’avis qu’à cette période-ci de la saison, il y a peu de choses qu’un gardien puisse corriger sur le plan technique.

«Ça se passe plutôt entre les deux oreilles, dit-il. Price doit se remettre en selle en retrouvant sa confiance avant les séries. Un gardien doit éviter d’accorder des buts lorsque la rondelle passe au travers de lui, que ce soit entre ses jambières ou au-dessus de sa grosse mitaine. Il doit être compact.»

Lefebvre, qui a travaillé dans l’organisation des Penguins en compagnie de Michel Therrien et qui est aujourd’hui le responsable des gardiens de but pour le programme sports-études de l’école Édouard-Montpetit, abonde dans le même sens qu’Allaire.

«Price doit s’entraîner plus fort. Il ne peut pas se placer dans une zone de confort à l’entraînement uniquement parce que le Canadien a assuré sa participation aux séries», souligne-t-il.

«Carey ne manque pas de talent, mais je trouve qu’il manque parfois de chien. J’aimerais qu’il affiche un instinct de tueur, qu’il imite en quelque sorte Patrick Roy lorsque Casseau défiait l’adversaire.»


  • S’il ne se retrouve pas avec une équipe de la LNH la saison prochaine, Allaire ne dirait pas non à un job en Europe, notamment dans la région de Strasbourg, qu’il a eu l’occasion de visiter au cours des derniers mois. «Après avoir travaillé durant 28 ans dans la LNH, le temps est peut-être venu de vivre de nouvelles expériences», de dire l’homme de 57 ans qui est demeuré amer, avec raison, au sujet de son divorce avec les Maple Leafs de Toronto.
Commentaires