/news/politics
Navigation
Règlement antimasque

Projet Montréal déposera une motion contre P-6

masque
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

C'est lundi qu’on saura si le fameux règlement P-6 ou antimasque de la Ville de Montréal survivra à la grogne populaire qui s'intensifie de jour en jour.

 On s'attend justement à la tenue d'un débat à la séance du conseil municipal de lundi, une fois que Projet Montréal aura déposé sa motion contre «ce règlement rédigé à la va-vite et jouant avec les droits démocratiques des citoyens montréalais ».

Or, lundi matin à 10h, au moins 62 groupes populaires de Montréal tiendront une conférence de presse devant le palais de justice.

Un événement organisé par la Convergence des luttes anticapitalistes de Montréal qui a intitulé son point de presse: «Solidarité contre la répression policière à Montréal: Nous ne nous soumettrons pas au règlement municipal P-6».

La contestation s’accentue

Vendredi, plus d’une cinquantaine d’organisations syndicales, étudiantes et de défense des droits ont demandé aux élus municipaux le retrait du règlement P-6.

Dans une déclaration commune, ces organisations, parmi lesquels l’Association des juristes progressistes, la clinique Juripop, la FTQ, la CSN et la Ligue des droits et libertés, dénoncent l’usage du règlement P-6 qui «permet la répression de manifestations pacifiques, selon le bon vouloir de la police qui se voit confier le pouvoir de déterminer ultimement comment s’exercera le droit de manifester à Montréal».

Deux dispositions du règlement son particulièrement contestées, soit l’interdiction du port du masque lors des manifestations et l’obligation pour les participants de fournir leur itinéraire aux policiers.

«Ces articles violent les libertés d’expression, d’association, et de réunion pacifique ainsi que le droit à la vie privée et ne sont pas justifiés dans le cadre d’une société libre et démocratique», peut-on lire dans la déclaration.

Les signataires soulignent que «si l'objectif recherché est d’enrayer la violence, il existe plusieurs dispositions dans le Code criminel qui permettent d'arriver à cette fin». Parmi celles-ci, il y a une disposition interdisant le déguisement dans le but de commettre un acte criminel et des dispositions concernant les attroupements illégaux, les méfaits et les voies de fait.

Certaines organisations ont indiqué qu’elles prévoyaient intervenir à la prochaine séance du conseil municipal de la Ville de Montréal.

Mais le SPVM persiste

Un peu plus tôt cette semaine, trois hauts gradés du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), le chef Marc Parent, le directeur adjoint à la Direction des opérations et service aux citoyens Pierre Brochet, et le chef du poste de quartier 21 Alain Simoneau, ont prêché en faveur du maintien du règlement P-6. Les trois hauts gradés s'adressaient aux élus du comité exécutif de la Ville de Montréal, mercredi.

 

 

Commentaires