/entertainment/events
Navigation

Changer le monde avec de la colle et du papier

Coup d'oeil sur cet article

L’artiste français JR a tout juste 30 ans et il est à la tête du plus grand projet d’art participatif au monde, le projet Inside Out. Un documentaire sur le mouvement qu’il a créé sera diffusé sur HBO le 20 mai prochain.
chroniques new-yorkaises
Changer le monde avec de la colle et du papier
photos agence qmi, marie-joëlle parent et courtoisie
L’artiste français JR a tout juste 30 ans et il est à la tête du plus grand projet d’art participatif au monde, le projet Inside Out. Un documentaire sur le mouvement qu’il a créé sera diffusé sur HBO le 20 mai prochain.

JR et son équipe créent des vagues à New York ces jours-ci avec leur camion photomaton qui se promène dans les cinq arrondissements. Inside Out est à Times Square jusqu’au 10 mai. On peut se faire prendre en photo et coller soi-même son affiche sur le sol de Duffy Square. Une grande mosaïque de New-Yorkais grandit de jour en jour, comme si le peuple faisait compétition aux immenses panneaux-réclame.

«Photograffeur»

JR est un photographe et artiste humaniste qui, depuis 2001, tapisse la planète de grands portraits noir et blanc. On dit qu’il possède la plus grande galerie d’art au monde. Il se décrit comme un «photograffeur».

Le Français est convaincu que l’art peut changer la vie des gens, même dans les zones de conflits et ce, une photo à la fois. Le travail de JR a été remarqué en 2005 durant la révolte des banlieues de Paris. Il avait alors pris des photos des jeunes des quartiers chauds qu’il avait exposées le soir sur les murs des quartiers bourgeois de Paris.

Sa carrière a réellement décollé le 2 mars 2011 quand il a gagné le prestigieux prix des conférences TED à Long Beach en Californie. «Le prix TED, ça a juste aidé les gens à mieux comprendre mon travail. C’est important pour moi l’image, mais aussi le message derrière. Je veux que les gens se lèvent et revendiquent leurs droits et les causes auxquelles ils croient.»

Son concept est plutôt simple. On peut, à travers son site Internet (www.insideoutproject.net) envoyer une photo et recevoir le portrait en grand format pour ensuite le coller sur les murs de notre ville pour soutenir une cause, un projet ou une action.

100 pays

À ce jour, près de 130 000 portraits ont été imprimés et envoyés dans près de 100 pays et 10 000 villes. Il y a par exemple un projet en Tunisie, où les citoyens ont collé leurs photos à la place des portraits officiels de l’ex-président tunisien Ben Ali.

«Pour moi, c’est ça, la magie d’Inside Out. Je suis surpris par la créativité des gens. Une image a énormément de pouvoir», dit-il.

Certaines installations créent des remous dans certains pays. «En Chine, ils se sont fait déchirer leurs affiches. Je pense qu’on peut changer les mentalités et le regard sur le monde, mais c’est long.»

Le projet est autofinancé. Il n’utilise jamais de logo et il n’est pas commandité. «Je ne reçois pas de dons, c’est un projet artistique. La vente de mes œuvres permet de financer et les gens peuvent aussi payer pour leur affiche sur notre site, 50% des gens paient parce qu’ils savent qu’ils paient ainsi pour quelqu’un d’autre.»

JR a ouvert un studio dans Soho il y a deux ans et c’est là que sont imprimées les photos. Elles sont ensuite envoyées partout dans le monde. Ne reste plus qu’à trouver la colle et les murs.

JR n’enlève jamais son Fedora et ses lunettes fumées. Cet uniforme remonte à son passé de graffeur dans les rues de Paris. «C’est aussi pour ne pas être trop connu dans la rue et rester dans l’ombre. Ce que je fais est souvent dans l’illégalité. La police allemande me recherche pour des collages faits la semaine dernière. Quand on prend les murs d’une ville, connue pas connue, c’est la même chose.»

www.insideoutproject.net
Pour suivre le projet sur Instagram: @JR et sur Twitter: @JRart

Pour voir des stars

Le Costume Institute Gala est un des plus grands événements mondains à New York, si ce n’est pas le plus grand. Le gala organisé par le Metropolitan Museum of Art a lieu le lundi 6 mai et pour la première fois cette année, l’arrivée sur le tapis rouge sera diffusée en direct sur Internet à partir de 19 h à l’adresse suivante:
www.metmuseum.org/metgala.

On pourra aussi découvrir comme les stars se préparent pour le gala sur la page Facebook suivante: www.facebook.com/celebs

Chaque star est jumelée à un créateur. Le thème cette année est le mouvement punk, il sera intéressant de voir si le thème se reflètera réellement dans les robes haute couture. J’imagine mal Anna Wintour, une des hôtes de l’événement, dans une robe inspirée par les Sex Pistols.

L’événement lance la nouvelle exposition mode du Met Museum intitulée PUNK: Chaos to Couture, qui débute le 9 mai.

Le Québec à New York

Le «Five Boro Bike Tour», plus grand événement cycliste en Amérique du Nord, est de retour cette année et comme toujours, les Québécois vont participer en grand nombre. Selon les chiffres fournis par Bike New York, 846 cyclistes du Québec se sont inscrits pour l’événement du 5 mai. Le nombre total de Canadiens est de 1232. L’événement rassemble près de 32 000 cyclistes et pendant une journée, 68 km de rues et autoroutes dans les cinq arrondissements de New York sont fermés à la circulation.

L’exposition à voir

La Rain Room (salle de pluie) du Museum of Modern Art de New York. C’est une installation qui arrive directement de Londres. Le visiteur entre dans une salle de 300 mètres carrés, martelée d’une pluie battante artificielle.

Des caméras 3-D détectent le mouvement des visiteurs et coupe l’eau autour de la personne. On peut donc se promener sous la pluie en restant sec. On peut littéralement marcher entre les gouttes. À partir du 12 mai.

L’artiste français JR a tout juste 30 ans et il est à la tête du plus grand projet d’art participatif au monde, le projet Inside Out. Un documentaire sur le mouvement qu’il a créé sera diffusé sur HBO le 20 mai prochain.

JR et son équipe créent des vagues à New York ces jours-ci avec leur camion photomaton qui se promène dans les cinq arrondissements. Inside Out est à Times Square jusqu’au 10 mai. On peut se faire prendre en photo et coller soi-même son affiche sur le sol de Duffy Square. Une grande mosaïque de New-Yorkais grandit de jour en jour, comme si le peuple faisait compétition aux immenses panneaux-réclame.

«Photograffeur»

JR est un photographe et artiste humaniste qui, depuis 2001, tapisse la planète de grands portraits noir et blanc. On dit qu’il possède la plus grande galerie d’art au monde. Il se décrit comme un «photograffeur».

Le Français est convaincu que l’art peut changer la vie des gens, même dans les zones de conflits et ce, une photo à la fois. Le travail de JR a été remarqué en 2005 durant la révolte des banlieues de Paris. Il avait alors pris des photos des jeunes des quartiers chauds qu’il avait exposées le soir sur les murs des quartiers bourgeois de Paris.

Sa carrière a réellement décollé le 2 mars 2011 quand il a gagné le prestigieux prix des conférences TED à Long Beach en Californie. «Le prix TED, ça a juste aidé les gens à mieux comprendre mon travail. C’est important pour moi l’image, mais aussi le message derrière. Je veux que les gens se lèvent et revendiquent leurs droits et les causes auxquelles ils croient.»

Son concept est plutôt simple. On peut, à travers son site Internet (www.insideoutproject.net) envoyer une photo et recevoir le portrait en grand format pour ensuite le coller sur les murs de notre ville pour soutenir une cause, un projet ou une action.

100 pays

À ce jour, près de 130 000 portraits ont été imprimés et envoyés dans près de 100 pays et 10 000 villes. Il y a par exemple un projet en Tunisie, où les citoyens ont collé leurs photos à la place des portraits officiels de l’ex-président tunisien Ben Ali.

«Pour moi, c’est ça, la magie d’Inside Out. Je suis surpris par la créativité des gens. Une image a énormément de pouvoir», dit-il.

Certaines installations créent des remous dans certains pays. «En Chine, ils se sont fait déchirer leurs affiches. Je pense qu’on peut changer les mentalités et le regard sur le monde, mais c’est long.»

Le projet est autofinancé. Il n’utilise jamais de logo et il n’est pas commandité. «Je ne reçois pas de dons, c’est un projet artistique. La vente de mes œuvres permet de financer et les gens peuvent aussi payer pour leur affiche sur notre site, 50% des gens paient parce qu’ils savent qu’ils paient ainsi pour quelqu’un d’autre.»

JR a ouvert un studio dans Soho il y a deux ans et c’est là que sont imprimées les photos. Elles sont ensuite envoyées partout dans le monde. Ne reste plus qu’à trouver la colle et les murs.

JR n’enlève jamais son Fedora et ses lunettes fumées. Cet uniforme remonte à son passé de graffeur dans les rues de Paris. «C’est aussi pour ne pas être trop connu dans la rue et rester dans l’ombre. Ce que je fais est souvent dans l’illégalité. La police allemande me recherche pour des collages faits la semaine dernière. Quand on prend les murs d’une ville, connue pas connue, c’est la même chose.»

www.insideoutproject.net
Pour suivre le projet sur Instagram: @JR et sur Twitter: @JRart

Pour voir des stars

Le Costume Institute Gala est un des plus grands événements mondains à New York, si ce n’est pas le plus grand. Le gala organisé par le Metropolitan Museum of Art a lieu le lundi 6 mai et pour la première fois cette année, l’arrivée sur le tapis rouge sera diffusée en direct sur Internet à partir de 19 h à l’adresse suivante:
www.metmuseum.org/metgala.

On pourra aussi découvrir comme les stars se préparent pour le gala sur la page Facebook suivante: www.facebook.com/celebs

Chaque star est jumelée à un créateur. Le thème cette année est le mouvement punk, il sera intéressant de voir si le thème se reflètera réellement dans les robes haute couture. J’imagine mal Anna Wintour, une des hôtes de l’événement, dans une robe inspirée par les Sex Pistols.

L’événement lance la nouvelle exposition mode du Met Museum intitulée PUNK: Chaos to Couture, qui débute le 9 mai.

Le Québec à New York

Le «Five Boro Bike Tour», plus grand événement cycliste en Amérique du Nord, est de retour cette année et comme toujours, les Québécois vont participer en grand nombre. Selon les chiffres fournis par Bike New York, 846 cyclistes du Québec se sont inscrits pour l’événement du 5 mai. Le nombre total de Canadiens est de 1232. L’événement rassemble près de 32 000 cyclistes et pendant une journée, 68 km de rues et autoroutes dans les cinq arrondissements de New York sont fermés à la circulation.

L’exposition à voir

La Rain Room (salle de pluie) du Museum of Modern Art de New York. C’est une installation qui arrive directement de Londres. Le visiteur entre dans une salle de 300 mètres carrés, martelée d’une pluie battante artificielle.

Des caméras 3-D détectent le mouvement des visiteurs et coupe l’eau autour de la personne. On peut donc se promener sous la pluie en restant sec. On peut littéralement marcher entre les gouttes. À partir du 12 mai.

Commentaires