/opinion
Navigation

Ça sent la coupe

Coup d'oeil sur cet article

Ça y est. Le printemps est arrivé. Le beau temps apparaît, la nature se réveille et notre valeureux Canadien est en séries.

Ça y est. Le printemps est arrivé. Le beau temps apparaît, la nature se réveille et notre valeureux Canadien est en séries.

Chaque printemps, on veut encore y croire. D’un côté, les jeunes amateurs, pleins d’espoirs, pensent que Montréal gagnera la coupe Stanley et de l’autre, les plus vieux, toujours plus sceptiques, n’y croient plus vraiment.

Il n’y a pas un endroit en Amérique où il y autant d’amateurs qu’ici (toutes proportions gardées). Soixante pour cent des Québécois sont des amateurs de hockey comparativement à moins de 50 % dans le reste du Canada et d’un maigre 9 % aux États-Unis. Le hockey est le sport numéro un au Québec, alors qu’il n’est qu’au sixième rang aux États-Unis.

Amateurs optimistes

Les partisans sont nettement plus optimistes d’affronter les Sénateurs d’Ottawa que les Maple Leafs de Toronto. Plus des deux tiers des amateurs prédisent que le Canadien battra Ottawa, alors que moins de la moitié croyaient aux chances de Montréal contre Toronto.

Montréal a gagné 24 fois la coupe Stanley dans son histoire et la dernière remonte à 1993. Ottawa n’a pas gagné le prestigieux trophée depuis... 1927.

Pas d’excuses

Suban, Gallagher, Price et Galchenyuk enthousiasment les amateurs. Ils sont les quatre joueurs favoris des Québécois. Suivent ensuite le solide Prust et les deux Québécois Desharnais et Bouillon. Nos Canadiens sont rapides et talentueux, mais ils sont aussi petits et sans expérience. Gagner la coupe Stanley était une mission impossible au début de la saison, mais eux, ils ne le savaient pas et ils peuvent maintenant le faire.

Il y a une formule inscrite dans le vestiaire du Canadien: «Pas d’excuses.» C’est le temps de l’appliquer.

La rivalité Québec-Montréal

Tous les espoirs sont permis. Un amateur sur cinq prédit la coupe Stanley au Canadien, tout juste derrière les puissants Penguins de Pittsburgh, mais devant Chicago, Boston et Washington. Seulement 1 % donnent la coupe à Ottawa ou à Toronto.

Les plus sceptiques sont les résidents de Québec. À peine 4 % des gens de Québec prédisent la coupe à Montréal. Ils choisissent Pittsburgh, Chicago, Boston et même Minnesota avant Montréal. Et les Nordiques ne sont même pas encore en ville.

Imprévisible

Les experts des émissions de L’antichambre et du Match vous diront que les Canadiens sont trop petits et que la défensive est poreuse. Les partisans prendront la parole aux Amateurs de sport pour souligner les faiblesses de Carey Price ou l’inutilité de Travis Moen.

Mais contrairement aux élections, personne ne peut prévoir les résultats d’un match de hockey.

Il y a une phrase célèbre dans le sport qui en résume la beauté: «It’s not over till it’s over.» (Yogi Berra)

Pour l’instant, ça sent davantage la coupe de vin sur une terrasse du centre-ville que la coupe Stanley. Mais on peut toujours rêver.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.