/opinion/blogs/columnists
Navigation

Ne me souhaitez pas 'bon matin'

Coup d'oeil sur cet article

Lors de soupers de famille, la consigne est claire : on ne parle jamais de religion ou de politique. Je pense que je vais ajouter la salutation erronée ‘bon matin’ à la liste des sujets à éviter.

La semaine dernière, la foudre s’est abattue sur moi quand j’ai osé écrire sur les réseaux sociaux que ‘bon matin’, calque de l’anglais good morning, me fait hurler. Je ne fais pas d’insomnie pour ça, mais à chaque fois que j’entends ‘bon matin’, j’ai l’impression d’être dans une file d’attente chez Tim Hortons et que je dois répondre ‘trois sucres, deux laits’.

Joli mais toxique

Il y a quelques années, personne ne disait ‘bon matin’.  Aujourd’hui, on me demande ce qu’il faut dire à la place. Facile : c’est ‘bonjour’. ‘Oui mais, on se souhaite bon après-midi, bonne nuit. Pourquoi pas bon matin ? Pas grave, tout le monde comprend !’

Pour la même raison qu’on ne dit pas ‘liste des vins’ mais ‘carte des vins’. Et ‘tribune  téléphonique’ au lieu de ‘ligne ouverte’. Deux mots français ensemble ne font pas nécessairement une expression française.

Ce n’est pas mon opinion,  toutes les autorités linguistiques  le confirment : ‘bon matin’, c’est un anglicisme. Lorsqu’on estime que le français d’ici est menacé par l’anglais, mieux vaut les éviter il me semble.

Pas grave les anglicismes ? C’est sûrement ce que pensait le journaliste québécois qui, à la télé, parlait du courage des Bostoniens, calque de Bostonians.  Au lieu d’utiliser le mot juste en français, soit Bostonnais.

L’ignorance et l’indifférence sont des armes de destruction massive.

Piqués au vif

À en juger par la colère que mon commentaire a suscitée, je suis une snob, une zélé, une intello qui se pense meilleure que les autres. ‘Bon matin’ c’est joli, c’est une marque de pain, c’est mieux qu’une face de beû , on se crisse de l’Office  de la langue française, les linguistes sont pas crédibles, si un prof disait à mon fils que c’est pas correct, je lui dirais de pas écouter son prof, une  langue évolue...’

Je ne comprends pas. On pleure en écoutant ‘La langue de chez nous’, on vire sur le capot quand un dépanneur hindou nous sert en anglais. Nous acceptons de restreindre nos libertés individuelles pour protéger le français. Mais il ne faut surtout pas dire que notre façon de le parler manque de tonus.

Si notre français disparaît un jour, ce ne sera pas la faute des anglos ou des immigrants. Notre indifférence  l’aura transformé en un dialecte cousin du chiac acadien : ‘Wait pour moé d’l’aut bord d’la street.’ Un vieux mélange d’anglais et de français remis à la mode par Lisa Leblanc et Radio radio. Et qu’il est très mal vu de critiquer, au nom de la diversité culturelle.

Une question de fierté

En 1953, Israël a créé l’Académie de la langue hébraïque pour baliser la renaissance de l’hébreu, après 2000 ans de dormance, et établir des normes de qualité que doivent respecter les agences gouvernementales et les médias.

En 1993, un groupe rock a reçu l’ordre de re-enregistrer une chanson numéro un au palmarès pour corriger une entorse grammaticale que l’auteur s’était autorisé, pour faciliter  une rime.

Ils y vont un peu fort, à mon avis, mais si nous avions un tel souci de protéger notre langue, jamais personne au Québec n’aurait gravé sur disque ces immortelles paroles qui en disent long sur nous, ‘dans mes erreurs les plus pires’.

Pas besoin des autres pour mettre le français en péril.  On est capables de le faire tout seuls.

56 commentaire(s)

Francine Moreau dit :
30 avril 2013 à 18 h 10 min

Madame Ravary,

Vous n'aimez pas le ''bon matin'' et moi je n'aime pas le ''bonne fin de journée''. Peu importe l'heure de la journée, à 8H00 ou 13H00 j'entends souvent cette expression. La journée commence et on nous souhaite une bonne fin de journée. Les gens pourraient dire tout simplement ''passez une belle journée'' ''bon après-midi'' dépendant de l'heure, ou ''bonne soirée. À chaque fois que j'entends cette expression je me demande d'où elle vient.

Voici j'ai émis mon opinion. Il faut sauver notre français et respecter les règles de grammaire.

Bonne soirée, Madame Ravary.

honorable dit :
30 avril 2013 à 18 h 19 min

Un anglicisme est à déconseiller quand il y a un équivalent en français. Comme il n'y a pas d'équivalent français à Good Morning (Bonjour se dit n'importe quand dans la journée, incluant quand quelqu'un sonne à la porte à 20h00), Bon Matin me fait hausser les épaules, toutes autres choses étant égales (mais elle ne le sont pas —voir pus bas). "Pick your fights" suis-je porté à dire.

Personnellement, j'utilise Bonjour et jamais Bon Matin parce que Bonjour est plus euphonique ET que j'aime la concision: Bonjour = 2 syllabes. Bon Matin = 3 syllabes. Pourquoi perdre du temps à prononcer 3 syllabes quand 2 suffisent?

Pourquoi? Parce qu'on vit au Québec, où les élus abhorrent la concision. D'où "Avenu Du Parc" alors que "Avenue Parc" aurait été si simple, etc. Quand nos élus ont le choix entre une manière concise de s'exprimer ou une manière longue, c'est la manière longue qu'ils choisissent. Et les anglos ont ensuite beau jeu de rire de nous en disant que chaque fois qu'un texte français est traduit en anglais le texte anglais est plus court, et à chaque fois qu'un texte anglais est traduit en français le texte français est plus long.

"Grâce" aux pratiquants du "Bon Matin", les traductions françaises vont être encore plus longues... pour rien.

Si "Bon Matin" était plus court que "Bonjour", alors j'y verrais des vertus, même si c'est un anglicisme. Mais ce n'est PAS le cas.

Donc, soyons sensés et pratiques: évitons Bon Matin, mais ça me fait moins hurler que voir Avenue Du Parc, station "DE LA Concorde" (au lieu de "Concorde", station "DU Collège" (au lieu de "Collège"), chemin "DE LA Côtes-des-neiges" (au lieu de "Côtes-des-neiges"). Laissons faire les puristes figés et à cheval sur la lettre; soyons pratiques et efficaces.

Sylvie Gauvreau dit :
30 avril 2013 à 18 h 26 min

Ne pensez-vous pas que votre article est légèrement tiré par les cheveux ? Croyez-vous vraiment que les Québécois risquent de perdre leur langue en utilisant l'expression "bon matin", qui ma foi, sont deux termes parfaitement français nonobstant du fait qu'il s'agisse présentement d'un anglicisme ?

Selon qui exactement ? Selon les mêmes qui nivellent par le bas en changeant l'orthographe des mots au gré de leurs fantaisies et qui acceptent maintenant des termes comme: week-end, miss, match et révolver comme faisant maintenant partie intégrante de la langue française ? Bien sûr que je parle de l'Académie française !

Baissez votre garde et cessez d'être offusquée pour si peu, madame. Je suis persuadée qu'à la prochaine révision, vous ne vous contenterez plus seulement d'étaler votre "beurre de pinottes" sur votre Bon Matin, mais que vous allez -comme la majorité- nous le lancer en guise du nouveau bonjour matinal.

DevilinDisguise dit :
30 avril 2013 à 18 h 26 min

Vous en parlez vous-même dans votre texte: une majorité de supposés "ardents défenseurs du -frança-", comme ils disent, nous répondent souvent sur un ton agressif,qu'ils n'en ont rien à cirer de l'OLFQ et que le fait de se faire comprendre est suffisant.

Le problème est justement que nous avons de plus en plus de difficultés à les comprendre et qu'eux ne saisissent pas en général, le sens des textes qu'ils lisent.

Ça ne va vraiment pas bien, pour le français, au Québec... #Louisianisation

Je ne comprends vraiment pas la raison de la colère, de ceux qui ont vous "explosé dans la face", ni d'ailleurs les pseudo-insultes, qu'ils vous ont lancées à la tête. Mais, ils vous l'ont dit: si vous cherchez à utiliser le français de façon correcte, vous êtes une "intello" (ce qui est très mal, dans le tit-Québec), ou une snob, parce que pour plusieurs d'entre eux, le fait de s'exprimer adéquatement équivaut à du snobisme.

Il m'est arrivé à quelques reprises récemment, de me faire traiter de "riche", ce qui est aussi très laid au Québec et pourquoi? Parce qu'en général, j'essaie de faire en sorte de m'exprimer de façon décente.

Ne me demandez surtout pas de comprendre; je n'y suis jamais arrivée!

DevilinDisguise dit :
30 avril 2013 à 18 h 30 min

Pour l'Office, je l'ai peut-être "débaptisé" involontairement: OQLF, peut-être?

Bah! "Anyway!", comme ils disent...

R.N. Proulx dit :
30 avril 2013 à 18 h 46 min

Bonjour,

Moi aussi, cette expression m'exaspère. L'exemple vient parfois de haut. Écoutez l'ouverture de la Commission Charbonneau lorsqu'elle siège et vous entendrez cette expression de façon répétitive de la part de la présidente elle-même et de plusieurs des avocats présents. Faut croire que ça fait «branché» à Montréal.

jackwood dit :
30 avril 2013 à 18 h 50 min

Moi non plus j`aime pas "bon matin".

Moi je dis toujours "bonjour" le matin.

DevilinDisguise dit :
30 avril 2013 à 19 h 44 min

Une chose reste vraie: il est de plus en plus difficile d'exprimer une opinion au Québec; on ne sait jamais ce qui nous sera lancé, par la tête!

Madame Ravary nous en parle dans son texte ici et c'est le cas, un peu partout.

De plus en général, ceux qui nous "ramassent", s'expriment dans une dialecte assez approximatif...

La question est lancée: comment peut-on reprocher à quelqu'un, de vouloir que le meilleur français possible, soit utilisé au Québec?!

Marc Tremblay dit :
30 avril 2013 à 19 h 50 min

Parlons aussi de cet anglicisme assez répandu qui est aussi une faute de syntaxe (à mon avis pire que d'utiliser un mot anglais). C'est "faire du sens", une traduction littérale de "make sense".

Ce qu'il faut dire, cEst "avoir du sens".

Allissia dit :
30 avril 2013 à 20 h 02 min

En francais bon matin , c'est bonne matinée. Sinon, bonjours sert de salutation générale quand il fait encore jour. Ex. Bonjour! Bonjour! Se disent deux collègues qui viennent de se croiser au bureau a 10 h ou a 15 h pour la première fois de la journée (quand ils savent parler francais).

Sylvain Perron dit :
30 avril 2013 à 20 h 16 min

Si Bonmatin était ainsi écrit comme on écrit Bonjour et non Bon Jour, je comprendrais votre piqure au vif, mais écris (donc dit) en deux mots, il n'est qu'un beau souhait que l'on fait aux gens autour de soi. Pas du tout comme un anglicisme selon moi, c'est un pensez-y bien !!!

Bruno Boucher dit :
30 avril 2013 à 20 h 35 min

Tout à fait d'accord avec vous Mme,enfin quelqu'un qui ose souligner les travers de la langue francaise que trop de monde utilisent à tort comme,par exemple.mon nom est...,adresser un problème...(que j'entend trop souvent dans des réunions de gestionnaires) ou bien faire sens...ca, ca fait mal à nos oreilles québécoises!

Daniel Bronstein dit :
30 avril 2013 à 20 h 37 min

Masturbatoire et débilitant.

Couillonnade !!!

Après la couleur de la margarine et les nonordiques, un autre débat de fond de fond s'abat sur les cabanes au Canada...

Dave Sykes dit :
30 avril 2013 à 21 h 46 min

Moi c'est quand j'entend - Ca regarde mal...It looks bad ...pas fort. Mais y'a aussi les Montrealais avec leur ARRAITE et BALLAIIINE,CRAWWWBE. PAS CAPABLE ! Montreal veux nous montrer a vivre ...commencez donc par chez vous...

Daniel Veilleux dit :
30 avril 2013 à 23 h 29 min

C'est une opinion ca c'est clair Chacun la sienne parcontre... un "bon matin" dit par quelqu'un de proche avec un ton rayonnant ca me fait toujours un bien fou!

Mais le but premier n'est-il pas la marque de respect pour une autre personne? On vous souhaite un "bon matin" ou on vous souhaite le "bonjour".... au moins c'est pas un accueil d'air de boeuf!

Il y a des gens qui déjeune, d'autres brunch, il y en a qui soupe à l'heure du diner et qui lunch n'importe quand... bon chacun sa vie chacun ses expressions!

Moi je dit pas "Bye", ni "À la prochaine", je dit "Au revoir"! :)

André Guérard dit :
30 avril 2013 à 23 h 46 min

Pour être compris dans la francophonie, on met des sous-titres à tout ce que les québécois disent. Bon matin n'existe pas en français international. Nous apprenons l'anglais avec plaisir pour s'ouvrir sur le monde, mais nous refusons avec véhémence de parler un français, compris par les francophones de cinq continents, qui offre aussi une ouverture sur le monde. Le français est une langue académique et cela en fait certainement la langue parlée et écrite la plus précise du monde. Nous devrions être fiers de parler une langue tant adulée par le monde entier. Il y a aussi la répétition de la salutation du bonjour quand les gens se quittent. Bonjour là bonjour comme disent les personnages des romans de Michel Tremblay n'est pas français. C'est au revoir que les gens qui parlent français disent en quittant quelqu'un. Il n'y a que la salutation bonsoir que l'on peut dire en se rencontrant et en se quittant. C'est pourtant simple d'être compris par tous. Pourquoi ne pas vouloir parler français? Pour ma part, je crois que pour la majorité des québécois, c'est la peur d'en être incapable.

Normand Bourgault dit :
1 mai 2013 à 0 h 11 min

Juste de même en passant, "cadet de l’espace" le titre de votre entrée précédente, ça serait pas une expression anglaise assez populaire, soit "space cadet"...?

Yvan dit :
1 mai 2013 à 0 h 55 min

Même chose pour moi Mme Ravary. La première fois que j'ai entendu à la CC Bon matin, ma réaction fut: Voyons? C'est nouveau ça? Toutefois, je préfère bonjour, et comme le dit honorable dans son commentaire, pourquoi s'embarrasser de trois syllabes au lieu de deux?

Il y a autre chose que je considère être une déformation phonétique lorsque j'entends des Québécois prononcer pour Montréal (l'équivalent de) mon "rial". Au lieu de mon (t) - réal. Sans doute dû au fait que les Anglais prononcent les "e" français en "i" dans leur vocabulaire, pour dire: Mont - (t)rial. Je remarque cela depuis des années. Même à la télé. Surtout si prononcé très vite. Pour moi c'est Mont-RÉAL. Juste comme cela.

Georges Allaire dit :
1 mai 2013 à 2 h 43 min

Et "weekend" ?

belgix dit :
1 mai 2013 à 5 h 14 min

Vos souhaits sont exaucés Mme Ravary. Comme il est 18:45 en Australie, je vous souhaite le bonsoir ;-)

Chantal Mino dit :
1 mai 2013 à 6 h 44 min

Moi je souhaite ''Bon matin!'' et ''Bon matin mes coquins!'' tous les jours à mes amours avez la bise d'affection qui est de mise, et ce, comme on souhaite ''Bonne journée!'', ''Bonne soirée!'','' Bon examen!'', '' Bonne chance!'' ... ''Bon article'', etc. ... ce qui est le reflet de mes pensées et de mon affection ... Est-ce que l'authenticité et la congruence peuvent vraiment être assimilés à de l'anglicisme? Je ne crois pas. Bien au delà des mots, je crois que c'est les sens humain des mots dans nos communications qui passe bien au-dessus de sa présumée origine. Est-on libre d'être congruent et de s'exprimer librement sans se faire taxer constamment d'anglicisme ou de présumément mal parler français? A-t-on aussi le droit d'inventer des mots parfois ... juste pour le plaisir de créer et de s'amuser un peu?

Si les anglais se souhaite ''Good morning!'', peut-être sont-ils plus conviviaux le matin que nous les francophones et que nous aurions intérêt à apprendre de leur façon d'être bien au-delà du sens que vous lui donnez.

Définition de ''Bon'' : Vertueux, charitable. Ex. : C'est un homme bon. Synonyme : estimable. Anglais : good, kind.

Définition de ''Vertueux'' : Qui fait preuve de vertu. Il me semble que cela part bien une journée.

Chacun ses goûts et sa façon d'être et de faire. Mme Ravary, peut-on se respecter dans nos différences et exprimer nos sentiments et nos opinions sans avoir besoin de dénigrer autrui en le taxant quasiment d'assimilé? Il y certes d'autres sujet que vous pourriez parler davantage tel que des enfants et des parents détruits par la DPJ et l'hôpital Ste-Justine sous cette Loi du silence qui règne au Québec depuis nombre d'années.

Comment enlever le goût de parler français? Rendons rationnel et inhumain le sens des mots français qui ont pourtant pour but de bien communiquer entre humain ... ??? Si on parle d'ordinateur, de programme ou de tout autre chose...

popole dit :
1 mai 2013 à 7 h 29 min

J,aime bien votre chronique habituellement ,mais cette histoire de bon matin est extrèmement stérile et ennuyeuse

Pus capable dit :
1 mai 2013 à 7 h 51 min

Je suis tout à fait d'accord avec vous, madame Ravary. Il faut persévérer.

le nationaliste dit :
1 mai 2013 à 7 h 51 min

Ce qui me fait rire c'est que vous une régulièrement adepte du franglais tout comme M Martineau. Ce n'est pas avec vous que le français sera protégé et diffusé de bonne manière. Vous êtes très mal placé pour donner la leçon aux autres. Même si vous avez raison sur quelques points.

En passant, bostonnais s'écrit sans majuscule et Anglos avec une majuscule. Le mot "réenregistrer ne prend pas de trait d'union. Une Zélée avec un E. On doit écrire "les linguistes NE sont pas crédibles", "je lui dirais de NE pas écouter son prof,...",si un prof disait à mon fils que cE N’est pas correct".

Merci d'avoir fait avancer le français au Québec ce matin.

le nationaliste dit :
1 mai 2013 à 7 h 53 min

je me corrige : "...vous êtes régulièrement une adepte... "

Marie dit :
1 mai 2013 à 7 h 58 min

Je dois dire que "bon matin" ne me dérange pas du tout. Il y a tellement d'autres erreurs très fréquentes qui m'écorchent les oreilles comme "ça l'a pas" au lieu de "ça n'a pas"..

le nationaliste dit :
1 mai 2013 à 8 h 00 min

"Pas besoin des autres pour mettre le français en péril. On est capables de le faire tout seuls."

Vous avez raison en partie. Ce qui met notre français en péril est un ensemble de choses comme l'immigration, l'américanisation et l'anglicisation de notre milieu de vie. Et vous avez parfaitement raison de dénoncer tous ces journalistes, animateurs et autres du monde médiatique québécois et qui ne font attention à rien. On ne prend pas toujours soin de parler correctement et d'avoir un vocabulaire riche. Notre tolérance est trop grande. C'est de cette manière que la nation québécoise est en train de mourir à petit feu.

claude dulac dit :
1 mai 2013 à 8 h 33 min

Nos politiciens de la CAQ se mettent «la tête dans l'autruche», se mettent le pied dans la bouche (en français les pieds dans les plats,, «ne pas voir l'arbre au travers de la foret, t'espéere sur le corner de la rue, regarder sur la TV, lire le papier, faire sur...

Si des amis conservateurs vous disent aye pour traduire le Hi des canadiens.Le ridicule ne tue pas maxime du jour.

A force d'être répété les caquistes vont régulariser le aye ayoye.

Je souscrit à vos propos mme Ravary. En ayant fréquenté d'autres ethnies qui faisaient tous les efforts pour respecter notre langue le français .

Lorsqu'un juif nous parle des habitudes alimentaires de strict observance ; il a fait la recherche pour utiliser le terme casher, la pâque juive.

Denis Mercier dit :
1 mai 2013 à 9 h 47 min

C'est tiré par les cheveux votre affaire et ça dénote chez vous un besoin maladif d'approbation des autres en occurrence des Français qui se crissent comme de l'an quarante (une autre expression qui a été empruntée défaite, reconstruite etc ). On a une langue au Québec, c'est le Québécois qui a sa saveur propre et ses emprunts propres aussi, pourquoi vouloir se faire aimer et approuver des Français à ce point ?

Les Français n'aiment rien tant que nos expressions ou mots québécois. Sur mon forum qui ne porte pas sur la langue, des Françaises sont bien contentes pour ne pas dire "folles comme d'la marde" quand je leur explique d'ou viennent des expressions comme "enfirwrâpé" ou "ça ne prendra pas goût de tinette" ou " c'est pas lui qui a corsé les frémilles"

Carl Tremblay dit :
1 mai 2013 à 9 h 55 min

Dans 50 ans nous parlerons presque plus français. Enfin un problème de réglé. Nous allons pouvoir nous occuper des finances publiques, qui me font totalement hurler.

marjolaine dit :
1 mai 2013 à 10 h 15 min

tu fais dans le réchauffé lise tu ne nous a pas servi ce texte dans ta chronique récemment ?

Daniel Girard dit :
1 mai 2013 à 10 h 36 min

Le Larousse et les correcteurs en ligne sont d'avis que Bostonien est acceptable. Je ne crois pas qu'il s'agisse d'un bon exemple.

Drako dit :
1 mai 2013 à 10 h 58 min

Mon tire de mon truck a crevé et j'ai du caller un towing avec mon cell pour faire towigner mon truck au garage pour que le mécano plugue le trou dans le tire de mon truck. J'ai dû poiroter une bonne heure dans le parking du garage en attendant mon tour pour faire la job. J'en ai profité pour remplir ma tank de gaz que j'ai payé cash.

Au Québec c'est en québécois que ça se passe. Ici on commerce en québécois.

Longue Vie à la loi 101 et 14, trois HOURRAS...

Lise Simard dit :
1 mai 2013 à 11 h 02 min

Il y a un proverbe qui dit : Si tu ne sais pas quoi dire, tais-toi!

bābā ghanūj dit :
1 mai 2013 à 11 h 04 min

Je vous souhaite une superbe matinée.

remy dit :
1 mai 2013 à 13 h 08 min

Quand c'est rendu qu'une geste de gentillesse vous enrage....

Geneviève Hélie dit :
1 mai 2013 à 13 h 10 min

C'est effectivement un calque de l'anglais, et moi non plus je n'aime pas me faire dire "bon matin". Cela dit, je n'irais pas jusqu'à le souligner à mes collègues. C'est qu'il faut faire une distinction entre le français parlé, de tous les jours, entres gens qui se connaissent, et le français écrit dans les publications officielles ou corporatives par exemple. Ce dernier requiert plus de rigueur.

DevilinDisguise dit :
1 mai 2013 à 13 h 27 min

C'est tout de même incroyable! Lors de chaque parution d'un nouveau sujet, certains trouvent le moyen de déraper; ce n'est pas la "créativité", qui manque!

Deux exemples ici: un anti-CAQ, qui vient faire une campagne anti, sortie de je ne sais ou et un autre, qui prétend que l'immigration ruine notre français; euh auparavant, les Québécois s'exprimaient avec environ 20 mots de français, dans une mélange linguistique, tout à fait irréel!

Eh bien dis donc!

shoshan dit :
1 mai 2013 à 14 h 43 min

Je préfère encore "Bon matin" à "Bienvenue".

Claude L dit :
1 mai 2013 à 17 h 36 min

Ben c'a l'a l'air qui va falloir continuer de chialer contre les anglais ... c'a pu de maudit bon sens de voir notre français si mal parlé parce que si mal enseigné. Mais c'pas grave tant qu'on est capable de s'comprendre.

Céine Plourde dit :
1 mai 2013 à 17 h 49 min

Madame Ravary nous avons étudié vous et moi à une époque où la qualité de la langue était importante, le respect et le civisme également. Disparu tout ça? Pour certains, c'est certain. Je crois qu'il faille féliciter ceux qui encore de nos jours s'en préoccupent.

le nationaliste dit :
1 mai 2013 à 22 h 39 min

Et puis la France s'amuse beaucoup à utiliser des expressions anglaises et surement des anglicismes. Les langues ne sont pas taillées dans une pierre éternelles. Elles changent et évoluent. La grammaire rectifiée en est un exemple. Mais tout de même, un petit effort de la part des travailleurs des medias et de la télé serait bienvenu car c'est leur français que les gens, jour après jour, entendent et enregistrent.

Pierre Alexes dit :
2 mai 2013 à 21 h 32 min

Excellente chronique !

Doit-on dire "Madame" au lieu de "Mademoiselle", comme c'est le cas en France?

Annie dit :
3 mai 2013 à 13 h 25 min

Je suis traductrice de formation. Je me souviens avoir entendu, quand j'étais étudiante, que les traducteurs étaient les gardiens de la langue. J'étais fière, mais aujourd'hui je sais que la survie d'une langue ne dépend pas que des professionnels de la langue ou du gouvernement, mais aussi du peuple qui la parle. À chaque fois que l'on parle de la langue, on ne parle que de l'affichage, des anglophones ou des immigrants qui ne parlent pas ou qui parlent mal français (comme si les francophones étaient mieux!). À quand un débat sur la QUALITÉ du français? Comment peut-on demander aux autres de faire des efforts pour préserver le français sans en faire nous-mêmes, nous les francophones?

Francine Morency dit :
8 mai 2013 à 10 h 32 min

Bonjour Madame Ravary,

Je suis bien d'accord avec vous, "Bon matin" m'agace, d'autant plus que nous ne disons pas "Bon après-midi à toute personne qui entre passé midi, nous disons "Bonjour".

Croyez-le ou non, je travaille dans un cabinet de traduction en tant que correctrice, et j'entends à tous les matins "Bon matin", de même que l'on me présente comme la "correctrice sénior" du bureau. Comme quoi, dans toutes les sphères de la société, il y a des anglicismes ancrés. J'ai beau leur répéter que ce sont des anglicismes, les habitudes sont bien présentes.

Peut-être que "Bon matin" finira un jour par s'implanter avec l'usage dans le vocabulaire de la langue française, ce qui obligerait, toutefois, l'ajout de "Bon après-midi" et de "Bonne soirée", si nous voulons garder une logique certaine.

Aussi, une petite remarque : en haut et à droite de votre page, nous lisons "Termes et conditions". Or, ce syntagme est un anglicisme, d'autant plus que lorsque nous cliquons sur celui-ci, nous nous retrouvons sur une page qui a comme titre "Conditions d'utilisation", ce qui est correct. Il faudrait simplement changer le lien de la première page pour refléter le titre exact du texte à lire (Voir également juste en dessous "J'accepte les termes et conditions.".

Puis-je vous souhaiter bonne journée ?

Joan Alexandree dit :
9 mai 2013 à 17 h 34 min

Bonjour Madame Ravary. Je suis d'accord avec votre commentaire. Il faut bien sûr préserver notre langue française. Mais j'ai un problème avec les publicités à la télévision. Ce sont des produits dont la présentation est en langue anglaise sur un réseau francophone (séries +). Voici quelques exemples : - miracle grow, shake and feed (un fertilisant pour le jardin) - natural defense (alimentation pour chiens) - steamless (antisudorifique) - puffs ultra soft (papier mouchoir) - age defuy (shampooing de Pantène) - jumbone dental stick (bâtonnet pour les chiens) - oxi clean max force (savon à linge) - natural selections (Maple Leaf) - bio-oil - color radiance instant miracle (prononcé en anglais) - dove + men - neutrogena beach defense - power moisture (l'Oréal) - listerine ultra clean Pourquoi ces produits de consommation présentent-ils l'emballage anglophone ? Tous ces produits ont l'obligation d'être traduits en français. Question marketing ? Nous sommes inondés de publicités anglophones et on laisse faire. Pas besoin de comprendre l'anglais l'image nous traduit tout cela en français dans notre cerveau. Merci d'avoir pris le temps de me lire Madame Ravary. Joan

Martin Francoeur dit :
24 mai 2013 à 2 h 24 min

Bonjour,

Où avez-vous vu que «Bostonnais» était le gentilé des personnes qui habitent Boston? La plupart des sources disent bel et bien «Bostoniens», qui n'est pas un calque comme vous dites, mais une des formations possible pour les gentilés. Pensons à «Iranien», «Ukrainien», «Costaricien», «Glaswégien» ou «Ottavien».

Merci de m'éclairer.

Martin

Jean-Pierre Roy dit :
13 octobre 2013 à 12 h 43 min

Quel bla-bla !!! Pour des choses aussi insignifiantes que "bon matin" alors que ce sont justement les communicateurs des médias publics (journaux, radios, télé...) qui ont introduit "Week-end" en 1996, en laissant systématiquement tomber le "fin de semaine" au nom de la francisation du parler québécois. Laissez-moi rire à pleine gueule !!!

Jean-Pierre Roy dit :
13 octobre 2013 à 13 h 15 min

Mais vous pouvez me souhaiter "Bon "Week-end", Et c'est mots ne sont pas non pus des anglicismes : ni "Match", ni "Score", ni "Shopping" ni... ni... ni...ce sont bien entendu des mots très français !!! Adopter des mots anglais pour en faire des mots français est mauditement plus français que de traduire en bon français une expression d'une culture étrangère !!! Laissez-moi encore rire à pleine gueule !!!

Autant on voulait évoluer il y a une couple de décennies et qu'on était contre l'Académie française qui était vautrée dans un français rigide impossible à faire avancer, autant maintenant on s'y colle à la "Crasy glu" pour ne plus accepter aucune évolution, sauf quand ça fait l'affaire des académiciens !

Jean-Pierre Roy dit :
13 octobre 2013 à 18 h 26 min

En passant " Bon matin" c'est à la fois, un anglicisme, germanisme, anglicisme, hellicisme, sino-tibétanicisme, slavicisme, etc. Toutes des influences dont notre langue est remplie à 50 %.

Celyne Québec dit :
12 novembre 2013 à 20 h 09 min

Bien que je n'ai pas eu le temps de lire tous les commentaires, j'offre cette notion fondamentale de linguistique: les langues vivantes sont en constante évolution. Si mon bac en linguistique m'a appris quelque chose, c'est bien que la langue acceptée par les linguistes suit la langue d'usage courant. Je crois que nous sommes simplement témoins de cette évolution de la langue fremçaise, une langue vivante. Bien que 'bon matin' soit effectivement un calque de l'anglais, son usage semble très répandu. Je ne serais pas surprise de le voir ajouté au dictionnaire d'ici quelques années. Ceci dit, vous avez bien le droit de ne pas aimer cette salutation. Personnellement j'apprécie la gentillesse d'être saluée.

Gilles dit :
16 avril 2014 à 7 h 17 min

Comme les gens changent, aussitôt que l'Office décide qu'un mot est français tout devient beau quand j'étais jeune on disait ( Bonne fin de semaine ) tout à coup on décide que ( Bon Week end ) n'était plus une faute de français donc d'ici quelques années ils vont décider que Bon matin va être accepté comme un très bon français.Alors en attendant Bonjour à tous

Josée Forest dit :
16 avril 2014 à 16 h 33 min

Vous avez cent fois raison, chère dame. Je suis traductrice et j'ai déjà gazouillé sur cette mode déplorable du « bon matin ». Étant une illustre inconnue, je n'ai toutefois pas, comme vous, subi les foudres de la twittosphère :-).

À vos lecteurs et lectrices qui prétendent que cette petite entorse est sans importance, je réponds qu'elle relève du pire type d'anglicisme : les calques et les anglicismes syntaxiques, ces anglicismes pernicieux qui passent inaperçus parce qu'ils se présentent dans un écrin français. Lorsque les Français parlent de « pressing », de « parking » et de « shopping », ils savent fort bien qu'ils utilisent des mots anglais. Cependant, lorsque nous disons sans ciller « bon matin » au lieu de « bonjour » ou que nous répondons « Définitivement! » au lieu de « Certainement! », nous utilisons des mots français dans des sens qu'ils n'ont pas et n'ont jamais eu. À telle enseigne qu'à la longue, nous dénaturons notre langue.

Et nous la connaissons si peu que nous ne nous en rendons même pas compte...

Alors, au lieu de casser du sucre sur le dos de celui ou de celle qui remet les pendules à l'heure, prenons acte de l'erreur et rectifions le tir.

Mireille dit :
17 avril 2014 à 8 h 14 min

C'est la première fois que je vous lis, mais quelque chose m'a sauté aux yeux comme une immondice dans votre texte. Un dépanneur HINDOU!! J'espère que vous savez que l'hindouisme est une religion et non un groupe ethnique et qu'il est fort rare de voir un dépanneur dévoué à une religion en particulier. Il est vrai qu'il y a un hôpital juif et des boucheries halal alors sait-on jamais... Mais quelqu'un peut peut-être m'expliquer quels sont les critères à suivre dans le dogme de l'hindouisme pour qu'un dépanneur soit considéré "hindou".

Aussi, sachez que j'habite en Autriche et que ce pays n'est en aucune manière limitrophe à un pays anglophone. Ceci étant dit, on se salue les uns les autres, du réveil à midi, avec un amical "Guten Morgen" qui se traduit bien simplement par "bon matin". Pourquoi est-ce que "bon matin" est plus un anglicisme qu'une expression empruntée à la langue de Goethe? Je doute que "Guten Morgen" nous provienne de l'anglais et si tel est le cas, je serais ravie de recevoir des informations à ce sujet.

Pour finir, si vous pensez que le français est en péril à Montréal, allez donc faire un tour à Gatineau. J'ai fait mes études dans cette région et il y a des expressions à vous en faire saigner les oreilles. Et lâchez les Acadiens, ils ont eu leur lot en 1755, on ne va pas commencer à s'acharner sur leur usage de la langue en plus de ça!

Sur ce, bonne journée à tous!

manu dit :
17 avril 2014 à 13 h 27 min

Bon matin, bonjour, bonsoir, bonne nuit.

eleonore dit :
18 avril 2014 à 12 h 59 min

après avoir défendu toutes les communautés linguistiques, ethniques, religieuses, culturelles, sauf celle franco-québécoise, madame Ravary nous accable encore "Si notre français disparaît un jour, ce ne sera pas la faute des anglos ou des immigrants. Notre indifférence l’aura transformé en un dialecte cousin du chiac acadien :"

Vous haïssez donc tellement votre communauté d'origine (et vous vous haïssez donc tellement vous même) que vous êtes incapable de voir la suite de la cause à l'effet. Ce n'est pas parce que nous parlons mal le français que nous disparaîtrons dans la masse anglophone, c'est parce qu'il y a une masse anglophone (et des gens qui discréditent le français et encensent le bilinguisme) que nous parlons de moins en moins bien le français.