/travel
Navigation
Web, trucs et astuces

Coup de foudre aérien

Coup de foudre aérien

Coup d'oeil sur cet article

Ceux qui ont peur de l’avion seront peut-être rassurés en visionnant cette vidéo. On y voit un avion frappé par la foudre alors qu’il traverse un orage. Alors qu’on craint le pire, l’avion poursuit sa route comme si de rien n’était. Rassurant, non? Pour visionner la vidéo:
courrier
des lecteurs

Nous désirons, mon conjoint et moi, retourner quatre semaines à Huatulco (Mexique ) en janvier 2014. Est-ce qu’il est préférable de négocier le prix directement avec l’hôtel ou d’adopter la formule tout inclus d’un voyagiste, comme nous l’avions fait? Quel est l’avantage de s’adresser directement à l’hôtelier?  

Christiane B. Granby

Pour un séjour d’une ou deux semaines, la formule tout inclus d’un voyagiste est selon moi la meilleure option, car ce dernier bénéficie de tarifs négociés avec les transporteurs aériens et les hôteliers. Il est alors difficile pour le voyageur individuel d’acheter par lui-même les mêmes prestations à meilleur prix. Il n’y a qu’à voir parfois le peu de différence entre le prix d’un vol sec et un forfait tout inclus. Cependant, pour un séjour de quatre semaines, il n’est pas exclu que l’hôtelier soit prêt à vous faire un très bon prix. À vous de bien négocier et de comparer le coût total de votre voyage (hôtel + vols + transferts aéroport/hôtel) avec le prix du forfait tout inclus d’un voyagiste. Ceci dit, il ne faut pas oublier qu’en traitant directement avec l’hôtelier au Mexique, vous ne bénéficierez pas des mêmes protections qu’en achetant un forfait à une agence de voyages au Québec. Si, par exemple, l’hôtel était sinistré avant votre arrivée, imaginez la difficulté que vous auriez à vous faire rembourser par l’hôtelier. Alors que si vous avez un contrat avec une agence de voyages québécoise, vous pourrez bénéficier du Fonds d’indemnisation (FICAV) pour vous faire rembourser en cas de pépin. Il faut donc bien y penser.

ÉCRIVEZ-MOI

Vous pouvez m’envoyer toutes vos questions concernant le monde du voyage et je tenterai d’y répondre le plus précisément possible à l’intérieur de cette chronique, chaque semaine.

severine.galus
@quebecormedia.com

vidéo buzz
Coup de foudre aérien
Ceux qui ont peur de l’avion seront peut-être rassurés en visionnant cette vidéo. On y voit un avion frappé par la foudre alors qu’il traverse un orage. Alors qu’on craint le pire, l’avion poursuit sa route comme si de rien n’était. Rassurant, non? Pour visionner la vidéo:
Côté Web
Choisir son siège dans l’avion avec SeatGuruq

Cette application dispose d’un moteur de recherche pour les vols et permet d’accéder aux horaires des avions en temps réel. Mais surtout, elle offre des plans des avions, sur lesquels les meilleures places sont indiquées. En anglais seulement:

www.seatguru.com

En France, louez la voiture d’un particulier!
Si vous prévoyez voyager en France, sachez qu’il est possible de louer la voiture d’un particulier avec Drivy.com. La formule, qui existe depuis deux ans, a fait ses preuves et le site fait de plus en plus d’adeptes, autant chez les propriétaires de voitures qui trouvent là un bon moyen d’amortir leurs frais, que chez les locataires qui économisent environ 30 % par ra
J’ai lu
Geo Book et le Dictionnaire touristique Globe-Rêveur

Les éditions GEO, du nom du célèbre magazine de voyage français, viennent de lancer une nouvelle édition de GeoBook, un guide pratique qui aide à choisir notre prochaine destination parmi 110 pays en fonction de nos goûts, de nos activités préférées, du climat, du coût, etc. Ce guide est particulièrement beau, car illustré de nombreuses photos couleur. Mais il apparaît bien vite qu’il s’adresse en priorité aux voyageurs français (prix en euros, vols au départ de Paris, formalités pour les résidents de l’Union européenne, etc.), ce qui peut être frustrant pour nous Québécois. Les éditions Ulysse offrent également un livre dans le genre: le Dictionnaire touristique Globe-Rêveur, plus épais, peu coloré, mais tout aussi pertinent et qui s’adresse aux voyageurs français, belges, suisses et québécois. Or, quelle fut ma surprise de constater que les textes de ces deux livres sont pour la plupart identiques. Ils ont en effet été rédigés par le journaliste français et globe-trotteur Robert Pailhès, qui a lancé la première édition du Dictionnaire touristique Globe-Rêveur en 1995. Voici, en gros, leurs points positifs et négatifs.

Geo Book
Les plus:

> Richement illustré de photos couleur, agréable à consulter;

> Des tableaux permettent de cibler en un clin d’œil des pays en fonction du climat, du prix, de la qualité des infrastructures et des risques sur place, mais aussi, bien sûr, en fonction de nos envies et de ce que chaque pays a à offrir (neige, paysages, faune terrestre ou marine, vieilles pierres, villes, musées et monuments, etc.);

> «Les conseils Geo» pour chaque destination: les plus, les moins, les précautions, les tendances;

> Un petit tableau «Quand partir» pour chaque destination, en fonction des principales activités à faire et des lieux à découvrir.

Les moins:

> Des prix en euros et de l’information sur les vols et formalités destinées aux Français uniquement.  

Dictionnaire touristique Globe-Rêveur
Les plus:

> Le guide présente tous les pays du globe, même l’Afghanistan qui, ordre alphabétique oblige, est le premier de la liste alors qu’il est sans doute l’un des moins touristiques;

> Pour chaque destination, un encadré résumant bien «les raisons d’y aller» et, plus loin, de quoi «peser le pour et le contre» dans le choix de cette destination;

> Des recommandations de guides, livres ou DVD à visionner avant le départ;

> Le guide s’adresse aux voyageurs francophones, incluant les Canadiens. Ceci dit, beaucoup de prix sont tout de même indiqués en euros.

Les moins:

> Très peu de photos, le guide a vraiment l’air d’un dictionnaire;

> Pas de tableaux synthétisant l’information pour orienter nos choix rapidement.

Ceux qui ont peur de l’avion seront peut-être rassurés en visionnant cette vidéo. On y voit un avion frappé par la foudre alors qu’il traverse un orage. Alors qu’on craint le pire, l’avion poursuit sa route comme si de rien n’était. Rassurant, non? Pour visionner la vidéo:
 

Commentaires