/news/currentevents
Navigation
Québec | Forêts

Danger d’incendie élevé

Beaucoup plus nombreux cette année, tous ont été allumés par la main de l’homme

Danger d’incendie élevé
Photo Agence QMI, Pascal Girard Un feu de forêt s’est déclaré sur le versant sud du mont Saint-Grégoire dans la nuit de vendredi à hier.

Coup d'oeil sur cet article

Les forêts du Québec ravagées par 114 incendies depuis plus de 15 jours sont en extrême danger dû à la sécheresse exceptionnelle pour cette période de l’année.

Les forêts du Québec ravagées par 114 incendies depuis plus de 15 jours sont en extrême danger dû à la sécheresse exceptionnelle pour cette période de l’année.

Tous allumés par la main de l’homme, leur nombre est supérieur à la moyenne des 10 dernières années.

«C’est au-dessus des moyennes de saison, qui se situent à 76 incendies environ», a expliqué Éloïse Richard, agente d’informations de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

Elle rappelle qu’en ce temps de sécheresse, les feux à ciel ouvert sont interdits.

Danger extrême

Le danger est extrême dans plusieurs régions du Québec.

«Le sud-ouest du Québec est la région la plus à risque actuellement, car toute la neige a disparu, contrairement aux secteurs plus au nord, et la densité de population y est plus élevée. Le danger se déplacera dans les forêts des régions au nord à mesure que la neige disparaîtra», a indiqué Mme Richard.

D’autres régions, comme le Témiscamingue, l’Outaouais, les Laurentides, Port-Neuf, Québec, la Mauricie, sont aussi en alerte.

Rien que cette semaine, 80 incendies ont été répertoriés. Sept brasiers n’étaient pas encore maîtrisés hier soir.

Un des plus importants, d’une superficie de 10 hectares, s’est déclaré près de Sainte-Anne-de-Sorel, vers 13 h 30, hier.

«Une équipe de la SOPFEU s’est rendue en renfort et un avion-citerne basé à Québec est allé faire des largages vers 16 h. Le feu a été contenu peu après», a expliqué Éloïse Richard.

Un autre incendie violent s’est déclaré hier après-midi à L’Épiphanie. Le feu d’un bâtiment se serait propagé au boisé avoisinant sur plus de 9000 pieds carrés. Pour venir en aide aux pompiers, la SOPFEU a dû dépêcher un hélicoptère sur place.

Dans la nuit de vendredi à samedi, c’est le mont Saint-Grégoire qui s’est embrasé sur son versant sud. Heureusement, la partie touchée était rocailleuse et seulement 3,5 hectares sur les 8000 ont été brûlés.

Incendie record

Le plus gros incendie de cette année s’est déclaré à Argenteuil le 2 mai au matin et a ravagé 11,9 hectares. Mais on est loin de l’incendie record qui avait détruit 120 000 hectares de forêt près de La Tuque, à l’ouest du lac Saint-Jean, en 2010.

«Pour le moment, il n’y a pas de grandes superficies incendiées. Ce sont souvent des feux près des centres urbains, des incendies de cause humaine», a expliqué Mme Richard.

Les incendies de grande superficie sont plus souvent déclenchés par la foudre, a-t-elle ajouté.

Mme Richard a également souligné qu’il est essentiel de contrôler les brûlages de rebuts et d’herbes effectués sur des terrains privés afin d’éviter qu’ils ne se propagent. Elle conseille de construire un foyer de petite dimension à l’abri du vent, près d’une source d’eau et d’avoir en main une pelle permettant d’étouffer le feu s’il se propage.

Avec la collaboration de l’Agence QMI

 

Commentaires