/news/education
Navigation
éducation | massage

Pour un toucher réconfortant

Des élèves du primaire sont invités à se masser entre eux en classe

Coup d'oeil sur cet article

De plus en plus d’élèves sont invités à se masser entre eux à l’école afin de développer un « toucher sain nourrissant ».

«Moi, ça me tente tout le temps de me faire masser, parce que ça me donne des petits frissons. Et après, tout le monde est ­calme», lance Jules Meunier.

Le garçon de sept ans est l’un des 7000 enfants à avoir suivi la formation de massage entre élèves prodiguée par l’aile québécoise de MISA (Massage in Schools Association).

L’organisme, créé en 2008, affirme sur son site internet que le massage permet aux enfants de vivre «l’expérience positive du toucher sain nourrissant».

«La massothérapie est un outil vraiment utile à plusieurs égards. Il y a une magie qui s’opère quand deux enfants sont en contacts. Ça permet de découvrir la ­différence chez l’autre», affirme Pierre Blais, massothérapeute et formateur de MISA Québec.

Le plaisir du toucher

Le Journal a assisté à une séance de massage à l’École primaire Albert-Schweitzer de Saint-Bruno-de-Montarville.

Pendant une vingtaine de minutes, les enfants d’une classe de première année se sont massés à tour de rôle, sous l’œil de leur ­enseignante Suzanne Coulombe.

«Je trouve ça intéressant que les enfants aient une occasion de se toucher, dit-elle. C’est un sens qu’on explore peu à l’école. Or, les enfants aiment ça. Ça les calme quand ils sont stressés.»

«Certains élèves sont plus réticents à toucher ou à se laisser toucher, mais ils ­peuvent choisir la personne avec laquelle ils vont le faire.»

Les élèves de Suzanne Coulombe ont ­même massé des élèves de quatrième année afin de les ­remercier de leur aide après une activité commune de lecture.

«Les enfants nous demandent sans cesse de l’affection. Si, entre eux, ils peuvent combler ce besoin en se faisant des câlins, pourquoi pas?» lance l’enseignante.

MISA Québec présente aussi le massage entre élèves comme une solution à ­l’intimidation.

«L’enfant qui intimide cherche de ­l’atten­tion. Le massage lui permet d’en ­recevoir et de découvrir l’autre. De plus, après un massage, on a moins envie de se bagarrer dans la cour d’école», explique Pierre Blais.

«Ça semble simpliste ou trop beau pour être vrai, mais c’est la vérité. Le massage entre élèves est quelque chose qui change profondément la nature de l’enfant. Et pour le mieux.»

Le massage entre élèves
Les règles de fonctionnement de MISA Québec
L’enseignant doit suivre une formation donnée par MISA Québec ou ­recevoir un instructeur qualifié en classe pour enseigner les 15 mouvements de la routine aux enfants.
Le programme de massage s’adresse aux enfants âgés de 4 à 12 ans.
Les parents doivent donner leur ­autorisation écrite pour que leur enfant puisse participer à l’activité.
L’activité se déroule sur une chaise ou assis sur le sol.
Les enfants se massent entre eux. Les adultes, les enseignants ou les instructeurs ne peuvent pas masser les enfants.
Le massage est donné par-dessus les ­vêtements au dos, à la tête et aux bras.
L’enfant doit toujours demander la ­permission de l’autre enfant avant de le masser et doit clore la routine de massage en remerciant l’autre de lui avoir permis de le masser.
L’enfant n’est jamais obligé de ­participer à l’activité.
Source: Misa Québec
«
Je suis très content lorsqu’il y a l’activité de massage. J’aime mieux masser que me faire masser. Ça me fait plaisir de faire plaisir. »
Louis-Vincent Bleau, 7 ans
«
Je suis tellement contente pendant les massages. Ça me fait du bien. Je change d’ami à chaque massage. C’est amusant. »
Amanda Gallant, 6 ans
«
Je pensais que ça allait être difficile de masser, mais c’est très facile. Après, tout le monde est calme. J’aime beaucoup ça. »
Florence Leblanc, 7ans
Commentaires