/news/currentevents
Navigation
Fermont

Un obus sous une maison

Des dizaines de citoyens évacués par précaution

Obus
Photo Agence QMI Un obus d’origine inconnue a été retrouvé samedi soir sous une maison-mobile à Fermont, dans le nord du Québec. Deux militaires spécialement formés devaient arriver en fin de soirée hier pour déloger l’engin.

Coup d'oeil sur cet article

Un obus a été découvert sous une maison-mobile de la rue Garnier à Fermont, dans le nord du Québec. La Sûreté du Québec a évacué les citoyens par mesure préventive, mais il n’y a pas lieu de s’alarmer, estime un spécialiste des explosifs de la base militaire de Bagotville.

Un obus a été découvert sous une maison-mobile de la rue Garnier à Fermont, dans le nord du Québec. La Sûreté du Québec a évacué les citoyens par mesure préventive, mais il n’y a pas lieu de s’alarmer, estime un spécialiste des explosifs de la base militaire de Bagotville.

Le capitaine Jean-Michel Racine, chef de l’escadrille de neutralisation des explosifs et des munitions de la troisième escadre de Bagotville, assure qu’une équipe spécialement formée sera en mesure de résoudre la situation.

«Nous avons reçu l’appel des Forces canadiennes, qui ont transmis des photos, et nous avons établi la procédure à suivre. Selon les premières informations, l’obus n’a pas été tiré, ce qui réduit le danger. Il y a donc deux hommes qui (devaient) arriver à Fermont (hier soir). On parle d’une intervention normale», explique le capitaine Racine.

Périmètre de sécurité

Une quarantaine de personnes ont été évacuées dans le quartier de maisons-mobiles où l’engin a été découvert. «Les policiers ont érigé un périmètre de sécurité en attendant que les militaires arrivent. C’est la première chose que nous faisons, car nous pensons avant tout à la sécurité des gens. Ça ne veut pas dire que ça explosera», tient à mentionner le capitaine Racine.

Les deux hommes, spécialement entraînés pour ce genre d’opérations, devront faire preuve de prudence avant de déloger l’engin de sous la maison. «L’obus n’a pas été tiré, mais nous n’avons pas d’informations sur la manière dont il a été entreposé. Les intempéries peuvent également l’avoir rendu plus sensible. Toutes les précautions sont prises dans ce genre d’opération», précise le capitaine Racine.

Une liste exhaustive de tous les projectiles militaires permettra ensuite d’identifier la provenance de la munition.

Plusieurs hypothèses

Le capitaine Racine ne peut toutefois pas expliquer la raison de la présence d’un tel obus dans le nord de la province.

«Il y a des gens qui ramènent ça comme souvenir lorsqu’ils vont en voyage. On a peut-être affaire à un vol de munitions également. Pour le moment, toutes les hypothèses sont envisageables», affirme-t-il.

Une fois que le danger sera écarté, les militaires pourront extraire l’engin afin de procéder à sa destruction. «La Sûreté du Québec nous a déjà informés qu’il y a un site reculé dans la région qui permettrait de faire exploser l’obus pour le détruire et éliminer tous les risques», conclut le capitaine Jean-Michel Racine.

Commentaires