/sports/hockey/canadien
Navigation
LNH | Canadien

Desharnais promet de rebondir

« Il faut que je sois meilleur et je le serai demain »

Desharnais promet de rebondir
photo le journal de montréal, martin chevalier

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Il y a parfois des statistiques révélatrices et inquiétantes du rendement d’un joueur. Après trois matchs contre les Sénateurs, David Desharnais n’a toujours pas décoché un seul tir en direction de Craig Anderson.

Il y a parfois des statistiques révélatrices et inquiétantes du rendement d’un joueur. Après trois matchs contre les Sénateurs, David Desharnais n’a toujours pas décoché un seul tir en direction de Craig Anderson.

Avec la perte de Lars Eller dès la deuxième période du premier match, Michel Therrien devait miser encore plus sur les petites épaules de Desharnais. Il n’a toujours pas répondu à l’appel.

Invisible à l’attaque avec une seule passe, le numéro 51 du Canadien a fait son mea-culpa après un entraînement optionnel hier à la Place Banque Scotia.

«Il n’y a pas de secret, il faut que je sois meilleur et je le serai demain (ce soir)», a promis Desharnais.

«On est tous des athlètes fiers, on veut bien jouer, a-t-il renchéri. Quand ton équipe perd, tu te regardes dans le miroir et tu cherches à faire plus. Tu veux en donner plus pour ton équipe et tes coéquipiers. Je suis à 100% d’accord, je dois vraiment être meilleur, surtout en l’absence d’Eller.»

Max Pacioretty, qui joue possiblement avec une blessure à une épaule, devra également avoir comme objectif de rebondir. Les deux vieux complices n’ont pas joué à la hauteur de leur potentiel depuis plusieurs jours.

Appelé à affronter de gros défenseurs des Sénateurs comme Jared Cowen, Marc Méthot ou Chris Phillips, Desharnais n’a pas autant de temps pour réagir.

L’équipe à cœur

En conférence de presse, Michel Therrien a parlé du rendement décevant de Desharnais.

«David est très conscient qu’il doit contribuer plus aux succès de l’équipe, a rappelé l’entraîneur en chef. Il n’est toutefois pas le seul, il y a un certain nombre de joueurs dans l’équipe qui doivent en faire plus.

«Il a l’équipe à cœur et je suis persuadé qu’il veut en donner plus pour ses coéquipiers», a ajouté Therrien.

Un gros contrat

Le 15 mars 2013, Desharnais a écrit son nom au bas d’une prolongation de contrat de quatre ans et 14 millions. Pour une première fois depuis ses débuts dans la LNH, le Québécois a fait sauter la banque.

En lui offrant un contrat lucratif de 3,5 millions à partir de la saison 2013-2014, Marc Bergevin a clairement identifié Desharnais comme un rouage important de son équipe.

Il s’agit fort possiblement d’une mauvaise coïncidence, mais il se retrouve dans un creux de vague depuis ce vote de confiance.

«Il ne devrait pas se mettre plus de pression», a simplement répondu Therrien.

Pour l’entraîneur en chef du CH, la solution reste assez simple pour le centre de 26 ans.

«David doit s’impliquer beaucoup plus dans le jeu, il est trop hésitant, a expliqué Therrien. Il est à son mieux quand il patine et qu’il provoque des choses en contrôlant la rondelle. Depuis quelque temps, il le fait moins.»

Desharnais aura maintenant très peu de temps devant lui pour se replacer sur les rails. Sans son réveil, le CH pourrait se retrouver rapidement en vacances. Mais, comme le disait Therrien, il n’est pas le seul dans le bateau des coupables...


  • En 48 matchs cette saison, Desharnais a obtenu 28 points (10 buts, 18 aides). S’il avait maintenu le même rythme pour une saison traditionnelle de 82 rencontres, il aurait récolté seulement 48 points. Il s’agit d’une baisse de régime considérable comparativement à ses 60 points de la saison 2011-2012.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.