/sports/hockey/canadien
Navigation
Sénateurs | Canadien

«La série n’est pas encore finie» –Chris Neil

Chris Neil
Photo REUTERS Chris Neil

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les Sénateurs ont joué au ralenti pendant les cinquante premières minutes de jeu. Puis, ils sont sortis de leur profond sommeil pour combler un écart de deux buts, forcer la tenue d’une prolongation et voler le quatrième match de la série à Ottawa.

Héros de la rencontre, l’attaquant Kyle Turris a marqué le but vainqueur des Sénateurs dans un gain in extremis de 3-2 qui leur procure maintenant une avance de 3-1 dans leur série contre le Canadien.

« Nous avons montré beaucoup de caractère dans ce match. Nous sommes revenus de l’arrière pour gagner. Wow ! Un but en prolongation, c’est vraiment une belle sensation dans les séries éliminatoires», a expliqué l’attaquant des Sénateurs.

Dans un sursaut d’honnêteté, l’attaquant a mentionné qu’il a profité de la présence du gardien Peter Budaj dans le filet du Canadien.

Blessé sur le but égalisateur des Sénateurs, Carey Price a dû quitter la rencontre et n’a pas joué lors de la prolongation. Budaj l’a remplacé.

« Nous savions qu’il n’avait pas gardé les buts depuis longtemps. Nous avons lancé vers lui dès que nous avions la rondelle. Il a effectué un arrêt un peu étrange. Puis, j’ai effectué un bon lancer qu’il n’a pu stopper», a expliqué Turris.

De son côté, le capitaine Daniel Alfredsson a salué le spectaculaire retour de ses coéquipiers après un début de rencontre fort ordinaire.

« Le Canadien a bien fait. De notre côté, nous n’avons pas bien amorcé la rencontre et pas bien suivi notre plan de match. Mais on a retrouvé nos jambes en troisième période. Avec le but de Mika, on a repris un peu notre rythme», a expliqué le capitaine.

Tirant de l’arrière 2-0, les Sénateurs ont ouvert la marque à 11:55 de la troisième période grâce au but controversé de Mika Zibanejab. Sur le jeu, le jeune attaquant a utilisé son patin pour déjouer le gardien Carey Price.

Pendant quelques secondes, Zibanejad et ses coéquipiers ont attendu la décision des officiels qui ont finalement accordé le but.

« J’ai eu quelques doutes. Je savais que le but était bon. La passe avait dévié sur mon bâton et j’ai redirigé la rondelle avec mon patin. Ce jeu est permis. Mais c’était un peu stressant d’attendre cette décision», a expliqué l’auteur du but.

Après avoir passé son tour lors du deuxième match, le jeune Cory Conacher a aussi joué au héros en nivellant la marque avec à peine 23 secondes au cadran.

« On sentait qu’on pouvait aller chercher la rencontre. Nous sentions que le vent pouvait tourner en notre faveur devant nos partisans», a-t-il raconté.

Robustesse de Neil

Les Sénateurs ont disputé un match robuste.

Ils ont distribué un total de 61 mises en échec contre les petits attaquants montréalais.

« La robustesse a joué un gros rôle. Les deux équipes ont joué un match très physique. Il y avait peu d’espace sur la patinoire. Mais on a fini par en trouver un peu», a expliqué l’attaquant Chris Neil, qui a préparé le premier but des siens.

Physique au possible, l’attaquant des Sénateurs a malmené le Canadien. À lui seul, il a distribué un total de dix mises en échec, le total le plus élevé chez les joueurs des deux formations.

De retour de sa suspension de deux matchs, le défenseur Eric Gryba ne s’est pas tenu tranquille en distribuant un total de sept mises en échec.

Les Sénateurs se préparent maintenant au cinquième affrontement de la série au Centre Bell.

« On s’attend à un match dur au Centre Bell. C’est un environnement hostile pour les équipes adverses. Je ne crois pas qu’on y sera les bienvenus», a expliqué Chris Neil.

Prudents, les joueurs des Sénateurs ne croient pas encore qu’ils tiennent le Canadien dans les câbles. « C’est une équipe qui a démontré toute la saison qu’elle peut rebondir après un mauvais match ou une mauvaise passe. Ce n’est pas fini. Nous nous attendons à un gros match de leur part à Montréal», a conclu Neil.

 

Commentaires