/news/politics
Navigation
Compteurs intelligents

Le mouvement «Laval refuse» poursuit son combat

compteur intelligent
Photo Agence QMI / Archives

Coup d'oeil sur cet article

LAVAL – Le mouvement «Laval refuse» n’exclut aucun moyen pour forcer l’administration municipale à les soutenir dans leur requête en vue d’imposer un moratoire à l’installation des compteurs intelligents d’Hydro-Québec.

Plus d’une trentaine de citoyens s’étaient déplacés à l’assemblée du conseil municipal, lundi soir dernier, dans l’espoir de se faire entendre par les élus. Bien que la question soit revenue à près de cinq reprises durant la soirée, le maire de Laval est demeuré inflexible sur sa réponse.

«Nous sommes déçus et choqués de la réponse du maire Duplessis. Nous ne voulons pas qu’il tranche sur la question, mais qu’il fasse preuve d’ouverture et qu’il soit à l’écoute. Ce qui n’est pas le cas, malheureusement. On va étudier tous les scénarios pour se faire entendre à la prochaine séance», a indiqué l’une des initiatrices du mouvement, Véronique Riopel.

Depuis la dernière année, le regroupement a donné cinq séances d’informations rassemblant, à chaque occasion, plusieurs dizaines de citoyens, voire même des centaines comme ce fut le cas lors du dernier rendez-vous, la semaine dernière. La prochaine rencontre d’information aura lieu le 14 mai au Collège Letendre.

«Nous avons le support du caucus libéral des députés de Laval, le député Bureau-Blouin (Laval-des-Rapides) a lu une pétition en notre faveur en Chambre et la députée Proulx (Sainte-Rose) nous appuie et nous a conseillé d’avoir le soutien des élus municipaux», a résumé Véronique Riopel.

L’association citoyenne a acheminé de la documentation aux 20 élus lavallois. Un seul, jusqu’à présent, a démontré de l’intérêt à leur cause. Malgré tout, la sensibilisation auprès des conseillers se poursuivra en plus des participations aux assemblées municipales.

Le mouvement «Laval refuse» demande au gouvernement provincial de décréter un moratoire sur l’installation de compteurs intelligents. Il réclame également le libre-choix entre le nouvel appareil et celui qui est traditionnel, le compteur électromécanique. L’exposition aux radiofréquences est aussi au cœur des préoccupations.

Une quinzaine de municipalités au Québec ont adopté une motion demandant à Québec d’imposer un moratoire sur la question.

Hydro-Québec procède actuellement au remplacement de son parc de compteurs lavallois par les appareils de nouvelle génération, qui ne font pas l’unanimité dans la population.

 

 

Commentaires