/entertainment/music
Navigation
muzik pop rock

Quatre filles, six gars, trois styles

Quatre filles, six gars, trois styles

Coup d'oeil sur cet article

Qui gagnera la 17e édition des Francouvertes? Réponse lundi!

Éric Trudel eric.trudel@quebecormedia.com

agenda
CE soir
Le New-Yorkais Jake Stanczak amène son projet drum and bass, dubstep, drumstep, electro, glitch et house baptisé Kill The Noise à la S.A.T.
www.killnoisekill.com
Valerie Poxleitner, 26 ans, de Timmins Ontario, mieux connue sous son pseudo pop Lights, vient chanter son bel album Siberia au Corona.
music.iamlights.com
La DJ et productrice de Sleazy house Nicole Moudaber vient faire vibrer le Stereo
soundcloud.com
/nicolemoudaber
Michael Benjamin Lerner de Seattle est une sorte de prodige, qui compose et joue tous les instruments de son groupe pop-indie-rock Telekinesis. Il vient jouer son 4e disque, Dormarion, au Il Motore.
telekinesismusic.com
lundi
La nouvelle venue Laura Mvula vient se faire connaître et faire entendre son disque Sing to The Moon au Petit Campus.
www.lauramvula.com
Le soulman Charles Bradley a enfin lancé un 2e disque- à 66 ans!- et le chante au Corona.
thecharlesbradley.com
Avant de retourner s’installer à Las Vegas pour une résidence au Hard Rock Hotel, Mötley Crüe se promène, et s’arrête au centre Bell.
www.motley.com
Les Suédois pop indie Shout Out Louds viennent à La Sala Rossa jouer leur 4e album Optica.
www.shoutoutlouds.com
mardi
À défaut de voir AC/DC, vous pouvez voir leurs clones, – Australien comme eux, d’ailleurs – Airbourne, au Corona.
vendredi
Le Pouzza Fest, festival punk de Montréal, débute son marathon de trois jours au cours duquel plein de bands vont se produire dans pleins de salles, du Club Soda au Frites alors.
www.pouzzafest.com
Deux des meilleurs hérauts du rap cérébral canadien sont au Corona: Buck 65 et Shad.
www.buck65.com
Quatre filles, six gars, trois styles
Qui gagnera la 17e édition des Francouvertes? Réponse lundi!

Les jurys auront encore de la difficulté à choisir le gagnant des Francouvertes cette année, pour cause de talent. Cette finale, qui aura lieu au Club Soda lundi sera marquée du sceau de la diversité, puisqu’on a du rap, de la chanson française et du folk au menu. Bonne idée, les organisateurs ont produit un clip permettant de découvrir les trois finalistes, posté sur YouTube. Tapez-y «17es Francouvertes», après avoir lu les préambules ci-bas.

Francouvertes.com

Marcie

L’auteure-compositrice-interprète du Saguenay n’a pas attendu la fin de la compétition des Francouvertes pour lancer son premier disque, cette semaine, au Lion d’or. La demoiselle a suivi un parcours assez formel, enchaînant les apprentissages et les festivals. Granby, Petite-Vallée, Vue sur la relève, Objectif scène, et quelques autres faits d’armes jalonnent déjà son parcours de quatre ans. La référence la plus évidente est de taille : Marcie fait immédiatement penser à Barbara (puis à Carla Bruni), pour sa voix chevrotante, sa poésie engagée et la charge émotive de ses chansons.

marciechante.com

Dead Obies

Six gars qui rappent sud sale style, et qui s’évertuent à sortir le rap de ses poncifs, en exacerbant certains tics et en poussant loin l’exploration des trames sonores. «Je suis un blanc de Granby de classe moyenne, alors je ne vais pas me prendre pour Method Man!», a lancé l’un des membres du collectif à Bang Bang au sujet de leur situation de blancs-becs nord-américains. Pourtant, le post-rap des Dead Obies est aussi captivant que tout ce qui se fait ailleurs sur la planète hip hop. En 2012, le groupe a lancé une cinquantaine de tracks, réparties sur quatre disques disponibles pour un montant à votre discrétion sur Bandcamp. Allez écouter!

deadobies.bandcamp.com

Les Hay Babies

Le trio féminin et acadien s’inscrit en plein dans la mouvance folk actuelle, qui incorpore aussi bien Mumford & Sons que Lisa Leblanc. L’indie-folk que font les filles mise beaucoup sur les harmonies vocales et instrumentales, et sur les inflexions classiques vers le bluegrass et le country. Deux des quatre chansons qui forment le EP lancé l’an dernier par le trio sont en anglais, ce qui est normal vu la provenance des filles, mais un peu  délicat vu la nature du concours – observation qui vaut aussi pour le «franglais» des Dead Obies. Remarquez, moi je vois ce bilinguisme comme une richesse plutôt qu’une menace... Faites votre propre opinion!

leshaybabies.com

Flying Lotus

Il est venu jouer à la SAT en octobre dernier, et il revient à la demande générale. Le producteur de hip hop électronique expérimental Steven Ellison surfe sur une vague de plus en plus grande, nourrie par ses créations envoûtantes, auxquelles collaborent des artistes comme Erykah Badu ou Thom Yorke, ainsi que ses spectacles. Le spectacle auquel il nous convie cette fois-ci suit encore le sillon de son 4e album Until The Quiet Comes, mais le concept est bien différent : Steven joue ces jours-ci entre deux écrans semi-transparents, sur lesquels sont projetées des images hypnotisantes et interactives, à l’image de la musique. Tapez «Flying Lotus Layer 3» dans Vimeo pour un avant-goût.

flying-lotus.com

Oothèque

Annoncé depuis six mois, le démembrement temporaire de Malajube a un premier résultat, un album complet signé par son batteur Francis Mineau. Intitulé Oothèque (c’est une membrane qui protège des œufs d’insectes), le disque est un peu à l’image de Malajube – au niveau des paroles notamment, qui sont aussi cryptiques ici que là –, mais va aussi dans beaucoup d’autres directions. Progressive, souvent oblique et parfois déroutante, l’œuvre de Francis est remplie de fantasmes pop qui font penser à un hybride entre Peter Peter et Étienne Daho. Première observation : il est fasciné par les animaux (les chansons Grizzly et Portrait d’une panthère sont parmi les meilleures, d’ailleurs). Deuxième observation : le gars compose d’excellentes mélodies et sait installer les ambiances. Disponible mardi, le disque sera lancé en grande pompe au Patro Vys jeudi.

ootheque.com

Qui gagnera la 17e édition des Francouvertes? Réponse lundi!

Les jurys auront encore de la difficulté à choisir le gagnant des Francouvertes cette année, pour cause de talent. Cette finale, qui aura lieu au Club Soda lundi sera marquée du sceau de la diversité, puisqu’on a du rap, de la chanson française et du folk au menu. Bonne idée, les organisateurs ont produit un clip permettant de découvrir les trois finalistes, posté sur YouTube. Tapez-y «17es Francouvertes», après avoir lu les préambules ci-bas.

Francouvertes.com

Marcie

L’auteure-compositrice-interprète du Saguenay n’a pas attendu la fin de la compétition des Francouvertes pour lancer son premier disque, cette semaine, au Lion d’or. La demoiselle a suivi un parcours assez formel, enchaînant les apprentissages et les festivals. Granby, Petite-Vallée, Vue sur la relève, Objectif scène, et quelques autres faits d’armes jalonnent déjà son parcours de quatre ans. La référence la plus évidente est de taille : Marcie fait immédiatement penser à Barbara (puis à Carla Bruni), pour sa voix chevrotante, sa poésie engagée et la charge émotive de ses chansons.

marciechante.com

Dead Obies

Six gars qui rappent sud sale style, et qui s’évertuent à sortir le rap de ses poncifs, en exacerbant certains tics et en poussant loin l’exploration des trames sonores. «Je suis un blanc de Granby de classe moyenne, alors je ne vais pas me prendre pour Method Man!», a lancé l’un des membres du collectif à Bang Bang au sujet de leur situation de blancs-becs nord-américains. Pourtant, le post-rap des Dead Obies est aussi captivant que tout ce qui se fait ailleurs sur la planète hip hop. En 2012, le groupe a lancé une cinquantaine de tracks, réparties sur quatre disques disponibles pour un montant à votre discrétion sur Bandcamp. Allez écouter!

deadobies.bandcamp.com

Les Hay Babies

Le trio féminin et acadien s’inscrit en plein dans la mouvance folk actuelle, qui incorpore aussi bien Mumford & Sons que Lisa Leblanc. L’indie-folk que font les filles mise beaucoup sur les harmonies vocales et instrumentales, et sur les inflexions classiques vers le bluegrass et le country. Deux des quatre chansons qui forment le EP lancé l’an dernier par le trio sont en anglais, ce qui est normal vu la provenance des filles, mais un peu  délicat vu la nature du concours – observation qui vaut aussi pour le «franglais» des Dead Obies. Remarquez, moi je vois ce bilinguisme comme une richesse plutôt qu’une menace... Faites votre propre opinion!

leshaybabies.com

Commentaires