/sports/hockey
Navigation
LNH | Sénateurs

« Je dois appeler ma mère... » – Paul MacLean

Coup d'oeil sur cet article

Aux yeux de l’entraîneur Paul MacLean, le gardien Graig ­Anderson a étéé le joueur le plus utile des Sénateurs pendant toute la série contre le Canadien.

«Match après match, il a été notre meilleur joueur. Il nous a gardés en vie. Il nous a permis de plier sans casser quand le Canadien se montrait dangereux ­autour de son filet. C’est lui qui nous a donné la confiance nécessaire pour ­revenir dans un match», a expliqué ­l’entraîneur après la rencontre.

Dès le premier match, le gardien des ­Sénateurs a volé la rencontre en stoppant 48 des 50 tirs du Canadien pour mener les siens à une victoire de 4 à 2 au Centre Bell.

Pendant les cinq affrontements de la série, il a alloué seulement neuf buts sur 180 tirs pour un taux d’efficacité de 95%, le meilleur de tous les gardiens dans les séries.

«Il a été extraordinaire à chaque match. C’est un facteur déterminant de notre succès dans cette série», a expliqué l’entraîneur.

«Grâce à lui, notre équipe trouve ­toujours une façon de gagner. Encore ce soir (hier), on est chanceux de s’en être sorti avec une avance de 2 à 1 après la ­première période», a-t-il dit.

Première victoire en séries

Vieux routier de la LNH, Paul MacLean a remporté sa première série depuis qu’il a pris la tête des Sénateurs.

Au printemps dernier, sa formation s’était inclinée en sept matchs contre les Rangers.

Heureux de sa victoire contre le ­Canadien, il comptait donner un coup de téléphone à sa mère après la rencontre.

«C’est gros. On vient juste de battre le Canadien pendant une série. Je dois ­appeler ma mère pour lui dire qu’on a ­finalement battu son équipe», a-t-il dit en souriant.

Pendant la série, Paul MacLean a ­affiché un sens de l’humour inhabituel chez un entraîneur de la LNH. Accusé d’avoir manqué de respect envers le ­Canadien, comparé à un «gros morse ­aux yeux globuleux», il a pris la chose avec un grain de sel encore hier soir.

Après la rencontre, il a assuré qu’il n’existe aucune animosité entre Michel Therrien et lui.

«La série était un pur plaisir. Au centre de la glace, j’ai félicité Michel pour son bon travail. Je sais qu’il est un peu ­frustré en ce moment, mais je respecte beaucoup ce qu’il a accompli toute la ­saison», a expliqué Paul MacLean.

Rivalité naissante

Il a aussi rendu hommage à l’organisation montréalaise.

«Je dois féliciter le ­Canadien pour son extraordinaire saison et sa tenue en ­séries. Ils ont bien fait. C’était difficile de jouer contre eux.»

L’entraîneur croit que la série a ­permis d’assister à la naissance d’une belle rivalité entre les deux formations.

«Je crois que c’est bien parti. J’étais excité de jouer contre Montréal en première ronde. J’ai hâte de les retrouver la saison prochaine», a-t-il dit.

Avec ce passage rapide en deuxième ronde, les Sénateurs ont mérité un peu de repos avant de connaître leurs nouveaux adversaires.

Commentaires