/news/politics
Navigation
Sondage | Léger Marketing

La chute se poursuit pour le PQ

Depuis l’arrivée de Philippe Couillard, les libéraux sont de retour au sommet des intentions de vote

Coup d'oeil sur cet article

L’érosion du vote péquiste se confirme. Les libéraux ont creusé l’écart dans les intentions de vote et s’installent dans le siège du meneur avec huit points d’avance. Un gouvernement majoritaire semble toutefois hors de portée.

L’érosion du vote péquiste se confirme. Les libéraux ont creusé l’écart dans les intentions de vote et s’installent dans le siège du meneur avec huit points d’avance. Un gouvernement majoritaire semble toutefois hors de portée.

Un nouveau sondage Léger Marketing, réalisé pour le compte du Journal les 5 et 6 mai auprès de 1008 internautes, confirme la remontée significative du Parti libéral depuis l’élection du nouveau chef. L’effet Couillard est sans équivoque. Le bilan mitigé du gouvernement Marois semble aussi peser dans la balance.

Il y a deux mois, le PQ était encore nez à nez avec le PLQ. Depuis, les libéraux ont gagné cinq points, passant de 30 % à 35 %. À l’inverse, le PQ a vu ses appuis fondre de 4 % durant la même période, passant de 31 % à 27 %, alors que la CAQ perd 1 %. Le parti de François Legault récolte 19 %, passant sous la barre des 20 % pour la première fois depuis un an.

Québec solidaire gagne deux points et obtient l’un de ses meilleurs résultats à 11 %, alors qu’Option nationale se situe à 4 %.

«La cible du Parti québécois, c’est d’aller chercher des supporteurs qui s’en vont vers les plus petits partis que d’aller les chercher à la CAQ. Le bateau de la Coalition, lui, coule un peu vers le Parti libéral, alors que le bateau du PQ coule vers Québec solidaire et Option nationale», observe l’analyste Christian Bourque, résumant ainsi l’effet des vases communicants.

Électorat francophone

Le PQ perd 5 % d’appuis chez les francophones, glissant à 32 %, alors que la CAQ récolte 22 %. Si le PLQ peut espérer remporter la prochaine élection, il ne peut encore aspirer à diriger un gouvernement majoritaire, selon le vice-président recherche chez Léger Marketing. À 25 % d’appuis chez les francophones, malgré une remontée de quatre points, ce n’est pas suffisant. «Ce n’est peut-être pas encore tout à fait assez pour dire qu’ils sont en territoire majoritaire.»

Trudeau a aidé Couillard

Selon lui, Philippe Couillard et Justin Trudeau «ont bénéficié l’un de l’autre» et ont insufflé un vent de changement tant au provincial qu’au fédéral chez les libéraux. «La marque libérale a été largement réhabilitée avec deux courses à la chefferie qui arrivaient à peu près en même temps avec deux personnages qui sont relativement populaires auprès de la population.»

Leur arrivée «enlève un poids» sur les épaules des libéraux qui mangeaient leur pain noir au fédéral depuis le scandale des commandites, alors que les libéraux provinciaux avaient besoin d’un nouveau visage pour tirer un trait sur l’ère Charest.

«Si on a encore les mêmes chiffres à l’automne, on pourra vraiment dire qu’il y a un phénomène Couillard», ajoute Christian Bourque, qui se demande si la lune de miel durera.

Région de Québec

Dans la région de Québec, la CAQ, troisième dans le dernier coup de sonde de Léger pour QMI, a repris la deuxième position à 26 %, tout juste derrière les libéraux à 27 %. Le PQ récolte 23 %, QS 11 % et ON 8 %.

Cela démontre néanmoins à quel point le parti de M. Legault est «vulnérable», selon le sondeur. «Pour que la CAQ soit viable et en bonne posture, elle doit être en avance à Québec. Il faut, avant tout, être bon là où on est supposé de l’être et, en ce moment, ce n’est plus le cas...»

Commentaires