/news/currentevents
Navigation
Laval | Gangstérisme

S’unir contre la corruption

S’unir contre la corruption
Robert Lafrennière,UPAC

Coup d'oeil sur cet article

L’Unité permanente anticorruption a besoin de l’aide des élus municipaux pour mener à bien son gros travail d’enquête.

L’Unité permanente anticorruption a besoin de l’aide des élus municipaux pour mener à bien son gros travail d’enquête.

«Nous avons besoin de la collaboration pleine et entière non seulement des élus, mais aussi de tous les citoyens. C'est une lutte qui va se gagner en équipe avec les huit millions de Québécois», a indiqué le commissaire à la lutte contre la corruption Robert Lafrenière lors de la réunion annuelle de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), au Palais des congrès de Montréal.

Frappe de l’UPAC

Jeudi, une importante frappe de l'UPAC a mené à l'arrestation de 37 personnes, dont l'ex-maire de

Laval, Gilles Vaillancourt, accusé, entre autres, de gangstérisme et de corruption dans les affaires municipales.

Le maire par intérim de Laval, Alexandre Duplessis, était présent lors de ce congrès de l’UMQ. Il s’est dit déçu et surpris face à l’arrestation de son prédé­cesseur.

«Sûrement que les prochains jours, les prochaines semaines vont m'apprendre plein de choses que je ne connaissais pas», a-t-il réagi.

Pour M. Duplessis, il était impossible d’imaginer des malversations ou de la collusion dans l’administration de la ville de Laval.

«Ce n'est pas qu'on n’a rien vu. On a posé plusieurs questions, il y a eu des débats, mais chaque fois qu'on posait des questions les réponses étaient satisfaisantes, les circonstances étaient tout à fait logiques. C'était impossible de voir», a-t-il commenté.

Laval sous contrôle

À la suite de ces évènements, M. Duplessis a assuré vouloir participer à l’enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Il a déclaré qu’il augmentera la surveillance de l’octroi des contrats publics. Il a ajouté que les services de l’ingénierie et de l’urbanisme seront également plus contrôlés.

«On a déjà mis en place plusieurs procédures de contrôle, mais on va continuer à en mettre encore plus. On a changé la façon dont on va disposer de nos terrains par des appels d'offres publics. La surveillance de nos travaux va se faire en interne également», a-t-il expliqué.

Élections municipales

Malgré cette importante frappe de l’UPAC, M. Duplessis pense pouvoir instaurer un nouveau climat de confiance d’ici les élections municipales du 3 novembre.

«Les gens vont être derrière moi et je vais avoir le mérite de les gouverner pour les quatre prochaines années», a-t-il indiqué.

De son côté, Éric Forest, président de l’UMQ, a encouragé les citoyens à aller voter et même à s’investir en devenant candidats.

Commentaires