/news/transports
Navigation
Prix de l'essence

Baisse prévue cet été

Des experts voient le prix de l’essence à moins de 1,30 $ le litre pendant les vacances

Baisse prévue cet été
Photo le Journal de Montréal, Stéphan Dussault «Pas sûr que l’essence va baisser cet été. J’attends de le voir pour le croire», indique Philippe Brunet.

Coup d'oeil sur cet article

Les grosses pétrolières pourraient bien accorder une pause aux Québécois pour un deuxième été consécutif.

Les grosses pétrolières pourraient bien accorder une pause aux Québécois pour un deuxième été consécutif.

«Le prix de l’essence devrait chuter d’environ 5 % cet été», prévoit Stéfane Marion, économiste en chef à la Financière Banque Nationale.

Une possibilité également jugée «très plausible» par Normand Mousseau, professeur à l’Université de Montréal et auteur du livre Au bout du pétrole.

Selon M. Marion, les consommateurs de Montréal et de Québec devraient débourser moins de 1,30 $ le litre pour leur or noir cet été. Hier, le prix à la pompe était à 1,39 $ à plusieurs endroits à Montréal et à 1,37 $ à Québec.

Mais plusieurs consommateurs croisés attendaient avant de crier victoire. «Pas sûr que l’essence va baisser cet été. J’attends de le voir pour le croire», dit au Journal Philippe Brunet, 20 ans, un résident de l’arrondissement montréalais L’Île-Bizard.

Deux étés consécutifs?

Si la prédiction de M. Marion s’avère juste, les Québécois profiteront de prix à la baisse pour un deuxième été. L’an dernier, le prix moyen de l’essence au Québec est passé de 1,40 $ en avril à 1,30 $ en juin avant de remonter à 1,38 $ en août.

«L’essence est moins vulnérable aux problèmes économiques en Europe. De plus, le dollar américain semble vouloir rester fort. Et un dollar élevé signifie un prix de l’essence plus bas», explique le spécialiste.

Mais tous peuvent se tromper à ce jeu des prédictions. Sans compter qu’un événement fâcheux, comme de nouvelles tensions au Moyen-Orient, peut vite changer la donne.

«L’an dernier, des journalistes m’ont tiré du lit après qu’un expert eut prédit un prix de l’essence de 1,60 $ le litre», se souvient Cédric Essiminy, porte-parole au CAA-Québec.

Ce matin du 5 avril 2012, la Direction des études économiques de BMO estimait «fort probable» que le prix de l’essence atteigne ce prix. Or, au lieu de montrer de 20 ¢, il a plutôt baissé de 10 ¢ deux mois plus tard.

Complot mondial

«Ce n’est pas le premier été qu’on remarque une telle baisse», dit Carol Montreuil, de l’Institut canadien des produits pétroliers (IQPP). Le représentant des pétrolières veut ainsi de détruire le «mythe» voulant que les pétrolières haussent le prix de l’essence lors des périodes de grands déplacements des consommateurs.

«Attention! dit M. Essiminy. Des spéculateurs ont déjà poussé le prix de l’essence à la hausse durant l’été uniquement parce qu’ils ont acheté massivement des actions de pétrole brut ou raffiné.»


• L’analyste Stéfane Marion est reconnu pour sa bonne «moyenne au bâton». Il y a deux ans, il avait été nommé «prévisionniste de l’année» au pays.

Commentaires