/news/currentevents
Navigation
Windsor | Incendie

Tout a été détruit

Coup d'oeil sur cet article

Les enquêteurs privilégient l’hypothèse d’un incendie criminel pour expliquer le feu qui a entièrement détruit l’église Saint-Philippe de Windsor et ses biens historiques.

Les enquêteurs privilégient l’hypothèse d’un incendie criminel pour expliquer le feu qui a entièrement détruit l’église Saint-Philippe de Windsor et ses biens historiques.

L’incendie de l’édifice religieux, vieux de plus de 120 ans, s’est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche.

Outre une statue de Saint-Philippe, des vêtements sacerdotaux et des vases liturgiques de grande valeur, un orgue de la maison Casavant de Saint-Hyacinthe, installé dans l’église depuis 1910 et d’une valeur de 300 000 $ a été entièrement détruit par le feu

«Les flammes montaient au-delà du clocher et quand le clocher est tombé, ça a fait comme un feu d’artifice», a raconté le curé de l’église, M. Guy Giroux.

Le feu a pris dans la sacristie de l’église à environ 1 h 45 du matin. C’est la police qui se trouvait dans le village voisin, à Saint-François Xavier, qui a été alertée par la fumée provenant du clocher.

«Ils sont venus ici, ils ont frappé au presbytère et nous ont réveillés», a raconté M. Guy Giroux.

«C’était une église patrimoniale toute en bois, de 1892, de toute beauté. C’était un monument incroyable», a-t-il ajouté nostalgique.

M. Giroux a tout d’abord pensé à un incendie provoqué par les réparations en cours dans l’église, avant de soupçonner un acte de vandalisme.

«Ils sont entrés dans l’église, ils ont sorti des papiers, un tapis, un panier en osier qui étaient dans l’église, a-t-il expliqué. Ils ont allumé le feu, mais est-ce qu’ils savaient jusqu’où irait ce feu-là?», s’est-il interrogé.

Reconstruction incertaine

M. Giroux ne sait pas encore si l’église sera reconstruite. Cette décision dépendra de l’intérêt religieux de conserver un lieu de culte dans le village.

«Il y a 800 personnes au service les fins de semaine et l’église est presque pleine à la messe de 11 h», a-t-il insisté.

«C’est une nouvelle étape à franchir. Qu’allons-nous faire? C’était une des plus belles églises. Est-ce que les gens vont accepter qu’il n’y ait plus d’église?», s’est-il interrogé songeur.

Tout n’est pas perdu

Malgré la perte de son lieu de culte, M. Giroux est impressionné par le travail des pompiers.

«Ils ont sauvé le presbytère», a-t-il expliqué. Même chose pour la résidence de personnes âgées installée en face de l’église dont certaines fenêtres ont explosé.

Environ 80 retraités de la résidence ont dû être évacués hier avant de regagner leurs locaux dans la matinée.

Commentaires